PUBLICITE.
Pour la création du site Web de votre entreprise, imprimerie, sérigraphie, peinture de vos bâtiments, confiez votre cummunication à ASCOM. Contact 77 64 83 51 - 94 40 85 66
En travaux !!! Actuellement insdisponible!!!

Brésil : violence faite aux femmes

mercredi 1er février 2012


Lorsqu’on évoque le problème des violences urbaines au Brésil, on a tendance à parler surtout des hommes jeunes. La plupart des victimes et des auteurs de violences étant des hommes, la situation des femmes qui sont contraintes de vivre et d’élever leurs enfants dans les favelas et de se battre pour obtenir justice est souvent passée sous silence.

Les villes brésiliennes souffrent depuis longtemps d’une criminalité élevée, dont l’origine est à la fois criminelle et policière. Certains des quartiers les plus pauvres et les plus fragiles du Brésil sont contrôlés par des bandes de trafiquants de drogue. En réaction, le gouvernement s’est lancé dans une surenchère répressive, avec des opérations policières visant des quartiers entiers et pas simplement les bandes criminelles.

La violence en toile de fond

Dans ces quartiers, les femmes vivent dans un climat d’insécurité permanente. Au lieu d’assurer leur protection, la police les soumet souvent à des fouilles illégales effectuées par des agents masculins, utilise à leur égard un langage grossier et discriminatoire et a recours à des manœuvres d’intimidation, surtout lorsque les intéressées tentent d’intervenir pour protéger un proche.

Les femmes qui luttent pour obtenir justice au nom de leur fils ou de leur mari se retrouvent en première ligne du combat en faveur du changement et risquent ainsi d’être de nouveau menacées et harcelées. Une femme a déclaré à Amnesty International : « On ne peut pas continuer à vivre dans ces conditions-là. On vit dans la peur. »

Les femmes sont également exposées aux agissements des barons de la drogue et des chefs de bande, qui décident des châtiments à infliger et des protections à accorder et qui utilisent les femmes comme des trophées ou comme monnaie d’échange. De plus en plus de femmes sont impliquées dans le trafic de drogue. Beaucoup finissent par se retrouver dans les prisons surpeuplées et insalubres du Brésil, où elles font l’objet de mauvais traitements physiques et psychologiques – lorsqu’elles ne sont pas violées.

Impact

Les conséquences de la criminalité et de la violence se font sentir dans des quartiers entiers, affectant gravement des services essentiels tels que la santé et l’éducation. Si un dispensaire est situé sur le territoire d’une bande rivale, les femmes devront peut-être parcourir plusieurs kilomètres pour consulter un médecin. Les services de maternité, les crèches et les écoles sont parfois fermés pendant de longues périodes à cause des opérations policières ou des violences criminelles. Les personnels de santé et les enseignants ont souvent trop peur d’aller travailler dans des quartiers rongés par la criminalité.

Faire cesser la violence

Les femmes ayant apporté leur témoignage à Amnesty International ont décrit très clairement leurs besoins :

une police qui les protège, elles-mêmes et leur famille, et qui leur garantisse une véritable sécurité

une égalité d’accès à la justice, quelle que soit la classe sociale

une protection qui leur permette de continuer à se battre en faveur des droits humains

une aide sociale et économique lorsqu’un proche est blessé ou tué par la police ou par des criminels.

L’État brésilien a pris certaines initiatives positives, par exemple en renforçant la protection des femmes victimes de violence domestique, mais il doit adopter d’urgence des politiques à long terme pour remédier aux vastes problèmes qui découlent de la violence et qui affectent la vie des femmes dans les quartiers marginalisés.

Par Rodrigue Tchuidjan

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Jean-Vincent Placé à Canal + : "Je me tire, vous me (...) => Le chef de file des sénateurs EELV a quitté le plateau de l’émission de Canal (...)
Brésil : violence faite aux femmes => Lorsqu’on évoque le problème des violences urbaines au Brésil, on a tendance à (...)
proxénètisme : les femmes de l’Europe de l’Est => Irina est moldave. A dix-huit ans, elle quitte sa ville natale de Chisinau (...)
L’EPINEUX PROBLEME DE SEXUALITE EN ASIE DE L’EST => Un des problèmes majeurs des femmes en Asie du Sud-est est celui de la (...)
Polygamie : Une pratique à double lame au Maroc => De nombreuses femmes dénoncent encore cette réalité. Suite à la réforme du Code (...)
Dakar : le marché Kermel agonise => Visiter les marchés est sans doute le meilleur moyen de s’imprégner de (...)
Drogue : un business juteux au Burkina Faso => De nombreux jeunes burkinabè sont sous l’emprise de la drogue qui se révèle (...)
Seine-et-Marne : une lycéenne aurait fait une fellation (...) => L’homme de 22 ans est soupçonné d’avoir demandé à une lycéenne de 16 ans à lui (...)
Thaïlande : univers de la chirurgie transsexuelle. => Vous voulez changer de sexe ? Une seule destination : la Thaïlande. C’est du (...)
La femme d’autrui est sucrée ! => Votre journal, celui que vous visité à l’instant depuis sa naissance le 5 (...)
SPIP | Copyright © 2008 - 2018 | Powered by Solutions Triangle | Espace Privé | Retrouvez-nous sur Google+ | Suivre la vie du site RSS 2.0