PUBLICITE.
Pour la création du site Web de votre entreprise, imprimerie, sérigraphie, peinture de vos bâtiments, confiez votre cummunication à ASCOM. Contact 77 64 83 51 - 94 40 85 66
En travaux !!! Actuellement insdisponible!!!

Y a-t-il trop de partis politiques au Cameroun ?

lundi 5 juin 2017


Le pays aligne environ 300 formations politiques pour moins de 25 millions d’habitants. Expression de la démocratie ou autres. CT ouvre le débat.

Question simple : quel est le rôle des partis politiques ? La réponse la plus simple que l’on trouve dans les dictionnaires spécialisés en la matière, c’est qu’ils participent à l’animation de la vie politique. Dans le cas spécifique du Cameroun, l’article 3 de la Constitution précise que « les partis et formations politiques concourent à l’expression du suffrage. Ils doivent respecter les principes de la démocratie, de la souveraineté et de l’unité nationales. Ils se forment et exercent leurs activités conformément à la loi ». Cette loi, c’est celle N°90/056 du 19 décembre 1990 portant sur la création des partis politiques qui, en son article premier, reprend les dispositions constitutionnelles ci-dessus. Cette loi promulguée à la fin de l’année 1990, a vu les premières formations politiques apparaître quelques mois plus tard. Rien que pour la seule année 1991, 57 partis politiques ont été légalisés, comme on peut le découvrir dans le dernier ouvrage de Bernard Messengue Avom publié cette année aux Editions CLE : « La représentation politique au Cameroun. Genèse et particularités ». Il faut d’ailleurs souligner que cette année-là est aussi celle qui a vu naître le plus de formations politiques au Cameroun. Preuve sans doute de l’aspiration des Camerounais à exprimer librement leurs opinions et à ne plus prendre le maquis pour le faire, comme l’avait souhaité quelques années auparavant, le président de la République, Paul Biya. Aujourd’hui, le pays atteint la barre des 300 partis politiques officiellement légalisés. Un record qui traduit sans doute la soif des Camerounais de faire valoir leurs idées à travers ces regroupements.
La création des partis politiques au Cameroun se fait librement selon les dispositions de l’article 2 de la loi susmentionnée. A quoi servent ces quelques 300 partis politiques dans le microcosme camerounais ? Sans doute à animer l’espace politique. D’autres diraient à occuper l’espace médiatique. Combien sont-ils qui remplissent véritablement les deux principales fonctions qui leur sont reconnues, à savoir : premièrement servir d’intermédiaire entre le peuple et le gouvernement. Dans ce cas, le parti élabore un programme qui lui permettra, au cas où il remporte les élections, de gouverner. Ceux de l’opposition doivent dès lors présenter des programmes alternatifs à ceux de la majorité gouvernante. Ensuite, ils ont pour fonction, la conquête et l’exercice du pouvoir. Selon des données collectées auprès du ministère de l’Administration territoriale et de la Décentralisation (MINATD), moins d’une trentaine de partis politiques participent à l’exercice du pouvoir, soit en l’exerçant directement ou simplement par le biais d’élus que l’on peut retrouver au sein d’un organe d’exercice du pouvoir, le plus petit étant le conseil municipal. Le nombre de partis politiques qui existent en ce moment pose-t-il un problème ? Le débat est ouvert.

Par Jean Francis BELIBI (CT)

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Pk 11 : du sourire pour des orphelins => Les pensionnaires du Refuge Meinrad Hebga ont reçu des cadeaux de femmes (...)
Communauté urbaine Douala : 52,6 milliards pour (...) => Budget en baisse de près de 8%, qui met l’accent sur les infrastructures et (...)
Don d’ordinateurs du chef de l’Etat : « Happy Day » à (...) => 1000 étudiants ont effectivement reçu leurs ordinateurs hier, des mains du (...)
Corruption : comment l’Etat a perdu 1 302 milliards => Ce montant est révélé dans le rapport de la CONAC sur l’état de la corruption (...)
Promotion de l’esprit d’entreprise : désormais dès le (...) => Une convention de partenariat y relative, liant le Minesec à l’APME, signée (...)
Après l’incendie à l’Assemblée nationale : la continuité du (...) => Le communiqué à l’issue de la réunion du Bureau tenue hier sous la présidence (...)
Brenda et Junior BIYA classé respectivement 5ème et 16 (...) => Sur la liste des 405 admis du dernier concours de l’ENAM figure en bonne (...)
Roger Chantal Tuilé fait une grève de la faim devant (...) => Après avoir sollicité l’intervention de l’ambassadeur des USA au Cameroun dans (...)
Droit d’auteur : le PM prescrit une large diffusion du (...) => Le communiqué rendu public à l’issue du Conseil de cabinet du mois de (...)
Fête du coq : les 20 ans célébrés à Yaoundé => Cette année, la communauté toupouri a mis l’accent sur la paix et le (...)
SPIP | Copyright © 2008 - 2018 | Powered by Solutions Triangle | Espace Privé | Retrouvez-nous sur Google+ | Suivre la vie du site RSS 2.0