PUBLICITE.
Pour la création du site Web de votre entreprise, imprimerie, sérigraphie, peinture de vos bâtiments, confiez votre cummunication à ASCOM. Contact 77 64 83 51 - 94 40 85 66
En travaux !!! Actuellement insdisponible!!!

Transactions financières et commerciales : le boom numérique

lundi 27 février 2017


La dématérialisation prend peu à peu son envol au Cameroun et révolutionne les habitudes des usagers.

« Il y a un mois, ne pouvant me rendre dans un distributeur de ma banque pour retirer de l’argent, j’ai effectué un appel de fonds via mon téléphone et j’ai pu obtenir la somme souhaitée dans une station-service de mon quartier ». Ce petit récit d’un fonctionnaire en poste à Yaoundé témoigne à lui seul des avancées enregistrées, ces dernières années, dans le secteur de la finance électronique au Cameroun. En effet, divers paiements (factures d’électricité, frais universitaires, primes d’assurances, etc.) peuvent désormais se faire via le téléphone portable, avec ou sans connexion Internet.
D’ailleurs, même des services comme les impôts et la douane se sont laissé séduire par cette nouvelle mouvance. Des compagnies aériennes sont également dans le bain, pour ce qui est de la vente de leurs billets d’avion. Le commerce électronique n’est pas en reste. Au point où, à côté des boutiques en ligne, des supermarchés offrent aussi des services de paiement mobile. Mais le service qui, à l’observation, tient le peloton de tête, c’est le transfert d’argent. Il est quasiment gratuit et disponible 24h/24. Son principal atout est de mettre fin aux engorgements connus dans tous les guichets. Et pour cela, il faut passer soit par Internet, soit par la téléphonie mobile. Les deux plus anciens opérateurs du pays étant les pionniers dans le domaine. Au Cameroun, le service existe depuis septembre 2011. C’est à cette date que des opérateurs de téléphonie mobile ont noué des partenariats avec certaines banques commerciales qui en assurent le contrôle règlementaire. Mais, le phénomène connaît une formidable expansion depuis 2014. A ce jour, plus de 6000 points de paiement existent à travers le pays, avec des transactions dont la somme dépasse largement les 72 milliards de F en 2014.

Selon les utilisateurs, ce concept offre une large surface de sécurité, de confidentialité et de rapidité. « Je n’ai plus besoin de me balader avec de fortes sommes d’argent en poche. Tout est soit à la banque, soit dans mon téléphone qui me sert de porte-monnaie électronique et je peux en disposer en temps voulu, sans crainte de me faire agresser ou de perdre du temps dans une agence quelconque », affirme Solange D, cadre dans une entreprise à Douala.

Mais le secteur reste encore en friche puisque selon certaines sources, le mobile money ne touche que 25% des consommateurs du mobile. De plus, cette activité génère des milliers d’emplois et reste ouverte à l’inventivité, tant la modernité technologique s’enracine au Cameroun.

Sosthène Bounoung Essono : « Il faut une régulation collaborative »

Directeur des licences, de la concurrence et de l’interconnexion à l’Agence de régulation des télécommunications (ART)

Y a-t-il une règlementation en matière de transfert d’argent électronique, notamment de Mobile Money au Cameroun ?

Du point de vue du secteur des télécommunications, le transfert d’argent électronique, le Mobile Money et le Mobile Banking entre autres, sont des services à valeur ajoutée des télécommunications dans la mesure où ces transactions se font au travers des SMS et de tous les autres services portés par les opérateurs des télécoms. Mais, ce sont des activités que l’on peut également qualifier de bancaires. En gros, il s’agit de services financiers qui s’appuient sur le réseau des télécoms. Les opérateurs téléphoniques ne font que transporter l’information afin que les transactions se déroulent de manière harmonieuse. Les opérateurs des télécoms qui désirent proposer ces services à travers leur propre structure ont l’obligation d’obtenir des autorisations, tous les titres d’exploitation de type financier ou bancaire, de telle sorte que le service fourni soit conforme à la règlementation. A défaut, ils peuvent s’appuyer sur les banques traditionnelles pour exercer. L’ART ne délivre pas de licence pour ces services.

Un dispositif de médiation est-il prévu en cas de litige entre les usagers et les opérateurs ?

C’est le problème qui se pose actuellement de par le monde : celui de la régulation collaborative. C’est parce qu’un usager est abonné à un opérateur de télécoms qu’il fait des transactions financières. Mais voyez-vous, un utilisateur qui règle sa facture d’électricité à travers un opérateur téléphonique et qui se retrouve suspendu par Eneo viendra se plaindre auprès d’Orange ou de MTN. A ce moment-là, comment le régulateur de télécoms, s’il est saisi, devrait régler cette situation qui ne relève pas de son secteur d’activités ? D’où la nécessité d’arriver à une régulation collaborative afin que chaque acteur sache à quel niveau intervenir. Ce sont de nouveaux mécanismes qu’il faut développer pour la satisfaction globale des consommateurs qui sont à la fois des utilisateurs de services de télécoms, d’électricité, d’assurance… La règlementation dans ce domaine est en train de se construire et le régulateur des télécommunications prendra les devants pour organiser cette régulation collaborative.

