PUBLICITE.
Pour la création du site Web de votre entreprise, imprimerie, sérigraphie, peinture de vos bâtiments, confiez votre cummunication à ASCOM. Contact 77 64 83 51 - 94 40 85 66
En travaux !!! Actuellement insdisponible!!!

Vih/Sida : Mama Fouda prescrit des tests « forcés »

lundi 27 juin 2016


Le ministre de la santé publique propose que chaque patient, qui se présente dans un hôpital public pour une consultation soit automatiquement soumis à cet examen.

Le Cameroun s’est donné une grande mission dans le domaine de la santé : exterminer l’épidémie du Sida d’ici à l’année 2030 dans tout le pays. Une mission gigantesque que le ministre de la Santé publique (Minsanté) prend très au sérieux, et entend d’ailleurs mener à bien, tant qu’il occupera son poste de président du Comité national de lutte contre le sida (Cnls). André Mama Fouda l’a clairement fait comprendre hier, au cours de la première réunion statutaire de ce Comité pour l’année 2016. Les défis qui se profilent à l’horizon sont importants. Et c’est pour être sûr que le combat contre cette pandémie sera remporté, que le Minsanté prescrit des tests plus ou moins forcés dans les hôpitaux publics du Cameroun. Pour lui, toute personne qui se rend dans ces formations sanitaires pour une consultation devrait automatiquement être soumise à l’examen du Vih/Sida. « Il faut que tout le monde adhère. Quand on est malade, il faut être certain que ce n’est pas le Vih qui est la cause de notre maladie. Nous plaçons donc cet examen parmi les examens de routine comme la numération formule sanguine », a expliqué le Minsanté.

C’est une façon pour André Mama Fouda d’interpeller toutes ces personnes qui fréquentent les hôpitaux publics, sur l’importance et la nécessité de se faire tester à chaque consultation. L’examen devrait être intégré parmi les autres examens que les différents patients seront appelés à faire. Même si aucune mesure n’est envisagée pour les cas des patients qui ne seront pas disposés à accepter de se faire tester. « On ne doit pas avoir peur de se faire tester », appuie le ministre de la santé publique. « Au contraire, aujourd’hui, il faut se faire tester et être rassuré que ce n’est pas le Vih/Sida qui est en train de vous créer une maladie opportuniste », argumente-t-il. A l’entendre, « c’est une disposition normale dans tous les pays du monde, et nous devons nous inscrire dans cette logique. Parce que, refuser de se faire tester de la glycémie ou de l’anémie, c’est la même chose que de refuser de se faire tester du Vih », dit-il encore. Or, selon le Rapport national de suivi de la déclaration politique sur le Vih/Sida publié par le Comité national de lutte contre le Sida l’année dernière, le taux de prévalence du Vih/Sida est de 4,3 % au Cameroun. Les personnes les plus touchées étant celles comprises entre 15 et 49 ans, soit 650 000 à 660 000 personnes vivant avec cette maladie, pour près de 350 000 orphelins du Sida.

L’Etat augmente son enveloppe

Beaucoup reste en effet à faire, même si, selon le Minsanté, il y a des raisons de se réjouir des actions menées au cours de l’année passée. « L’année 2015 a été marquée par la capitalisation des acquis tant sur la prévention que la prise en charge », dit-il. L’on a alors appris que ce sont près de 1 200 000 femmes et 2,5 millions de jeunes qui ont été sensibilisés sur la maladie ; plus de 33 millions de préservatifs masculins et 2 millions de préservatifs féminins ont été distribués. Ce qui montre « que les préservatifs rentrent déjà dans les habitudes de la population », se félicite Mama Fouda. Près de 2 600 formations sanitaires ont vu le jour à travers le pays ; près de 625 000 femmes enceintes ont été reçues dans ces formations sanitaires ; 90 000 poches de sang collectées et examinées ; près de 10 000 enfants ont bénéficié d’une prise en charge à la naissance ; et plusieurs centaines de personnes ont été mis aux Antirétroviraux (Arv). Des chiffres qui démontrent davantage la nécessité de lutter sans tricher, contre cette pandémie. L’Etat l’a compris, et son enveloppe est passée de 5 850 245 193 Fcfa en 2015 à 9 900 000 000 Fcfa en 2016. Cette année, le Cnls à un long et intéressant plan d’action à remplir. Ayant reçu un financement global disponible de 34 milliards octroyé par l’Etat, le Fonds mondial, l’Unicef et tous les autres partenaires et acteurs engagés dans cette lutte contre le Sida, le Cnls entend notamment dépister 1 536 365 personnes parmi lesquelles 600 000 femmes enceintes ; mettre plus de 250 563 personnes sur traitement antirétroviraux ; mettre en place une politique de décentralisation de prise en charge ; multiplier les campagnes de dépistage ; réduire l’incidence du Vih/Sida ; améliorer les mécanismes nationaux de coordination et de gestion, et de prise en charge etc.

Par Arthur Wandji(LNE)

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Bamenda, les anglophones se rebiffent => Depuis ce lundi, la ville de Bamenda, dans le nord-ouest du Cameroun, est (...)
Situation à Bamenda : problèmes et pistes de solutions => Les revendications exprimées ces derniers temps par certains enseignants et (...)
Banque des PME : cinq milliards de F de prêts déjà (...) => Depuis le mois de février, l’institution financière a tenu 32 comités de (...)
Lutte contre le terrorisme : le Canada réaffirme son (...) => Le Haut-commissaire, René Cremonese, l’a signifié hier au chef de l’Etat au (...)
Le débat reste ouvert sur le statut de la première (...) => C’est la substance des trois jours de débat à l’université de Yaoundé II dans (...)
RDPC : le mandat de Paul Biya prorogé => Réuni hier sous la houlette du président national du RDPC, le Bureau (...)
Confidences : Ce que Victor Fotso pense de Y.M (...) => Le patriarche de Bandjoun aurait abordé le sujet de la condamnation de son (...)
Douala : Un faux capitaine de la marine aux arrêts => Neba Emmanuel Tikum qui utilisait sa fausse identité pour exproprier et (...)
Indemnisations : L’exemple qui vient de Kenya (...) => La somme de 1 500 000 Fcfa que Camrail débloque pour l’organisation des (...)
Décripage poignant d’un internaute sur la catastrophe (...) => Nous avons souhaité partager avec vous le témoignage d’un des passagers du (...)
SPIP | Copyright © 2008 - 2016 | Powered by Solutions Triangle | Espace Privé | Retrouvez-nous sur Google+ | Suivre la vie du site RSS 2.0