PUBLICITE.
Pour la création du site Web de votre entreprise, imprimerie, sérigraphie, peinture de vos bâtiments, confiez votre cummunication à ASCOM. Contact 77 64 83 51 - 94 40 85 66
En travaux !!! Actuellement insdisponible!!!

Loi de finances : ce que prévoit le budget 2018

jeudi 30 novembre 2017


L’intégralité du Programme économique, financier, social et culturel du gouvernement présenté hier à l’Assemblée nationale par le Premier ministre, Philemon Yang.

« Monsieur le président de l’Assemblée nationale,

Mesdames et Messieurs les membres du Bureau de l’Assemblée nationale,

Honorables Députés,

Distingués invités,

Mesdames et Messieurs,

C’est un honneur pour moi de prendre la parole devant la Représentation Nationale, pour présenter le Programme Economique, Financier, Social et Culturel préparé par le Gouvernement, sous l’autorité du Président de la République, Son Excellence Paul BIYA, pour l’exercice budgétaire 2018.
Je remercie le président de l’Assemblée nationale pour les propos aimables qu’il a tenus à mon endroit et à celui du Gouvernement dans son ensemble.

Honorables Députés,

Le Programme Economique, Financier, Social et Culturel du Gouvernement pour l’exercice budgétaire 2018 intervient au moment où nous amorçons la dernière année du triennat 2016-2018.

Je vous présenterai un aperçu des principales activités réalisées par le Gouvernement au cours de l’exercice 2017 qui s’achève, avant de m’appesantir sur les perspectives de l’action gouvernementale au courant de l’exercice 2018.

Monsieur le président de l’Assemblée nationale,

Honorables Députés,

L’année 2017 a particulièrement mobilisé le Gouvernement autour de plusieurs enjeux relatifs, entre autres :

- à la poursuite de la mise en œuvre du Plan d’Urgence Triennal pour l’accélération de la croissance économique ;

- au lancement du Plan Triennal Spécial Jeunes ;

- à l’intensification des travaux de construction de diverses infrastructures sportives et connexes, en prélude à l’organisation de la Coupe d’Afrique des Nations de Football 2019 ;

- à la poursuite de divers grands projets d’infrastructures en cours.

Par ailleurs, au cours de l’année qui s’achève, notre pays s’est illustré au niveau continental, avec grande admiration, par le rayonnement du mouvement sportif national. Cette illustration a engrangé d’importants trophées, à l’instar de la dernière Coupe d’Afrique des Nations de Football, tenue au Gabon et récemment encore du Championnat d’Afrique de Volley-ball féminin.

En outre, le Gouvernement a maintenu la dynamique impulsée par le Président de la République concernant l’arrimage à l’Economie Numérique.
En matière budgétaire, le niveau d’exécution du budget de l’Etat indique au 30 septembre 2017 une mobilisation des ressources à hauteur de 2 mille milliards 930 millions 900 mille francs CFA, soit 67% de la prévision escomptée.

L’exécution des dépenses sur base ordonnancement est de 3 milliards 82 millions 200 mille francs CFA, soit un taux globale de 70,47%. Les dépenses courantes s’élèvent à 1 milliard 543 millions 700 mille francs CFA, tandis que les dépenses en capital se chiffrent à 1 milliard 46 millions 600 mille francs CFA. Quant au service de la dette, il a été honoré à hauteur de 491 milliards 900 millions de francs CFA, soit un taux de 67,6%.

Comme vous le savez, l’année 2017 a été marquée par la conclusion avec le Fonds Monétaire International d’un Programme Economique et Financier couvrant la période 2017-2019, appuyé par une Facilité Elargie de Crédit d’un montant global d’environ 400 milliards de francs CFA.

Ledit Programme de réforme vise à rétablir la stabilité et la viabilité budgétaire et extérieure de notre économie, tout en améliorant sa compétitivité.

