PUBLICITE.
Pour la création du site Web de votre entreprise, imprimerie, sérigraphie, peinture de vos bâtiments, confiez votre cummunication à ASCOM. Contact 77 64 83 51 - 94 40 85 66
En travaux !!! Actuellement insdisponible!!!

Véhicules présidentiels : Déjà cinq pannes publiques avec Paul Biya

vendredi 27 mai 2016


La panne de la voiture présidentielle survenue vendredi dernier au Boulevard du 20 mai, a soulevé certes un tollé général. Mais, Paul Biya n’était pas à sa première mésaventure. Revue.

Le vendredi 20 mai 2016, en fin de matinée, il s’est produit une scène insolite devant la loge d’honneur aménagée pour la célébration de la 44e Fête nationale au Boulevard du 20 mai à Yaoundé. La limousine décapotable de couleur noire dans laquelle le président de la République est arrivé, est tombée en panne au moment où son illustre passager s’apprêtait à passer en revue les troupes. Paul Biya, le Chef suprême des Armées, a finalement rempli cette traditionnelle mission dans une autre grosse cylindrée de couleur blanche. Cette panne publique de la voiture présidentielle est jugée humiliante par les uns, et commun par les autres. Mais il reste qu’il a soulevé un tollé général au pays et même au-delà. Cela dit, vendredi dernier, Paul Biya n’était pas à sa première mésaventure.

Il faut remonter au dimanche 17 décembre 2000 pour noter la première panne publique de la voiture présidentielle. C’était en début d’après-midi au stade Ahmadou Ahidjo où il s’était rendu pour présider la finale de la Coupe du Cameroun de football entre Kumbo Strikers et Unisport du Haut-Nkam (1 – 0). Quand le « premier sportif » camerounais est descendu de sa luxueuse décapotable pour le passage des troupes en revue, cette dernière a refusé de repartir. Il a fallu le concours des hommes en tenue de la Garde présidentielle pour conduire le véhicule mythique au parking du stade Ahmadou Ahidjo devant près de 50 mille spectateurs qui n’en croyaient pas leurs yeux. 14 ans après cet incident dans l’antre de Mfandena, Paul Biya, cette fois-là, en compagnie de son épouse, a été contraint de changer de véhicule le dimanche 12 juillet 2015. Et pour cause, la Mercedes Maybach S600 dans laquelle se trouvaient le couple présidentiel, a été victime d’une crevaison au quartier Mvog-Mbi à Yaoundé.


Mystère autour des causes

Chantal et Paul Biya se rendaient alors au village du président à Mvomeka’a, dans la Région du Sud. Les hommes en charge de la sécurité se sont organisés illico presto pour installer Chantal et Paul Biya dans une autre voiture. Toujours sur la route de Mvomeka’a, la voiture présidentielle s’était immobilisée un jour de février 2010 toujours à cause d’une défaillance mécanique. Mais, l’incident qui a présenté le plus grand danger pour la vie du Chef de l’État, est survenu le 25 avril 2004 lors du vol inaugural de l’Albatros, nom de baptême du nouvel aéronef acheté pour les voyages du président de la République. Parti de Yaoundé à destination de Paris, l’avion qui transportait le Président et sa suite a été contraint de faire demi-tour et d’atterrir en urgence à l’aéroport international de Douala à cause d’un problème technique survenu sur une partie de l’avion. Traumatisé par cet incident, Paul Biya n’est plus jamais remonté dans cet avion.

Nonobstant le fait que toutes ces pannes soient survenues en public, la présidence de la République ne s’est jamais officiellement prononcée sur les causes. Le mystère autour des causes de ces accidents dont a été victime la plus haute autorité camerounaise, reste entier donc. Et pourtant, après chaque incident, des indiscrétions ont toujours laissé croire qu’une enquête a été ouverte pour apporter toute la lumière et déterminer les responsabilités. Le sujet de l’avion Albatros revient de temps à temps dans l’actualité, pas pour évoquer la panne technique dont il a été victime il y a douze ans, mais plutôt dans le registre judiciaire où les responsables chargés de l’acquisition de l’avion présidentiel sont poursuivis pour détournement de fonds publics.

Par Nana Paul Sabin(LNE)

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Bamenda, les anglophones se rebiffent => Depuis ce lundi, la ville de Bamenda, dans le nord-ouest du Cameroun, est (...)
Situation à Bamenda : problèmes et pistes de solutions => Les revendications exprimées ces derniers temps par certains enseignants et (...)
Banque des PME : cinq milliards de F de prêts déjà (...) => Depuis le mois de février, l’institution financière a tenu 32 comités de (...)
Lutte contre le terrorisme : le Canada réaffirme son (...) => Le Haut-commissaire, René Cremonese, l’a signifié hier au chef de l’Etat au (...)
Le débat reste ouvert sur le statut de la première (...) => C’est la substance des trois jours de débat à l’université de Yaoundé II dans (...)
RDPC : le mandat de Paul Biya prorogé => Réuni hier sous la houlette du président national du RDPC, le Bureau (...)
Confidences : Ce que Victor Fotso pense de Y.M (...) => Le patriarche de Bandjoun aurait abordé le sujet de la condamnation de son (...)
Douala : Un faux capitaine de la marine aux arrêts => Neba Emmanuel Tikum qui utilisait sa fausse identité pour exproprier et (...)
Indemnisations : L’exemple qui vient de Kenya (...) => La somme de 1 500 000 Fcfa que Camrail débloque pour l’organisation des (...)
Décripage poignant d’un internaute sur la catastrophe (...) => Nous avons souhaité partager avec vous le témoignage d’un des passagers du (...)
SPIP | Copyright © 2008 - 2016 | Powered by Solutions Triangle | Espace Privé | Retrouvez-nous sur Google+ | Suivre la vie du site RSS 2.0