PUBLICITE.
Pour la création du site Web de votre entreprise, imprimerie, sérigraphie, peinture de vos bâtiments, confiez votre cummunication à ASCOM. Contact 77 64 83 51 - 94 40 85 66
En travaux !!! Actuellement insdisponible!!!

Prolifération des bars dancing : Au mépris de la règlementation

samedi 27 juillet 2013


Ces établissements de divertissement et de pratiques diverses font de la résistance face aux autorités.

Prostitution à ciel ouvert, agressions, vente de stupéfiants, viols, vols de véhicule, la liste est loin d’être exhaustive. Une certaine catégorie de Camerounais qui ne fréquente pas de nuit l’axe reliant le Lycée bilingue d’Essos à Yaoundé, au lieu-dit carrefour Pakita dans la même ville, aurait du mal à croire que c’est dans cet espace de moins de deux kilomètres de distance que s’observent ces pratiques.

Il est 19h, c’est l’occasion attendue par certains tenanciers des buvettes et autres ventes à emporter pour étendre leur espace commercial sur les vérandas de brocantes, laveries, quincailleries. Une demi-heure plus tard, la clientèle commence à prendre place. Pour ces derniers, l’heure est au divertissement. Quelques coups de fils sont passés pour appeler des amis en renfort car il faut former ici ce qu’on appel « équipe choc ». C’est au tour des vendeurs de stupéfiants, des prostituées et leurs proxénètes de commencer leurs incessants va et vient le long des trottoirs.

Insalubrité et prostitution

La majorité de ces établissements ne dispose même pas de toilettes pour leurs clients. Les murs des habitations privées et autres établissements scolaires des environs sont devenus de véritables urinoirs à ciel ouvert, « Interdit d’uriner sur ce mur » peut-on lire sur certains murs, à l’instar de celui de la paroisse Saint Jean l’évangéliste au quartier Essos. L’église abrite une école maternelle bilingue du même nom. Il est rare de voir écrit sur une plaque, auberge ou hôtel. Tout se passe de bouche à oreille, il faut scruter les ampoules de couleur rouge suspendues devant certains domiciles. La plus part de ces prostitués (filles et garçons) pratiquent leurs activées à proximité de certaines grandes églises situées au lieu-dit Hôtel du plateau.


Service et décoration

Les promoteurs de ces bars-dancing, qui ne manquent pas d’imagination, se démarquent de l’ancienne vente emporter, qui malgré tout n’a pas disparu. Il est désormais très fréquent de voir en ces lieux, des écrans plasma accrochés sur le mur, fauteuils rembourres, jeux de lumière. Tout cela sous l’œil vigilant du chargé de la sécurité, soigneusement sélectionné parmi les garçons présentant la morphologie la plus impressionnante du quartier.

L’administration camerounaise a réglementé et défini le fonctionnement des débits de boisson en 1973 et 1990. Selon le décret numéro 90/1483 du 9 novembre 1990, « tout lieu ou local aménage pour la vente, aux fins de consommation ou d’enlèvement de boissons hygiéniques ; de vins ou de boissons alcooliques ». Deux fonds de commerce exploitant le même produit doivent, selon la loi, être distant l’un de l’autre d’au moins 50m. Les préfets peuvent, sur rapport des services de sécurité, prononcer la fermeture définitive ou provisoire d’un débit de boisson qui ne répondrait plus aux conditions techniques d’hygiène, de confort ou de sécurité prescrites par la réglementation en vigueur. Ces autorités rendent immédiatement compte de cette mesure au gouverneur de la région concernée.

Source : L’actu

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Loi de règlement 2016 : le Minfi explique le déficit de (...) => Le texte déposé à l’Assemblée nationale la semaine dernière, a été examiné hier (...)
Soldats assassinés : L’hommage de la nation => Sur instructions du président de la République, le SED, Jean-Baptiste Bokam a (...)
SABADE : Transformation du bois : le savoir-faire (...) => La première édition du Salon africain du bois, de l’artisanat, de la (...)
Enseignement catholique : Où va la discipline (...) => Jadis réputé pour sa rigidité dans la gestion des effectifs et l’encadrement (...)
Parlement : De quoi a peur le SDF ? => Ses élus, absents des travaux depuis mardi dernier, en raison, disent-ils de (...)
Fraude et évasion fiscales : Le plan de bataille de (...) => Le 10e forum mondial sur la transparance et l’échange des renseignements dans (...)
Assemblée nationale : Cinq étages consumés => Un grave incendie s’est déclaré hier nuit, ravageant totalement une partie des (...)
Partenaires au développement : le clin d’œil du (...) => Un forum s’est déroulé hier à Yaoundé pour explorer les axes de coopération (...)
Nomination de responsables au ministère des Finances => Décret N° 2017/11320/PM du 13 novembre 2017. Le Premier ministre, chef du (...)
Nomination de responsables au ministère de l’Eau et de (...) => Décret n°2017/11321/PM du 13 novembre 2017. Le premier ministre, chef du (...)
SPIP | Copyright © 2008 - 2017 | Powered by Solutions Triangle | Espace Privé | Retrouvez-nous sur Google+ | Suivre la vie du site RSS 2.0