La coopération entre le Gouvernement et divers partenaires au développement a permis la mobilisation d’importants financements au profit des projets emblématiques ci-après :

- le projet de remise à niveau des réseaux de transport d’énergie, au profit de la SONATREL, pour un montant de 190 milliards 949 millions de francs CFA,

- le projet de développement du secteur transport pour un montant de 113 milliards 86 millions de francs CFA ;

- le projet de construction des ouvrages d’évacuation d’énergie électrique du barrage hydroélectrique de Memve’ele, pour un montant de 87 milliards 619 millions de francs CFA ;

- le projet de construction des lignes électriques de 225 kilovolts entre Nkongsamba-Bafoussam et Yaoundé-Abong-Mbang, pour un coût total de 56 milliards 773 millions de francs CFA ;

- le projet de financement de la Facilité de coopération Technique – 11ème Fonds Européen de Développement, pour un montant de 412 milliards 74 millions de francs CFA ;

- le projet d’alimentation en eau potable des villes de Meyomessala, Nkongsamba et Melong, pour un montant de 37 milliards 734 millions de francs CFA ;

- le projet de développement de l’élevage, pour un montant de 58 milliards 81 millions de francs CFA ;

- le programme d’appui au secteur des transports phase II, pour la réhabilitation de la route nationale n°4 : Yaoundé-Bafoussam-Babadjou et l’aménagement des routes Grand Zambi-Kribi et Maroua-Bogo-Pouss, pour un coût global de 187 milliards 806 millions de francs CFA ;

- la reconstruction de la section Babadjou-Bamenda, de la route nationale n°6, pour un linéaire de 52kilomètres à hauteur de 39 milliards 300 millions de francs CFA ;

- et bien d’autres encore.

D’autres actions spécifiques ont été menées en ce qui concerne la planification du développement régional et local, la préparation du 4ème Recensement Général de la Population et de l’Habitat, la maîtrise et la mise en valeur des potentialités du territoire et de ses frontières.

Il en est de même de la construction des marchés frontaliers à Fotokol, Garoua-Boulaï et Ekok, ainsi que des magasins de stockage et de conditionnement des produits agricoles à Foumbot, Mbouda, Mvangane et Kye-Ossi.

En matière de passation des marchés publics, les efforts du Gouvernement ont permis la passation et l’attribution de 2 mille 49 marchés, soit plus de 99% de l’objectif escompté.

Concernant la lutte contre les atteintes à la fortune publique, l’année 2017 a été marquée par l’intensification, la diversification des audits et la systématisation des sanctions à l’encontre des gestionnaires indélicats.
Dans ce registre, la tenue régulière des sessions du Conseil de Discipline Budgétaire et Financière a abouti à la prise des décisions de mise en débet au bénéfice du Trésor Public à hauteur de 7 milliards 425 millions 627 mille 532 francs CFA.

Dans le domaine de la gouvernance territoriale et locale, le Gouvernement a maintenu la dynamique de mise en œuvre de la décentralisation, en veillant au transfert des compétences et des ressources aux Communes.
En matière d’administration du territoire, nous nous sommes attelés à renforcer l’Autorité de l’Etat, à travers des mesures visant l’amélioration du cadre et des conditions de travail des Autorités administratives et des Chefs traditionnels.

Ainsi, 06 bâtiments à usage de bureau et de résidence des Autorités administratives ont été construits. De même, les travaux de construction de 11 Sous-préfectures, 9 résidences de Sous-Préfets et 03 résidences de Préfets ont été amorcés.

En matière d’état civil, la mise en service du Bureau National d’Etat Civil a été rendue effective, moyennant une subvention de 250 millions de francs CFA.
Par ailleurs, le processus de prise en charge des allocations des Chefs traditionnels s’est poursuivi, avec l’instruction d’environ 10 mille dossiers représentant un effort financier de 6 milliards de francs CFA par an.
Nous avons également poursuivi la politique d’assainissement de certains secteurs d’activités sensibles, à l’instar du gardiennage et celui des jeux de hasard et de divertissement.

