PUBLICITE.
Pour la création du site Web de votre entreprise, imprimerie, sérigraphie, peinture de vos bâtiments, confiez votre cummunication à ASCOM. Contact 77 64 83 51 - 94 40 85 66
En travaux !!! Actuellement insdisponible!!!

Sénatoriale : Cavaye fuit l’Assemblée nationale

jeudi 14 mars 2013


Il force la main au Président du Rdpc en espérant continuer d’être la 2è personnalité de la République.

Les tractations devraient être épiques et les débats houleux, dans les prochaines heures au sein des instances dirigeantes Rassemblement démocratique du peule camerounais (Rdpc) pour la constitution du bureau de l’Assemblée nationale. Largement majoritaire au Parlement, le parti au pouvoir se retrouve pourtant dans une situation plus qu’embarrassante : le titulaire du perchoir depuis 1992, Cavaye Yeguie Djibril a décidé de se porter candidat aux élections sénatoriales du 14 avril. Cela signifie, logiquement, qu’il se met délibérément hors course à la chambre basse. Et donc que la traditionnelle réunion du comité central, qui précède cette élection au bureau de la Chambre, va devoir redistribuer les cartes. Et ce n’est pas le plus facile.

Mais, il y a plus grave encore. Selon des sources introduites, Cavaye Yeguié Djibril s’est engagé dans la course sans avoir obtenu l’aval de la hiérarchie de sa formation. « C’est seulement jeudi, 07 mars 2013 au soir, que le Président Biya, lassé des multiples manœuvres obscures et suppliques du Pan, s’est résolu à lui donner l’autorisation de concourir », confie une source introduite. Et de s’étonner de « la légèreté avec laquelle l’homme a procédé, lui qui est en campagne pratiquement depuis la convocation présidentielle du collège électoral en vue de l’élection des Sénateurs, le 27 février 2013 ». Le cas Cavaye constitue donc un casse-tête, en même temps qu’il peut être une bonne occasion de se débarrasser d’un spécialiste de la bourde qui commençait à gêner dans les instances de Direction du Rdpc. Pour le compte des départements du Diamaré et du Logone et Chari, il a pour colistiers Abdoulaye Wouyak Marava, Bouba Danki, Marie Damdam, Fayçal Mourad, Hamadou Evélé et Hessana Mahamat. Mais, il trouvera en face de lui une liste concurrente constituée de non moins « caïds » du régime : Kamssouloum Abba Kabir et dans laquelle figurent Abba Bouka, Sali Dairou, Isabelle Silikam, Julienne Djakao, Jean Gonondo et Hersesse Zondol.

Inutile de prévoir l’autre embarras, que la situation ainsi posée va donner à la commission régionale de réception, d’analyse et d’évaluation des candidatures du Rdpc pour l’Extrême-Nord. Elle devra soit départager les uns et les autres, soit invalider l’une des listes en compétition ou alors procéder à un panachage. Cette troisième piste semble de plus en plus privilégiée, mais pourra se heurter à l’animosité et à l’impopularité de M. Cavaye dans sa région natale, lui qui a régulièrement été contesté par ses camarades du parti et qui, depuis plus de deux décennies, a été chaque fois repêché par le sommet du parti au pouvoir.

Il pourrait ainsi arriver que, écarté de la liste et pas couvert comme souvent par le sommet de l’État, dont il est la 2è personnalité après le Président de la République, le Pan se retrouve totalement hors réseau(x). En restant à la tête de l’Assemblée nationale, M. Cavaye régresse d’un rang au plan de la représentation nationale au profit du Président du Sénat. Considérant, comme certains autres assoiffés, que la place d’intérimaire constitutionnel lui revient de droit, il compte migrer vers la Chambre haute afin de se rendre incontournable sur l’échiquier politique. Surtout assurer la transition en cas de vacances à la présidence de la République.

Rectitude.