Pouvez-vous estimer le volume des échanges enregistrés dans le cadre du Mobile Money depuis ses débuts ?

Au début, nous groupions ces transactions au titre de SMS sans forcément connaître le service qu’il y a derrière. Depuis la montée en puissance de ces services financiers, nous avons commencé à collecter des informations spécifiques, parce que nous sommes conscients du fait que ce sont des indicateurs importants de l’économie numérique. Ainsi, près de neuf millions de transactions ont été enregistrées en 2014 pour une valeur de plus de 72 milliards de F.

La parole aux acteurs

Doris Tchatchoua : « Les files d’attente, c’est fini »

Communicatrice

« Les paiements électroniques ? J’en suis complètement fan. Pour moi, devoir me rendre physiquement à la banque est parfois un calvaire. Aussi ai-je beaucoup apprécié que mon opérateur téléphonique me permette de lier mon compte bancaire à mon compte de paiement mobile. Les files d’attente, c’est fini ! Je paie quand je veux et comme je veux. Je pense que tous les commerçants devraient se doter d’un service de paiement électronique. Ceci résoudrait bien des soucis comme les braquages, les vols, les erreurs d’encaissement… »

Malam Moussa : « Ces paiements sont désormais incontournables »

Etudiant en Master II, droit fiscal

« Les paiements électroniques sont devenus un élément incontournable dans une société qui se veut moderne, de par la fluidité, la rapidité et la sécurité qu’ils offrent. Les transactions se font désormais avec plus de discrétion. Plus besoin de patienter dans une file d’attente. On gagne en temps et on devient multitâches car sans se déplacer, on peut en même temps effectuer son travail et régler une situation à distance. Doté simplement de son téléphone, on peut gérer bien des situations ».

Yolande Nicole Beribang : « Plus sûrs et moins pénibles »

Etudiante en communication

« Les paiements électroniques aujourd’hui sont devenus très importants. Ils nous font gagner en temps par exemple dans le règlement de nos factures et, je pense, nous permettent de mieux contrôler nos dépenses. Cela facilite les transactions en tout cas, tout en garantissant une certaine sécurité dans les opérations. Donc, ces paiements sont plus sûrs et moins pénibles. Par ailleurs, on peut constater que cette pratique a contribué à lutter contre le chômage, par la création d’emplois, notamment au profit des jeunes, qu’on voit à l’œuvre dans certains kiosques de paiement par téléphone mobile ».

Isidore Ndassi : « Des transactions rapides et sécurisées »

Entrepreneur à Bafoussam

« Tout en étant à la maison ou dans mon véhicule, je peux exécuter des transactions financières sans forcément me déplacer auprès d’un établissement bancaire comme traditionnellement. C’est très utile pour faire des envois d’argent ou pour les épargnes. Il y a l’aspect rapidité. Vous pouvez être n’importe où envoyer de l’argent en faisant un transfert à partir de votre téléphone portable. Dans ces plateformes, il y a un service d’achat de crédit qui nous facilite la tâche quand on est en difficulté ou en panne de crédit lors d’une conversation importante d’affaires par exemple ».

Propos recueillis par Alliance NYOBIA et Gibrile KENFACK TSABDO

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Enseignement catholique : Où va la discipline (...) => Jadis réputé pour sa rigidité dans la gestion des effectifs et l’encadrement (...)
Parlement : De quoi a peur le SDF ? => Ses élus, absents des travaux depuis mardi dernier, en raison, disent-ils de (...)
Fraude et évasion fiscales : Le plan de bataille de (...) => Le 10e forum mondial sur la transparance et l’échange des renseignements dans (...)
Assemblée nationale : Cinq étages consumés => Un grave incendie s’est déclaré hier nuit, ravageant totalement une partie des (...)
Partenaires au développement : le clin d’œil du (...) => Un forum s’est déroulé hier à Yaoundé pour explorer les axes de coopération (...)
Nomination de responsables au ministère des Finances => Décret N° 2017/11320/PM du 13 novembre 2017. Le Premier ministre, chef du (...)
Nomination de responsables au ministère de l’Eau et de (...) => Décret n°2017/11321/PM du 13 novembre 2017. Le premier ministre, chef du (...)
Commerce intra-africain : Encore trop de barrières => En plus des procédures et frais exigibles déjà élevés, la corruption et le trop (...)
Humanitaire : La vie change avec Synergies africaines => De nombreuses personnes, démunies ou vulnérables, et autres institutions ont (...)
Situation dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest : Le Sénat (...) => Hier à l’ouverture de la session, Marcel Niat Njifenji a dénoncé les attaques (...)
SPIP | Copyright © 2008 - 2017 | Powered by Solutions Triangle | Espace Privé | Retrouvez-nous sur Google+ | Suivre la vie du site RSS 2.0