En matière de décentralisation, 63 compétences ont déjà été transférées aux Communes, moyennant une allocation de ressources financières d’un montant total de 51 milliards 58 millions 652 mille francs CFA. En sus de ces ressources, l’Etat a également alloué aux Communes une enveloppe de 10 milliards de francs CFA au titre de la Dotation Générale de Décentralisation.
S’agissant de la gouvernance locale, mille dix-sept Magistrats municipaux, soit 98% d’entre eux, ont été pris en charge à hauteur de 1 milliard 704 millions 734 mille 684 francs CFA.

Relativement à la Protection Civile, les interventions des pouvoirs publics ont porté sur la mise en place des mécanismes et facilités de rapatriement volontaire et progressif des réfugiés nigérians vivant au Cameroun, dont le nombre est estimé à plus de 90 mille dans la seule Région de l’Extrême-Nord.

Dans le domaine de la Justice, l’action du Gouvernement a porté, entre autres, sur l’intégration dans la Magistrature de 161 Auditeurs de Justice, le recrutement de 305 personnels de l’Administration Pénitentiaire, l’informatisation du système judiciaire, à travers la mise en œuvre du schéma directeur informatique et la mise en réseau en cours des juridictions situées dans les chefs-lieux de Régions.

De même, le Gouvernement a entrepris l’élaboration d’un guide bilingue sur les procédures de changement de nom et de naturalisation. Nous avons également poursuivi les travaux de construction du complexe moderne des services judiciaires de Yaoundé, ainsi que ceux des Palais de Justice de Mbalmayo, de Mbouda et de Nanga-EBoko.

Au chapitre de la répression de la corruption, l’action notoire des juridictions a permis au Trésor Public de recouvrer 4 milliards 3 millions 589 mille 291 FCFA ; ce qui est en nette augmentation par rapport aux statistiques enregistrées l’année dernière.

La politique pénitentiaire n’a pas été en reste, à travers le démarrage des travaux de construction de la Prison centrale de Douala-Ngoma, la réhabilitation de la toiture sinistrée de la Prison de Kribi, l’équipement de l’Infirmerie de la Prison centrale de Yaoundé, la formation aux petits métiers de 547 détenues dans les Prisons d’Edéa, Bafoussam, Ebolowa, Douala, Bamenda, Mokolo, Mfou, et la création d’une ferme avicole à la prison de Monatélé.

Au-delà de ces actions, le Gouvernement a mené, sur les Très Hautes instructions du Président de la République, d’autres activités spécifiques visant notamment le renforcement des capacités des personnels judiciaires anglophones, la réforme des programmes de formation de la Division Judiciaire de l’Ecole Nationale d’Administration et de Magistrature, à travers la création d’une section dédiée au Common Law.

Monsieur le président de l’Assemblée nationale,

Honorables Députés,

Permettez-moi à présent de dresser le bilan de la mise en œuvre du Plan d’Urgence Triennal pour l’accélération de la croissance économique (PLANUT) décidé par le Chef de l’Etat, et en exécution depuis l’exercice 2015.

Comme vous le savez, celui-ci s’articule autour des grands domaines de concentration que sont :

- l’agriculture et l’élevage ;

- l’aménagement urbain ;

- l’habitat ;

- l’eau et l’énergie ;

- la santé ;

- les routes ;

- l’aménagement du territoire ; et

- la sécurité.

S’agissant du volet élevage, l’on peut se féliciter de l’achèvement à date des projets ci-après, dont les ouvrages sont déjà disponibles et en attente d’être réceptionnés :

- la construction d’un abattoir moderne à Ngaoundéré et des entrepôts frigorifiques dans les villes de Yaoundé, Kribi et Ebolowa ;

- et l’acquisition des véhicules et camions frigorifiques pour le transport des produits carnés.

En outre, les travaux de construction des infrastructures d’élevage dans les agropoles de production de viande bovine à Banyo et à Meiganga ont démarré.

