PUBLICITE.
Pour la création du site Web de votre entreprise, imprimerie, sérigraphie, peinture de vos bâtiments, confiez votre cummunication à ASCOM. Contact 77 64 83 51 - 94 40 85 66
En travaux !!! Actuellement insdisponible!!!

Omission : Le président de la République ignore les artistes.

lundi 6 janvier 2014


Dans son traditionnelle adresse à la nation le 31 décembre 2013, le chef de l’Etat camerounais n’a pas consacré une seule ligne de son speech à la communauté des artistes. Et pourtant, l’année a particulièrement été bouillonnante dans le domaine de l’art musical.

L’on n’est pas prêt de voir la culture camerounaise sortir la tête des eaux dormantes où elle agonise depuis des années. Surtout que ses plaies chroniques n’émeuvent pas encore le président de la République, premier sportif camerounais, premier créateur des œuvres de l’esprit et par ailleurs premier consommateur de la culture. Comment devrait-il en être autrement ? Que Paul Biya bénisse les Lions Indomptables qui participent cette année 2014 à la Coupe du monde de football au Brésil et n’envoie même pas des mots d’espoir aux artistes musiciens qui ont vu des vertes et des pas mures durant l’année 2013. Notamment avec la Société camerounaise de l’art musical (Socam) qui, aidée de la ministre des Arts et de la culture, Ama Tutu Muna, a fait le buzz. Radiation de Roméo Dika, (membre du conseil d’administration de la Socam), accusé de détournement de plus 48 millions Fcfa, limogeage de la présidente du conseil d’administration, Odile Ngaska en cours de mandat ; convocation illégale de l’Assemblée générale élective de la Socam, élection puis, invalidation du mandat de Ndédi Eyango, suspension du président de la Cpmc, Abah Oyono etc. L’on aura tout vu et tout entendu avec les artistes musiciens en 2013. Certainement pas assez pour que le président de la République, lève le petit doigt. Et tant que ce doigt restera baissé, des agents de ce désordre qui n’honore pas la culture camerounaise et ses acteurs, continueront leur sale manœuvre…en toute quiétude.


Emergent d’ici 2035

A côté de la musique, on note les souffrances persistantes des amoureux du 7ème art. Les cinéastes n’ont pas toujours des subventions pour réaliser de films capables de vendre le Cameroun au-delà de ses frontières. Et même s’ils les faisaient, où ferait-on les avant-premières ? Pas une salle de cinéma dans un pays de 475 000 Km2 avec plus de 20 millions d’habitants. Le désintérêt des pouvoirs publics pour la chose culturelle a poussé les opérateurs économiques qui tenaient ces salles de cinéma à mettre la clé sous le paillasson. L’année dernière, Madame la ministre promettait de rouvrir deux salles (à Douala et Yaoundé) avant la fin de l’année 2013. Nous sommes au début de la nouvelle année, toujours rien. Ce n’était que des promesses. Pourtant, un regard chez nos voisins (Nigéria, Burkina Faso, Ghana etc.), permet de jauger l’apport du cinéma et de la culture tout entière, à l’atteinte des objectifs du Cameroun émergent d’ici 2035.


Rapt des Français

N’eût-été la générosité débordante de la nature pour le Cameroun, on ne parlerait plus de tourisme dans ce pays. Tout un ministère lui est pourtant consacré. Il est plongé dans un profond sommeil. On peine même à en entendre parler sur 365 jours. C’est avec le rapt de la famille Moulin Fournier en visite dans le Nord du pays qu’on a entendu parler de ce ministre du Tourisme et des loisirs en 2013. Et Dieu seul sait combien les espaces de loisirs et de divertissement sont devenus rares. Un sursaut d‘orgueil de la part de ce ministre s’impose en cette année 2014.

Année relativement calme dans le domaine des belles-lettres. L’on a enregistré de nombreuses publications, le Prix femina remporté par la Camerounaise Leonora Miano et surtout, la première édition du salon du Livre qui s’est tenu à Yaoundé. Un petit pas non négligeable.

Par Adeline TCHOUAKAK(Le Messager)

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Musique : Mr Black, on y croit ! => Le jeune rappeur séduit ses pairs avec son titre « Bats-toi frérot ». Rimes, (...)
Musique : Taty Eyong, c’est son comme ça ! => Entre africanité et modernité, l’artiste camerounaise, est une voix qui mérite (...)
Spectacle : Ntondobe, la résurrection => Après 18 ans d’absence, l’artiste a renoué samedi dernier avec la scène à (...)
Droits d’auteur de l’art musical : et maintenant (...) => La toute nouvelle Sonacam fait ses premiers pas, et déjà elle doit affronter (...)
Festival Me-mi-ke : le Noun expose ses richesses => La 8e édition, lancée le 6 septembre dernier à Yaoundé, s’achève ce samedi. (...)
Droits d’auteur de l’art musical : une nouvelle société (...) => La Société nationale camerounaise de l’art musical (Sonacam) constituée au (...)
Gospel : la voix…tracée => Le chanteur Georges Seba a pris part à la finale de la deuxième édition du (...)
Musique : Georges Seba, résolument gospel => Cameroon Tribune a rencontré l’artiste en séjour au Cameroun pour parrainer un (...)
Musiques et danses patrimoniales : ouverture de bal ce (...) => Le lancement officiel de ce festival dédié à l’expression du multiculturalisme (...)
Le groupe TAMKAM II survie après la mort de Jean (...) => Une messe d’action de grâces a été dite le 30 juin en mémoire de l’un des (...)
SPIP | Copyright © 2008 - 2017 | Powered by Solutions Triangle | Espace Privé | Retrouvez-nous sur Google+ | Suivre la vie du site RSS 2.0