PUBLICITE.
Pour la création du site Web de votre entreprise, imprimerie, sérigraphie, peinture de vos bâtiments, confiez votre cummunication à ASCOM. Contact 77 64 83 51 - 94 40 85 66
En travaux !!! Actuellement insdisponible!!!

Sécurité sociale : Le Smig passe de 28.000 Fcfa à 36.000 Fcfa

vendredi 18 juillet 2014


C’est la principale résolution adoptée lors de la 17ème session de la Commission nationale consultative du travail, qui s’est tenue les 16 et 17 juillet à Yaoundé. Le texte prévoit également le déplafonnement des cotisations sociales de 300 à 700.000 Fcfa. L’application de ces mesures reste cependant suspendue à un décret du gouvernement.

Houleux, les débats l’ont été pendant deux jours dans la salle des conférences du ministère du Travail et de la Sécurité sociale (Mintss), entre le maître des céans, les organisations patronales et les syndicats des travailleurs. Hier en début d’après-midi, le procès-verbal de la 17ème session de la Commission nationale consultative du travail est signé par les 15 membres statutaires. Le document prévoit que soit revalorisé de 29% le Salaire minimum interprofessionnel garanti (Smig). Celui-ci devrait passer de 28.525 Fcfa à 36.270 Fcfa. Une revalorisation à l’arrachée coté employeur et à minima selon les regroupements syndicaux. Ces derniers exigeaient un arrimage du Cameroun aux normes de l’Organisation internationale du travail (Oit) pour plafonner le Smig « tout au moins à 62. 000 Fcfa ». Hurlements du patronat qui brandit des contraintes de production et la pression fiscale pour garder le Smig en l’état. La pomme est finalement coupée en deux : 36.270 Fcfa soit une augmentation de 29%. Mais pour avaler la douloureuse, les organisations patronales demandent au gouvernement « des mesures d’accompagnement d’ordre fiscal et social ».


« C’est une perte de temps »

Cependant, à en croire les syndicats des travailleurs, ce n’est que le premier round. « Nous disons clairement que nous ne sommes pas satisfaits. Nous avons clairement exigé un minimum 62.000 Fcfa compte tenu du coût de la vie » tempête Tangono Antoinette de la Cct. Elle reconnait tout de même que les arguments du patronat, qui soulève l’environnement économique difficile, sont aussi pertinents. « Il vaut mieux un ‘tient que deux ‘tu l’auras’ » finit-elle par admettre.

La seconde grande mesure prise par cette Commission explique cette capitulation des syndicats sur le Smig : le relèvement du plafond de l’assiette des cotisations sociales de 300.000 à 750.000 Fcfa dans les branches des pensions vieillesses et invalidité. « Au-delà du Smig, c’est une grande avancée » se félicite la représentante de la Cct. Mais plaide-t-elle, « il ne faut pas que l’application de ces mesures tardent. Nous demandons que toutes les conclusions arrêtées dans le procès verbal soient appliquée au plus vite ». Jean Marc Bekoko de la Csp est plus tempéré, à la limite pessimiste, sur la partition que doit maintenant jouer le gouvernement. « La Commission nationale consultative du travail n’a pas grand intérêt, ses avis ne comptent pas, c’est une perte de temps, brocarde-t-il, on n’est pas sûr que le gouvernement va entériner ces résolutions ».

Il poursuit en rappelant « qu’il ya’ un an on a déposés un projet de loi sur les syndicats ». Le texte se trouve depuis bloqué à la primature. Non seulement il est bloqué, mais il est en train d’être caviardé. Tous les regards sont tournés vers le Comité du dialogue social récemment crée par le gouvernement, car pensent les syndicalistes, « c’est là-bas que nous ferons vraiment entendre nos voix !
 »
. ça va chauffer… ! On verra bien. Sauf si le Cameroun enfin change. En bien.


Par Ludovic AMARA (Le Messager)

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Loi de règlement 2016 : le Minfi explique le déficit de (...) => Le texte déposé à l’Assemblée nationale la semaine dernière, a été examiné hier (...)
Soldats assassinés : L’hommage de la nation => Sur instructions du président de la République, le SED, Jean-Baptiste Bokam a (...)
SABADE : Transformation du bois : le savoir-faire (...) => La première édition du Salon africain du bois, de l’artisanat, de la (...)
Enseignement catholique : Où va la discipline (...) => Jadis réputé pour sa rigidité dans la gestion des effectifs et l’encadrement (...)
Parlement : De quoi a peur le SDF ? => Ses élus, absents des travaux depuis mardi dernier, en raison, disent-ils de (...)
Fraude et évasion fiscales : Le plan de bataille de (...) => Le 10e forum mondial sur la transparance et l’échange des renseignements dans (...)
Assemblée nationale : Cinq étages consumés => Un grave incendie s’est déclaré hier nuit, ravageant totalement une partie des (...)
Partenaires au développement : le clin d’œil du (...) => Un forum s’est déroulé hier à Yaoundé pour explorer les axes de coopération (...)
Nomination de responsables au ministère des Finances => Décret N° 2017/11320/PM du 13 novembre 2017. Le Premier ministre, chef du (...)
Nomination de responsables au ministère de l’Eau et de (...) => Décret n°2017/11321/PM du 13 novembre 2017. Le premier ministre, chef du (...)
SPIP | Copyright © 2008 - 2017 | Powered by Solutions Triangle | Espace Privé | Retrouvez-nous sur Google+ | Suivre la vie du site RSS 2.0