Dans le domaine de l’agriculture, neuf marchés ont été signés, pour un montant de 264 millions 374 mille 518 francs CFA, en vue de la réalisation des études pour la construction des agropoles dans la production des spéculations ci-après :

- l’oseille de Guinée à Figuil dans la Région du Nord ;

- la pomme de terre de Santa dans la Région du Nord-Ouest ;

- le cacao à Bokito dans la Région du Centre ;

- le café arabica de Bamenda dans la Région du Nord-Ouest ;

- le café robusta d’Angossas dans la Région de l’Est ;

- la pomme de terre de Lebialem dans la Région du Sud-Ouest ;

- le cacao de Meyomessala dans la Région du Sud ;

- le café robusta de Melong dans la Région du Littoral ;

- l’huile de palme de Kumba dans la Région du Sud-Ouest.

Les marchés relatifs à la fourniture des intrants pour l’agropole de production de maïs de Nyamboya dans l’Adamoua ont déjà été attribués et le processus de contractualisation se poursuit relativement à l’acquisition des équipements agricoles y afférents.

Par ailleurs, la procédure de contractualisation se poursuit relativement à l’appui à certaines agro-industries, notamment la SODECOTON, la SEMRY, l’UNVDA de Ndop, la PAMOL, l’Office Céréalier et la CDC, ainsi que la production et la distribution des semences.

De même, la sécurisation des sites de construction des marchés de ravitaillement est bien avancée dans les localités de Gazawa dans la Région de l’Extrême-Nord et de Ngong dans la Région du Nord. Elle se poursuit activement à Dibombari, dans la Région du Littoral, à Obala dans la Région du Centre, à Foumbot dans la Région de l’Ouest, ainsi qu`à Mamfé dans la Région du Sud-Ouest.

Pour ce qui est de l’aménagement urbain, les travaux de réhabilitation de certaines voiries secondaires de la ville de Yaoundé sont achevés dans les quartiers ci-après : Biyem-Assi, Mvog-Mbi, Mvog Atangana-Mballa et Simbock.

Dans la ville de Douala, les travaux de réhabilitation des voiries ont été exécutés dans les quartiers ci-après : Youpwé, Sodiko, Bonabéri, Bépanda, Camp Yabassi et Mbangué.

Huit autres marchés ont déjà été signés pour le démarrage des travaux de la deuxième phase, portant sur un linéaire d’environ 23 kilomètres, pour un coût total de 38 milliards 499 millions 503 mille 984 francs CFA.
Relativement au volet habitat, le programme de construction de 800 logements sociaux est en cours d’exécution et affiche les taux d’exécution ci-après :

- Ebolowa : 74%

- Bertoua : 25%

- Buea : 20%

- Bafoussam : 20%

- Ngaoundéré : 30%

- Garoua : 27%

- Maroua : 25%

- Bamenda : 6,1%

Dans la composante routière, les travaux de construction des cinq premiers axes de désenclavement ont débuté sur les tronçons ci-après de la tranche ferme :

- MAROUA – BOGO, 45 kilomètres ;

- SOA – ESSE – AWAE, 72 kilomètres ;

- KUMBA – EKONDO TITI, sur 60 kilomètres ;


- DOUALA – BONEPOUPA et BONEPOUPA-YABASSI, 95 kilomètres ;


- MANDJOU-AKOKAN et AKOKAN – BATOURI, 90 kilomètres.

Sur les cinq autres axes de la tranche ferme, les études d’avant-projet détaillé y afférentes sont en cours de validation.

Dans le secteur de l’eau, les travaux de construction de 900 forages dans neuf Régions sont réalisés à 83%, soit 640 forages déjà fonctionnels, et ceux de 19 mini-adductions d’eau potable dans la Région du Nord-Ouest sont réalisés à 100%.

Quant à la deuxième phase qui porte sur la construction de 3 000 forages supplémentaires dans les Régions septentrionales, les travaux sont en phase de démarrage.

Pour ce qui est du volet énergie, la phase de développement de l’aménagement hydroélectrique de Bini à Warack connait une évolution notoire.

