PUBLICITE.
Pour la création du site Web de votre entreprise, imprimerie, sérigraphie, peinture de vos bâtiments, confiez votre cummunication à ASCOM. Contact 77 64 83 51 - 94 40 85 66
En travaux !!! Actuellement insdisponible!!!

SOPECAM : L’Heure est grave !

mercredi 15 mai 2013


Joseph Le et Marie Claire Nnana, respectivement PCA et DG, transforment Cameroun Tribune en une tribune commerciale, la mal gouvernance et l’affairisme.

Depuis un certain temps, le quotidien national bilingue Cameroun Tribune a perdu ses lettres de noblesse. L’image gouvernementale qu’il incarne est noyée et même recherchée à cause d’un système de gestion et même d’administration incompatible avec la politique des Grandes Réalisations prônée par le premier citoyen camerounais, Paul Biya. A dire vrai, le DG Marie Claire Nnana et son équipe n’informent quasiment plus les Camerounais. La part belle est accordée aux communiqués et autres annonces qui, selon les professionnels en service dans ce journal, sont plus rentables que de simples couvertures médiatiques. Les Camerounais avides d’informations sont dans l’obligation de jeter leur dévolu sur la presse privée qui, tant bien que mal, s’efforce à produire le meilleur de l’information. Comment comprendre que dans un quotidien national qui a une pagination de 32 pages que seules environ 10 pages soient consacrées à l’actualité nationale. Une situation qui soulève une foultitude d’interrogations sur les raisons qui peuvent justifier cette course effrénée vers le nerf de la guerre. Les caisses de cette structure seraient-elles sèches ou alors cette nouvelle façon de faire est une histoire montée de toute pièce par les responsables pour s’en mettre plein les poches ? Autant d’interrogations qui soulèvent le courroux des populations qui veulent comprendre ce qui se passe réellement dans cette « boîte ».

Tous les mouvements de cette entreprise publique sont désormais focalisés sur le « ring » commercial : annonces, publicités, appels d’offres, communiqués privés, avis de décès, messes de requiem, etc. ont envahi Cameroun Tribune et représentent plus de 70% des pages du journal de la rue de l’aéroport. Et même, quand il faut parler de l’actualité nationale et internationale, cela se fait en de simples illustrations en quelques paragraphes avec à l’appui des images sombres et insignifiantes. L’on se pose la question de savoir si, CT, comme on l’appelle affectueusement, est devenu une presse privée qui fonctionne grâce à des ressources propres de son Directeur de publication et, dans une moindre mesure, des publi-reportages qui se paient au prix de moult procédures. Ce qui est contraire à l’organe de presse dirigé par Marie Claire Nana dont la grande partie du capital provient de l’impôt que payent tous les Camerounais. Au-delà de ce gangstérisme de l’information, les dérives de la SOPECAM sont ahurissants, attirent négativement l’attention des autorités et responsables de la République. La presse privée informerait nettement mieux les Camerounais si on s’en tient aux témoignages concordants des lecteurs de ce quotidien rencontrés par votre journal. La presse privée broie du noir, cela n’est un secret pour personne, les sources d’informations sont verrouillées dans les administrations, les journalistes sont condamnées à la clochardisation et la liste est loin d’être exhaustive. Comment comprendre donc que malgré ce contexte défavorable, la presse privée réussit à damer le pion au quotidien national qui n’a visiblement plus le monopole ? De deux chose l’une. Soit ces professionnels sortis des plus grandes écoles où s’inculquent la meilleure déontologie journalistique sont devenus des mercenaires remettant profondément en cause leur formation, soit alors ils sont envahis par des lobbies qui sabotent leurs talents individuels. Tout ceci laisse transparaître une face hideuse de ce quotidien à qui les Camerounais et même les expatriés ont tout donné. Il se présente ainsi comme une grosse fabrique de personnages inadaptés et inaptes pour la plupart. Dans ces conditions, vous comprendrez bien que les gens soient des adeptes du gain. De véritables chasseurs de gombos qui collectionnent sans publier l’information. Certains membres du Gouvernement ne cachent plus leurs gênes devant ces bourdes des responsables du quotidien national Cameroun Tribune.

Pratiques peu orthodoxes du Directeur Général

Depuis qu’elle est à la tête de la SOPECAM, Marie Claire Nnana a du mal à s’affirmer comme une personnalité influente de la Mefou et Afamba, son département d’origine. Rarement vue lors du déploiement des activités du RDPC et même du Cercle des Amis du Cameroun CERAC. Le Président du Conseil d’Administration Joseph LE, concentré dans les couloirs du Palais de l’Unité pour avoir un portefeuille définitif, n’oserait porter un regard curieux sur la gestion du DG puisque ses primes et avantages ne souffriraient d’aucunes entorses. Nous reviendrons sur les vastes détournements au sein de cette structure qui justifieraient non seulement son agonie mais aussi la course effrénée de ses dirigeants vers l’enrichissement.

Source : L’épervier

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Prostitution : Les jeunes filles défient les professionnelles => Depuis le début des vacances, la prostitution des jeunes filles a atteint (...)
Cameroun-Union africaine : Moussa Faki Mahamat à (...) => Le renforcement de la coopération bilatérale et la situation dans les régions (...)
Prorogation du mandat des conseillers municipaux => Décret N°2018/406 du 11 juillet 2018 Le président de la République, Vu la (...)
Insécurité routière : il faut des mesures fortes => Jusqu’à présent, les mécanismes de prévention mis en œuvre tardent à produire (...)
Chantiers de la CAN à Garoua : des mesures correctives (...) => Philemon Yang a instruit les entreprises de tout mettre en œuvre pour tenir (...)
Médiation, multiculturalisme : la Commission Musonge (...) => Invitation adressée hier par l’ambassadeur de France au Cameroun lors de sa (...)
Plan d’assistance humanitaire : premières actions (...) => Sur très hautes instructions du président de la République, la première (...)
Plan d’assistance humanitaire d’urgence : le détail des (...) => L’intégralité du propos liminaire du ministre de la Communication lors de son (...)
Marcel Niat/Célestine Ketcha : Ennemis intimes => Le président du Sénat et le maire de Bangangté se vouent une cordiale (...)
Décentralisation : le ministre dans les chantiers de (...) => Georges Elanga Obam a visité les hôtels de ville en construction de Douala V (...)
SPIP | Copyright © 2008 - 2018 | Powered by Solutions Triangle | Espace Privé | Retrouvez-nous sur Google+ | Suivre la vie du site RSS 2.0