PUBLICITE.
Pour la création du site Web de votre entreprise, imprimerie, sérigraphie, peinture de vos bâtiments, confiez votre cummunication à ASCOM. Contact 77 64 83 51 - 94 40 85 66
En travaux !!! Actuellement insdisponible!!!

Retraite de Samuel Eto’o : Le petit frère du goleador parle...

samedi 14 septembre 2013


Le frangin du redoutable attaquant des Lions indomptables du Cameroun laisse entendre que son très talentueux de frère aîné n’aurait pas fait ses « adieux » dimanche dernier au public du stade Omnisports de Yaoundé, n’eût été la trahison dont il a été victime dans la tanière.

De manière régulière, Samuel Eto’o Fils n’a pas dit son mot sur son départ de la sélection nationale de football. La presse, elle, l’a dit à sa place. Au propre comme au figuré. Ce, depuis le 08 septembre dernier, à la suite de la victoire méritée des "rois de la forêt" sur les "Chevaliers de la Méditerranée", par un score d’un but à zéro. Mais, ce qu’une certaine presse ne sait pas ou ne dit pas, selon notre confident, c’est que le triste ballon d’or africain n’a pas cru opportun de dire au revoir à ses nombreux fans dimanche dernier. Malgré les pressions diverses, liées aux scandales dont il a fait l’objet jusque-là, à la faveur du feuilleton à rebondissements du capitanat dans la tanière des poulains de Volke Finke. C’est parce qu’il s’est senti trahi par ses proches, à en croire notre source, que le meilleur buteur des Lions indomptables a dû anticiper sur cette renversante "nouvelle", question, sans doute d’en finir une fois pour toute... Le jeune homme révèle que Samuel Eto’o Fils s’est confié à quelques amis, à la mi-temps dans les vestiaires, sur son éventuel retrait de l’équipe fanion, au regard des griefs portées quelque temps ; à tort ou à raison, contre sa personne.

Que n’a-t-on pas entendu !

En effet, dans bien de médias nationaux et internationaux, il ne fait -l’ombre d’aucun doute que le brassard numéro 9 ne fait plus partie de la sélection sénior de l’équipe nationale de football du Cameroun. Mais, plus qu’un coup médiatique de portée planétaire, c’est de la quête de la vérité qu’il s’agit au demeurant sur cette affaire. Qu’est-ce qui aurait pu décider le capitaine des Lions indomptables à raccrocher de sitôt les godasses à l’international ? Se pose-t-on la question ici et là au sein de l’opinion publique. Sous réserve d’une probable communication sur les mobiles réels de ce retrait pour le moins inattendu, il n’en demeure pas moins que ce footballeur au talent confirmé a fait, en son temps, les choux gras de la presse aussi bien locale qu’étrangère.

Notamment, il a été relayé dans les médias et à forte coloration de récupération que Samuel Eto’o était l’homme qui faisait la pluie et le beau temps de la sélection nationale ; que ce joueur emblématique et charismatique a souvent imposé ses choix au coach. En témoignerait la présence parfois surprenante de certains "cadres" au sein de l’équipe lors des grandes rencontres. Selon une certaine indiscrétion, l’ancien capitaine se plaindrait du mépris affiché de ses jeunes coéquipiers à son endroit. C’est probablement la raison pour laquelle il préfère évoluer sur le terrain avec ceux qui reconnaissent, par, conviction, son génie et son talent. A leur tour, et bien que reconnaissant sa riche carrière, les jeunes poulains de Volke Finke reprochent à leur aîné de leur faire ombrage et de s’arroger tous les honneurs qui sont dus à l’ensemble de l’équipe.

L’autre raison, que des esprits vifs prêteraient au pichichi, est qu’il n’a jamais accepté l’éviction, à grand renfort d’humiliation du mythique entraineur, Jean Paul Akono, qu’il n’a cessé de considérer comme un père et une référence professionnelle en Afrique. Surtout, au moment où la tendance est au retour aux sources s’agissant de l’encadrement technique des joueurs. C’est sans doute cet état de chose qui justifierait le froid entre Samuel Eto’o et Volke Finke, l’expatrié, ce sorcier blanc qui a osé laisser sur le banc de touche la plupart des protégés du sociétaire de Chelsea. Pour une autre frange des commentateurs, l’international camerounais a préféré claquer la porte afin de se consacrer à son nouveau club, qui attend, l’on s’en doute, beaucoup de lui.

Par Judith Ekobo (Le Soir)

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Entrepreneuriat : Quand les femmes osent… => Une série de conférences thématiques bouclée ce 18 octobre à Douala. Adèle (...)
Commémoration : Eséka, un an après => Les populations de cette ville continuent de vaquer à leurs occupations, (...)
Douala : La marche du Sdf interdite => L’administration reproche au président régional du Social Democratic Front (...)
2ème pont sur le wouri : 6.000 véhicules en circulation (...) => Il existe un peu plus de cinq cent mille engins dans le parc automobile (...)
Entretien routier : le Matgenie soutient les (...) => Grâce au projet Sacir, cette entreprise accompagnera désormais les maires (...)
2e Pont sur le Wouri : Ce qui va stopper les (...) => La fin de la construction des voies d’accès devrait permettre de tourner (...)
Sécurité sociale : Consultations pour amender la (...) => La 20e session de la commission nationale y relative s’est réunie hier à (...)
Affaire Camtel-Orange : Perturbations continues => L’interruption des liaisons de transmission de la fibre optique crée de (...)
Affaire klétus/ canal2/sweet fm : Emmanuel CHATUE rompt (...) => Kletus, collaborateur externe et animateur dans les programmes Jambo de (...)
Prix d’excellence Minesec : 401 enseignants et élèves à (...) => Ils ont reçu médailles et appuis financiers, au cours d’une cérémonie présidée (...)
SPIP | Copyright © 2008 - 2017 | Powered by Solutions Triangle | Espace Privé | Retrouvez-nous sur Google+ | Suivre la vie du site RSS 2.0