En effet, les travaux de la Commission de constat et d’évaluation des biens mis en cause sont en cours de finalisation, ainsi que l’élaboration de divers Plans d’actions, dont celui dédié à la réinstallation.

Par ailleurs, les études sont achevées concernant la construction de la ligne de transport de l’électricité entre Edéa-Logbessou-Bekoko par Douala.
En matière de Santé, les travaux de réhabilitation des infrastructures et de relèvement des plateaux techniques des hôpitaux généraux de Yaoundé et de Douala, ainsi que du Centre Hospitalier Universitaire de Yaoundé sont en cours. D’autre part, la construction des 08 Centres Hospitaliers de Référence avance sur tous les sites retenus.

En ce qui concerne le volet aménagement du territoire, 77 mille 301 hectares des périmètres hydro-agricoles, soit environ 64% sur les 120 mille envisagés ont été identifiés et répartis ainsi qu’il suit :

- 12 mille 346 hectares en cours d’exécution dans la Région de l’Extrême-Nord ;

- 48 mille 518 hectares en cours de contractualisation, soit 48 mille 107 hectares dans la Région de l’Adamaoua et 411 hectares dans la Région de l’Extrême-Nord ;

- 16 mille 437 hectares dont les études techniques sont déjà disponibles, soit 9 237 hectares dans la Région du Nord et 7 mille 200 hectares dans la Région de l’Extrême-Nord.

Au plan sécuritaire, plusieurs actions significatives ont été mises en œuvre par le Gouvernement en 2017, en termes de mesures actives et préventives en vue de la préservation de l’intégrité territoriale de notre pays et de la consolidation de la paix sociale.


Plus spécifiquement, il s’agit de :

- la contribution au maintien et au rétablissement de l’ordre public dans les Régions perturbées, à travers le déploiement de plusieurs contingents de fonctionnaires de Police ;

- la sécurisation renforcée de certaines de nos frontières situées dans la partie septentrionale ;

- la réhabilitation et/ou la construction des nouvelles unités et structures d’accueil de la Police.

Par ailleurs, la construction des postes de gendarmerie de Sodikombo-Douala et d’Abang-Minko’o est achevée. De même, ceux de NKOLKONDI-Yaoundé, d’EBOM-Yaoundé, MANGUIERS-Yaoundé, MINKOAMEYOS-Yaoundé, Momboré et Gashiga dans la Région du Nord et Koza dans la Région de l’Extrême-Nord affichent des taux d’exécution compris entre 80 et 96%.

Monsieur le président de l’Assemblée nationale,

Honorables Députés,

Les préparatifs de la prochaine Coupe d’Afrique des Nations de Football, dont l’organisation représente à la fois un challenge et un réel motif de fierté pour le Cameroun, avancent bien.

Les entreprises adjudicataires sont confiantes et se veulent rassurantes quant au respect des délais contractuels impartis pour la réalisation des travaux.

A ce sujet, j’ai instruit les Administrations et acteurs concernés d’accélérer le rythme des travaux et de veiller au respect scrupuleux des différents cahiers de charges et chronogrammes d’exécution.

Monsieur le président de l’Assemblée nationale,

Honorables Députés,

L’année 2017 a également connu une importante activité gouvernementale dans la mise en œuvre des autres politiques publiques sectorielles.
Dans le domaine de l’Eau et de l’Energie, des avancées notoires ont été enregistrées tant en matière d’offre que d’accès à ces services publics.
En matière d’énergie, des résultats significatifs ont été enregistrés, en vue de l’amélioration sensible de l’offre de l’énergie, à la faveur du parachèvement des travaux de certains grands ouvrages.

