PUBLICITE.
Pour la création du site Web de votre entreprise, imprimerie, sérigraphie, peinture de vos bâtiments, confiez votre cummunication à ASCOM. Contact 77 64 83 51 - 94 40 85 66
En travaux !!! Actuellement insdisponible!!!

Sénatoriales 2013 - John Fru Ndi : « je gagnerai avec la majorité absolue »

lundi 25 mars 2013


Déclaration du Chairman du Social democratic front (Sdf) à la presse, samedi 23 mars 2013 à Douala, en marge des obsèques de Paul Kamerun, membre du National executive committee (Nec).

Les obsèques de son camarade Paul Kamerun, à Douala, samedi 23 mars 2013, n’ont point émoussé la verve du chairman du Sdf, Ni John Fru Ndi. De passage dans la capitale économique pour la triste circonstance, le leader du plus grand parti politique de l’opposition au Cameroun, a échangé avec la presse au domicile de son vice-président, Osih Joshua, sis à Bonanjo. Comme il fallait bien s’y attendre, les échanges ont porté sur les sénatoriales, notamment la posture du parti de Fru Ndi avant cette joute électorale du 14 avril 2013, la disqualification de la liste Sdf dans le Littoral, la bataille serrée entre le Sdf et le Rdpc dans la région du Nord Nord-Ouest, si la Cour suprême, en lieu et place du conseil constitutionnel, invalide la disqualification de la liste du Rdpc dans cette partie du pays, et bien d’autres préoccupations.

Sur l’engagement de Fru Ndi à faire sortir « des machettes » et à « aider Paul Biya à gâter le pays » au cas où les sénatoriales sont organisées avant les municipales et les législatives, le leader du Sdf a tenu d’entrée de jeu, à lever des équivoques. « Certaines personnes qui ont la mémoire courte oublient que j’ai été le tout premier à déclarer publiquement que je serai candidat aux sénatoriales. Concernant les machettes, je dois rappeler que je suis un agriculteur. Ce qui suppose que je suis censé avoir des machettes. Encore que pris dans le sens que des gens voudraient insinuer, quand on a des machettes, c’est plus pour se défendre que pour attaquer. Quand on veut attaquer ou tuer rapidement en plein 21ème siècle dans un pays comme le nôtre pour des raisons politiques, on prend plutôt des armes lourdes qui permettent de neutraliser à distance ». Déclare le chairman qui ne passe pas par quatre chemins pour stigmatiser l’éventualité d’un complot ourdi contre lui et son parti et préciser les mobiles réels de sa rencontre avec le directeur du cabinet civil de la présidence de la République, Martin Belinga Eboutou.


Conformité des dossiers

« Cette fixation malsaine qu’on fait sur ma personne est tout de même surprenante. L’évocation de cet instrument rudimentaire au cours d’un meeting était une alerte en direction des pouvoirs publics. La preuve est qu’entre cette évocation et le communiqué final consacrant notre participation aux sénatoriales, le parti a pris une position intermédiaire pour l’exigence d’un dialogue politique républicain avant les sénatoriales. Ce qui a été fait.

L’essentiel pour moi n’était pas le fait de se rencontrer, mais plutôt le contenu de la rencontre…. Nous avons décidé de participer aux élections sénatoriales pour l’intérêt suprême du peuple camerounais qui impose que soient mis sur pied le Sénat et le Conseil constitutionnel que nous avons toujours réclamés depuis 1996. N’oublions surtout pas qu’en l’absence de ces deux institutions, le chaos est prévisible en cas de vacance du pouvoir ».

Concernant la liste du Sdf-Littoral rejetée par Elecam, Fru Ndi fait amende honorable et assène, pince-sans-rire : « une seule liste sur huit présentées par le Sdf a été rejetée. Celle du Littoral à cause de la maladresse d’un camarade qui avait en charge de vérifier la conformité des dossiers de chaque candidat. Un mandataire se doit d’être appliqué. La politique ne se fait pas exclusivement dans les médias. Nos conseillers juridiques à la suite du rejet par Elecam ont saisi le Conseil constitutionnel pour remédier au problème qui se situe au niveau de la légalisation d’une seule pièce contenue dans le dossier d’un seul candidat » déclare-t-il, non sans lancer des flèches sur le Rdpc.


