PUBLICITE.
Pour la création du site Web de votre entreprise, imprimerie, sérigraphie, peinture de vos bâtiments, confiez votre cummunication à ASCOM. Contact 77 64 83 51 - 94 40 85 66
En travaux !!! Actuellement insdisponible!!!

Opération Epervier : 100 gendarmes et policiers pour Marafa

lundi 28 octobre 2013


Vendredi dernier, l’ex-ministre d’Etat s’est rendu à la direction de la Police judiciaire.

Marafa Hamidou Yaya s’est finalement présenté vendredi dernier à la sous-direction des enquêtes économiques de la direction de la Police judiciaire, pour répondre a une convocation. Arrivé à 10h10, l’escorte de l’ex-ministre d’Etat et ancien secrétaire général de la présidence de la République est repartie à 11h 20.

Cinq gardiens de la paix empêchent tout attroupement dans le hall de la Dpj. Des usagers sont priés de repasser dans l’après-midi. « On ne reçoit pas ici pour l’instant, ne vous attroupez pas sur le couloir, allez très loin s’il vous plait », déclare un gardien de la paix. Sur la route, deux policiers dirigent la circulation. Les attroupements se constituent non loin de la Dpj.

A 10h, deux éléments du Groupement polyvalent d’intervention de la gendarmerie nationale (Gpign), fusils à la main, arrivent en courant. « Dégagez vite votre véhicule d’ici, monsieur je vous demande d’aller très rapidement », lance un gendarme aux automobilistes.

La circulation est bloquée pendant une vingtaine de minutes. Même les piétons ne passent pas. Marafa Hamidou Yaya, vêtu d’un costume noir, assorti d’une chemise blanche et d’une cravate rouge, et portant des lunettes, est assis dans un car de la Gendarmerie nationale. Deux pick-up sont pleins de gendarmes. C’est par l’entrée arrière du bâtiment de la Dpj que Marafa est introduit dans le bureau de l’enquêteur. La foule n’a presque rien vu.

Marafa est dedans. Dehors, le public est confronté à une forte pression des forces de sécurité et de défense. « Pas de téléphone à l’oreille. Si je vois quelqu’un sortir son portable, je l’arrache », lance un policier avant d’aller dans un débit de boissons situé en face de la Dpj pour expulser tous les clients. Il est découragé par un gendarme qui déclare : « Chef ce sont nos gens. Il y a des gendarmes en civil, en plus des agents de renseignement. Nous sommes plus de 100 ».

Source : Le Jour

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

MTN Elite One : la journée de tous les dangers => On devrait voir plus clair ce jeudi dans la bataille pour les places (...)
Paul Biya en action à New york => Présent à New York depuis le dimanche 17 septembre, le Président de la (...)
Universités : l’heure est à la diversification des (...) => C’est un des dossiers majeurs du ministre de l’Enseignement supérieur, Pr (...)
Processus électoral au Cameroun : la Francophonie à (...) => Une mission de cette institution en séjour au Cameroun a été reçue hier par le (...)
Chantal Biya, une présence remarquée => La première dame a accompagné son illustre époux à l’ouverture de la 72e (...)
Yaoundé : de faux contrôleurs des prix du Mincommerce (...) => Des faux agents qui profitent de l’affluence de la rentrée scolaire pour (...)
Recrutement d’enseignants bilingues :plus de 8000 (...) => Ce chiffre au recrutement d’enseignants bilingues pourrait connaître une (...)
Enam : le Fils de Paul Biya sauve les candidats (...) => Junior Paul Biya, arrivé en retard la direction générale de l’Enam a été (...)
Les camerounais des USA pour un Cameroun toujours (...) => On n’emporte pas la patrie à la semelle de ses souliers. Cette sagesse (...)
Minette LIBOM Li LIKENG suspend les activités de (...) => Il ne s’agit plus simplement de perturbations sur le réseau, mais d’une (...)
SPIP | Copyright © 2008 - 2017 | Powered by Solutions Triangle | Espace Privé | Retrouvez-nous sur Google+ | Suivre la vie du site RSS 2.0