Dans la même veine, le Gouvernement a amorcé le développement d’autres grands projets énergétiques dits de « deuxième génération ». C’est le cas notamment des barrages :

- de Nachtigal, dans la Région du Centre, pour lequel une Convention de concession a été signée le 20 avril 2017, le démarrage des travaux étant prévu en début d’année 2018 ;

- de la Menchum, dans la Région du Nord-Ouest, dont les études sont en cours de validation ;

- de Song Dong, dans la Région du Littoral, pour lequel un Accord de développement est en cours de négociation ;

- de Makay, dans la Région du Centre, dont la signature des terms sheet a eu lieu le 13 avril 2017

- de Chollet, dans la Région de l’Est, développé conjointement avec le Congo
- Relativement au secteur de l’Eau, les pouvoirs publics ont entrepris l’élaboration du document de politique nationale de l’Eau. En outre, la mise en œuvre du Projet d’Alimentation en Eau Potable de la ville de Yaoundé à partir du fleuve Sanaga a été amorcée.

L’accès à l’eau potable a également été amélioré grâce à la construction en cours de 143 forages équipés à motricité humaines, 58 adductions d’eau dans diverses communes y compris dans le cadre des interventions d’urgence.

Le démarrage du projet d’alimentation en eau potable des villes de Meyomessala, Nkongsamba, Melong, Kekem et Baré permettra de porter la capacité de production à 20 000 mètres cubes par jour.

Il en est de même de la construction notamment de :

5 nouvelles prises d’eau d’une capacité de 8 mille mètres cubes ;
de 10 nouvelles stations de traitement d’eau d’une capacité de production de 30 mille mètres cubes par jour ;

15 réservoirs de stockage d’une capacité globale de 10 mille mètres cubes ;
109 bornes fontaines et 35 bouches d’incendies.

En outre, le Gouvernement a réalisé 37 mille 235 mètres linéaires de réseaux de conduites, 40 mille 885 mètres linéaires de réseaux de canalisation, ainsi que 11 000 branchements sociaux.

Dans le même sillage, les projets conduits par la CAMWATER ont permis la réhabilitation et la construction des réservoirs de stockage respectivement d’une capacité de 24 mille 750 mètres cubes et de 3 mille mètres cube. De même, le réseau d’adduction d’eau potable a été renforcé à hauteur d’environ 81 kilomètres et les extensions se sont accrues de 267 kilomètres.
Bien plus, des efforts importants ont également été accomplis en matière d’assainissement, à travers la construction de 327 toilettes publiques, 590 toilettes privées, 5 000 latrines améliorées familiales et 1 200 latrines institutionnelles dans les zones à forte concentration humaine dans les Régions de l’Est, de l’Adamaoua et de l’Extrême-Nord. Il en est de même de la construction à Douala de 1 400 latrines familiales et de 1 800 latrines institutionnelles.

Dans le secteur des Travaux Publics, des résultats significatifs sont enregistrés tant en ce qui concerne l’entretien que les constructions nouvelles.

A titre d’illustrations, nous pouvons relever :

- les travaux de construction de l’Autoroute Yaoundé-Douala, dont la phase 1 est réalisée à 48%. Les études de faisabilité de la phase 2 dudit projet sont déjà achevées et concernent la section Bibodi-Edéa, qui va du Pk60 au Pk141, et la section Edéa-Douala, allant du Pk141 au Pk196 ;

- la construction de l’Autoroute Edéa-Kribi-Lolabé, dont la première phase, qui porte sur le tronçon Kribi-Lolabé est réalisée à 70% ;

- l’achèvement des travaux de réhabilitation du tronçon Ngaoundéré-Garoua ;

- le démarrage des travaux de réhabilitation de la route nationale n°2 : Yaoundé-Mbalmayo-Ebolowa-Ambam ;

- la construction du second pont sur le Wouri, dont les travaux des viaducs ferroviaire et routiers sont déjà achevés. Quant aux voies d’accès, elles sont en cours de finalisation ;

- l’aménagement de l’entrée Est de Douala, dont les travaux sont achevés, ainsi que de l’entrée Ouest qui affiche un taux d’exécution de 86% ;
- la réhabilitation des tronçons Yaoundé-Ndoupe, long de 106 Kilomètres, et Bekoko-Idénau, d’un linéaire de 93Kilomètres sur la route nationale n°3 : Yaoundé-Douala-Limbé-Idénau ;

- le démarrage des travaux de reconstruction de la section Babadjou-Bamenda ;

- la construction de la route Kumba-Mamfé, dont les travaux de la section Kumba-Kumbé et Bakundu-Nfaitock sont achevés, tandis ceux de la section Nfaitock-Mamfé sont déjà exécutés à 77% ;

- la construction de la route Sangmelima – Ouesso, dont la section Sangmelima-Bikoula est réalisée à environ 60% ;

- la construction de la route Mengong-Sangmelima, dont les travaux sont exécutés à environ 34%.