A peine porté à la présidence de l’Assemblée nationale, en mars 1992, il se précipite devant les micros de la radio nationale en ces termes : « Je remercie le Chef de l’État de m’avoir nommé ! » Première faute, et pour quelqu’un qu’on croyait « élu ». En pleine campagne pour les élections législatives du 22 juillet 2007, il promet une enveloppe de 100.000 FCFA à tout bureau de vote qui rapporterait 100% des suffrages au Rdpc. Quelques semaines avant, il est nommément cité dans une sombre histoire de véhicules de seconde main, dérobés au Nigeria voisin et qui se sont retrouvés dans son parking à Tokombéré. Des « frères du village » sont scandalisés, et publient moult dénonciations pour appeler à sa démission. Mais il reste droit dans ses bottes et, depuis son perchoir, s’en prend une autre fois aux membres du gouvernement, qu’il accuse de fermer la porte de leur bureau aux parlementaires qu’on sait spécialistes du trafic d’influence et en recherche effrénée des marchés publics.

Très contesté par les chefs traditionnels de son arrondissement d’origine, Cavaye Yeguié Djibril est aussi un grand spécialiste du népotisme ostentatoire, le mada, sa langue maternelle, ayant été instituée comme langue de travail en son propre cabinet. Plusieurs fois, on a décrié ses pressions personnelles pour faire obtenir le maximum de places à l’École nationale d’administration et de magistrature (Enam), à la Faculté de médecine et de sciences biomédicales (Fmsb), à l’Institut des relations internationales du Cameroun (fric), à l’École militaire interarmées (Emia), et à d’autres grandes écoles aux enfants de sa famille et ses belles familles. Moyennant quoi, le Pan joue les grands moralisateurs du haut de sa chaire. Voici quelques mois, il décide d’aborder l’attitude de certains dignitaires aujourd’hui en proie avec la justice, suite à des accusations de détournements de deniers publics. Abondant dans le registre du pédantisme arrogant, il se dit « surpris par la fuite en avant, voire l’amalgame orchestrée par certains pris depuis quelques temps dans les serres du redoutable rapace. Ceux-là s’abîment dans des manœuvres tendant à transformer en dossier politique ce qui pourtant aux yeux de tous, relève du droit commun. Elle est intolérable et même grossière, une telle tentative ». Une « tentative de prise en otage de l’opinion nationale ». Titulaire du diplôme de maître d’éducation physique, Cavaye décrie une « attitude intolérable et même grossière ». Ses propres comportements sociaux laissent pourtant interrogateur...

Source:La Météo

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Awards des entreprises et acteurs de la communication : (...) => Le nouveau trophée du prix de l’excellence en communication au Cameroun (...)
Hôpital d’Ebomè-Kribi : deux naissances de triplés (...) => Les six bébés nés le 22 avril dernier se portent bien, mais l’une des mamans (...)
Chantier des jeux universitaires de Maroua : il faut (...) => Le président du comité local d’organisation est descendu sur le terrain mardi (...)
Cameroun-Chine : L’ambassadeur Wei Wenhua fait ses (...) => Arrivé en fin de séjour, le diplomate chinois a été reçu en audience hier par le (...)
Distribution de l’eau potable : Camwater reprend la main (...) => Les ultimes réglages effectués en attendant de franchir la ligne droite ce (...)
Secrétaires : plus que des femmes derrière un bureau => Elles l’ont rappelé le 20 avril dernier au cours d’une cérémonie, à Yaoundé à (...)
Chine – Cameroun : on célèbre encore l’amitié => La récente visite d’Etat du président de la République dans l’Empire du Milieu (...)
Préservation de la paix et de l’unité nationale : le Sénat (...) => A l’ouverture de la session ordinaire de plein droit de la 2e législature (...)
Lutte contre le terrorisme : Le Nigéria et le Cameroun (...) => Déclaration du chef d’état major des forces armées nigérianes après le (...)
Sénat : La seconde législature s’ouvre => Les membres de la chambre se retrouvent ce matin au Palais des Congrès de (...)
SPIP | Copyright © 2008 - 2018 | Powered by Solutions Triangle | Espace Privé | Retrouvez-nous sur Google+ | Suivre la vie du site RSS 2.0