Des candidats de qualité


« Il est tout de même surprenant que les listes du parti au pouvoir aient été rejetées. Ils ont d’énormes moyens et surtout ils sont les seuls à détenir le calendrier électoral. Ce qui suppose qu’ils étaient au courant bien avant les autres, contrairement à nous qui avons mis moins de cinq jours pour constituer tous nos dossiers. On ne saurait comprendre qu’on puisse introduire dans des listes des personnes qui ont moins de 40 ans ou des personnes qui ne savent même pas que le bulletin N°3 du casier judiciaire est délivré par le tribunal et pas par un officier de police. Qu’en sera-t-il quand ils seront appelés à voter des lois sensibles et complexes au Sénat ? Cela traduit un manque de sérieux dont les conseillers municipaux devraient en tenir compte le jour du scrutin »
.
Sur les chances que le Sdf possède en ce qui concerne la liste que le Chairman conduit himself, dans le Nord-Ouest, Fru Ndi n’a pas fait mystère sur son optimisme et s’est voulu réaliste. « Le jeu semble déséquilibré dès le départ au vu du nombre de conseillers municipaux que nous disposons dans ces régions. La liste que je conduis est composée de sept titulaires et de sept suppléants de qualité. En raison du nombre réduit des électeurs, je puis vous dire que je gagnerai avec la majorité absolue. Nous veillerons efficacement à ce qu’il n’y ait pas du tout de fraude comme lors des dernières élections de 2007 »

En tout état de cause, pour sa première bataille sur le terrain des élections en dehors des présidentielles, Ni John Fru Ndi, ne s’engage pas en victime résignée. Bien plus, il croit dur comme fer à son entrée au Sénat, pas par nomination, -ce qui est d’ailleurs possible-, mais par élection. Le verdict du 14 avril lui donnera-t-il raison ?


Par Alain Njipou(Le Messager)

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Alain Belibi : « poursuivre l’effort, écouter le public , (...) => Le Directeur Central de l’antenne radio de la Crtv apprécie la chemin (...)
Me Pierre Robert Fojou : « A la lumière des textes, (...) => Avocat au Barreau du Cameroun, expert en droit de la propriété (...)
Jean-Baptiste Bokam : « Des consignes particulières ont (...) => Les accidents de circulation enregistrés au cours du mois d’août ont bien (...)
Jean Ernest Masséna Ngalle Bibehe : « Tout est mis en (...) => Monsieur le ministre, l’on s’achemine vers la rentrée scolaire 2017. Où en (...)
Amélo : " Dans la vie il faut apprendre à célébrer nos (...) => La population du quartier Bilonguè « cité de la paix » était le témoin dimanche (...)
Enow Ngachu : « Je suis fier parce que le Chef de l’Etat (...) => Nommé ce 24 mai 2017, directeur général de l’Académie nationale de football (...)
Issa Tchiroma Bakary : « Les hommes de médias ne sont pas (...) => Monsieur le ministre, la Journée internationale de la liberté de la presse (...)
Duvalier KAMDOUM SOH : "ASCOM PRIZE va récompenser cette (...) => Vous êtes le président de l’association des communicateurs du Cameroun(ASCOM) (...)
Marafa Hamidou Yaya : "Je suis le prisonnier du (...) => Le 16 avril, cela fera cinq ans que Marafa Hamidou Yaya est incarcéré. À (...)
Me Jackson Francis Ngnié Kamga : « Les revendications des (...) => Monsieur le Bâtonnier, dans le communiqué que vous avez rendu public (...)
SPIP | Copyright © 2008 - 2017 | Powered by Solutions Triangle | Espace Privé | Retrouvez-nous sur Google+ | Suivre la vie du site RSS 2.0