En matière des Transports, les réalisations saillantes du Gouvernement ont porté sur :

- le développement et la réhabilitation des infrastructures de transport, notamment dans la circonscription maritime de Kribi,

- l’amélioration des services et moyens de transport ;

- la provision d’une dotation d’un milliard de franc CFA au titre des fonds de contrepartie de l’Etat pour le renouvellement du tronçon de chemin de fer Batschenga - Ka’a ;

- la réalisation d’une étude pour l’ouverture des passages à niveau sur le réseau ferroviaire national ;

- la réhabilitation de la station météo de Batouri ;

- la numérisation des archives météorologiques et l’installation des stations météorologiques ;

- la modernisation du transport urbain dans la ville de Yaoundé, à la faveur d’un partenariat public privé de concert avec la Communauté urbaine de Yaoundé.

Dans le domaine de la Recherche Scientifique et l’Innovation, l’activité gouvernementale a été marquée par les principales réalisations ci-après :

- l’organisation d’une importante Conférence internationale sur la science, la technologie, l’ingénierie et la mathématique, qui a connu la participation d’une quinzaine de pays ;

- le renforcement de la recherche par la modernisation de l’appareil de production, à travers le développement de neuf nouveaux paquets technologiques de variétés améliorées de spéculations végétales et animales ;
- la collecte des données pour la production de 48 nouvelles coupures de cartes topographiques et thématiques, sur une superficie de 6 mille kilomètres carrés, couvrant des départements dans les Régions du Nord-Ouest, de l’Ouest, du Sud-Ouest, de l’Extrême-Nord et du Nord ;

- le suivi des lacs Nyos et Monoum, ainsi que du réseau sismographique national densifié près du Mont Cameroun ;

- la réalisation de diverses études, à l’instar de celle visant l’amélioration de la santé humaine par le développement des médicaments traditionnels améliorés, ou encore celle concernant la compréhension du degré d’exposition des populations camerounaises aux rayonnements ionisants.
Dans les secteurs de l’Industrie, des Mines et du Développement Technologique, l’action du Gouvernement a essentiellement porté sur la valorisation des ressources minières et géologiques, la diversification et l’amélioration de la compétitivité des filières industrielles, ainsi que la valorisation des inventions, innovations technologiques et actifs de la propriété industrielle.

Dans le secteur de l’Environnement, l’action du Gouvernement a essentiellement porté sur la restauration de la nature, la lutte contre les changements climatiques, la gestion durable de la biodiversité, la lutte contre les pollutions, les nuisances et les substances chimiques nocives, ainsi que sur divers appuis institutionnels.

Monsieur le président de l’Assemblée nationale,

Honorables Députés,

Le Gouvernement a également mis l’accent sur le développement et la promotion des activités agropastorales et agroindustrielles.
Dans le domaine agricole, nos efforts ont été concentrés sur la fourniture des semences et plants améliorés, des engrais et pesticides aux producteurs, la réalisation de plusieurs projets d’envergure et la conduite des actions spécifiques en direction des jeunes.

