PUBLICITE.
Pour la création du site Web de votre entreprise, imprimerie, sérigraphie, peinture de vos bâtiments, confiez votre cummunication à ASCOM. Contact 77 64 83 51 - 94 40 85 66
En travaux !!! Actuellement insdisponible!!!

Partis politiques : des alliances à l’épreuve

dimanche 28 janvier 2018


L’heure est visiblement aux rapprochements ou à l’évaluation des alliances existantes, qui ont parfois du mal à résister aux intérêts personnels de certains acteurs.

sera une importante année électorale. Dixit le président de le République. Paul Biya s’adressait ainsi à ses compatriotes dans son message de fin d’année 2017, confirmant ainsi les attentes des uns et des autres par rapport au calendrier électoral.

Si aujourd’hui il n’est pas encore possible de dire avec certitude les scrutins qui seront organisés dans notre pays, force est néanmoins de constater que les formations de l’espace politique national sont en mouvement en prévision de ces échéances annoncées.

Une ferveur qui n’a peut-être pas attendu l’annonce du chef de l’Etat du 31 décembre dernier. C’est ainsi que sont nées, ci et là, diverses tentatives de rapprochement entre formations politiques, entre candidats déclarés à telle ou telle autre élection.

De nombreuses alliances ont vu le jour depuis de nombreux mois. On entend ainsi parler du Pacte républicain, regroupant un certain nombre de partis politiques, dont les plus en vue ont pour nom, l’Union démocratique du Cameroun (UDC), l’Alliance des forces progressistes (AFP), l’Union pour la fraternité et la prospérité (UFP)…

A côté de celui-ci, et plus près chronologiquement de nous, l’on a vu émerger « la plateforme pour une nouvelle République » dont l’ambition est de porter la candidature d’un postulant à la prochaine élection présidentielle.

Sa composition, un ensemble hétéroclite de partis politiques, certains plus connus que les autres : on y retrouve une fois de plus l’Alliance des forces progressistes (AFP), le Parti socialiste démocratique uni (PSDU), le Parti national des patriotes camerounais (PNPC), ou encore le Front populaire pour le développement (FPD), voire le Bloc pour la reconstruction et l’indépendance économique du Cameroun (BRIC).

Annoncés partant dans cette coalition, certains partis politiques ne se sont pas reconnus dans l’engagement de leurs responsables au sein de cette structure. C’est le cas de l’Union des populations du Cameroun (UPC), dont l’un des vice-présidents du Comité directeur a pris part aux travaux de ce regroupement, ou encore de l’UFP qui vient de voir son président national s’opposer à l’utilisation du sigle de sa formation politique au sein de ce mouvement par l’un de ses membres.

Rien de nouveau, serait-on tenté de dire, lorsque l’on se rappelle qu’en vue de la présidentielle de 2004, l’on avait déjà assisté à une tentative de regroupement de partis comme le Social Democratic Front (SDF) et l’Union démocratique du Cameroun (UDC), qui avaient d’ailleurs signé une déclaration commune qui n’avait duré que le temps pour leurs leaders de constater que leurs intérêts n’étaient pas les mêmes.

A côté de ces alliances qui se forment, et dont la finalité avouée aujourd’hui est la prochaine élection présidentielle, des contacts se sont noués entre certains formations politiques ou hommes politiques ayant déjà annoncé leur intention d’être candidat.

On annonce ainsi dans les prochains jours une rencontre entre responsables du Social Democratic Front (SDF) et le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC). Pourtant les alliances politiques ne sont pas nouvelles dans le champ politique camerounais.

Les plus en vue, et qui ont connu une certaine longévité, ont sans doute été conclues par le parti au pouvoir. Des plateformes de gouvernement ont ainsi été signées en 1997 entre le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC) et l’Union nationale pour la démocratie et le progrès (UNDP), et entre le RDPC et l’Union des populations du Cameroun (UPC), même si dans le camp de certains de ces alliés, des voix se sont souvent élevées pour une révision de ces accords.

On pourrait également signaler l’alliance entre le RDPC et des formations comme le Front pour le Salut national du Cameroun (FSNC) et l’Alliance nationale pour la démocratie et le progrès (ANDP).

Par Jean Francis BELIBI(CT)

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Marcel Niat/Célestine Ketcha : Ennemis intimes => Le président du Sénat et le maire de Bangangté se vouent une cordiale (...)
Décentralisation : le ministre dans les chantiers de (...) => Georges Elanga Obam a visité les hôtels de ville en construction de Douala V (...)
Lutte contre la corruption : au grand mal, les grands (...) => La volonté politique du président de la République est mise en oeuvre depuis (...)
Fête de fin du Ramadan : à l’heure des derniers (...) => Les préparatifs en prélude à la fête de fin du mois de Ramadan s’intensifient (...)
Lutte contre la corruption : comment la CONAC s’est (...) => La création de la Commission nationale anti-corruption par le président de la (...)
Elecam:l’éternel recommencement => Une nouvelle direction vient d’être nommée, près de deux ans et demi après des (...)
Awards des entreprises et acteurs de la communication : (...) => Le nouveau trophée du prix de l’excellence en communication au Cameroun (...)
Hôpital d’Ebomè-Kribi : deux naissances de triplés (...) => Les six bébés nés le 22 avril dernier se portent bien, mais l’une des mamans (...)
Chantier des jeux universitaires de Maroua : il faut (...) => Le président du comité local d’organisation est descendu sur le terrain mardi (...)
Cameroun-Chine : L’ambassadeur Wei Wenhua fait ses (...) => Arrivé en fin de séjour, le diplomate chinois a été reçu en audience hier par le (...)
SPIP | Copyright © 2008 - 2018 | Powered by Solutions Triangle | Espace Privé | Retrouvez-nous sur Google+ | Suivre la vie du site RSS 2.0