Concernant la Fonction Publique et la Réforme Administrative, les actions significatives menées ont porté sur :

- le recrutement spécial de personnels judiciaires anglophones pour les ressorts des Cours d’Appel du Nord-Ouest et du Sud-Ouest pour la période 2017-2020 ;

- le recrutement spécial de 1 000 jeunes diplômés bilingues dans la Fonction publique ;

- l’élaboration d’un Plan triennal de recrutement matérialisé par l’ouverture de plusieurs concours administratifs pour 2 mille 229 places ;

- le lancement du recrutement sur test de deux cents personnels d’astreinte, composés des secrétaires et des chauffeurs ;

- l’organisation des concours d’entrée dans diverses grandes écoles ;

- la poursuite du processus d’intégration dans la Fonction Publique de 2 000 enseignants contractuels ;

- la prise en charge dans un délai d’un mois des lauréats des Ecoles Normales Supérieures ;

- l’instruction d’environ 1 156 dossiers de mise en stage des agents publics ;

- l’immatriculation de 13 mille 665 agents publics et le basculement de 6 mille 468 actes dans l’application ANTILOPE pour leur prise en charge financière ;

- la poursuite de l’assainissement du fichier solde de l’Etat et l’accompagnement des Administrations à la déconcentration de la gestion des personnels de l’Etat et de la solde ;

- la dématérialisation progressive des procédures dans l’Administration.

En matière Domaniale, Cadastrale et Foncière, l’année 2017 a été marquée par une amélioration de l’offre foncière, une sécurisation accrue de la propriété foncière et immobilière, ainsi qu’une contribution significative de ce secteur à l’amélioration du climat des affaires.

Ainsi, les résultats ci-après ont été enregistrés :

- la densification du réseau géodésique national, à travers la construction de 3 mille 381 bornes dans 37 Communes ;

- la réalisation de l’étude en vue de la démarcation des limites des unités administratives ;

- la numérisation de 52 mille documents cadastraux et de 112 livres fonciers ;

- la protection et le développement du patrimoine de l’Etat ;

- la constitution des réserves foncières, à travers la sécurisation de 234 mille 991 hectares de terrains pour les porteurs de projets à fort impact sur la croissance ;

- la sécurisation en cours de 3 millions 925 mille 750 hectares dans les dix Régions, en soutien à l’agriculture de deuxième génération ;
- la sécurisation des assiettes foncières nécessaires à la réalisation des grands projets d’infrastructures, dans les secteurs des routes, de l’énergie et de l’eau.

Monsieur le président de l’Assemblée nationale,

Honorables Députés,

En matière de Communication, le Gouvernement a amorcé la phase de contractualisation des travaux de réhabilitation de la CRTV, qui intègre également les exigences relatives à la migration de l’analogie au numérique.
De même, nous avons entrepris la redynamisation de la communication dans les zones frontalières et terrestres, en vue de l’élimination des zones d’ombres et de silence, à travers la construction en cours des Centres de rediffusion.

En outre, l’année 2017 a marqué l’achèvement des travaux de réhabilitation de la SOPECAM. Dans le même ordre d’idées, des mesures idoines ont également été prises en vue de la réhabilitation de l’Imprimerie Nationale.
Dans le secteur de l’Education de Base, le Gouvernement a conduit plusieurs projets visant l’universalisation du cycle primaire, la promotion de l’alphabétisation et le développement de l’offre préscolaire. Il en est ainsi de

 :
- la création de 100 nouvelles écoles ;

- la construction et l’équipement de près de 1 000 salles de classe dans les écoles primaires publiques ;

- la rénovation de 36 écoles primaires publiques ;

- la construction de 114 blocs latrines ;

- l’acquisition de 18 mille 372 tables-bancs dans les écoles primaires publiques ;

- la construction de 25 clôtures ;

- le renforcement des ressources humaines à travers le recrutement de 2 mille 970 nouveaux enseignants ;

- la délégation d’une enveloppe de 2 milliards 85 millions 553 francs CFA pour l’acquisition du Paquet Minimum destiné aux écoles primaires et maternelles publiques ;

- l’octroi des subventions aux établissements scolaires privés pour un montant de 1 milliard 852 millions 990 mille FFCFA ;

- l’allocation des crédits de fonctionnement aux écoles primaires publiques à hauteur de 4 milliards 835 millions 204 mille FCFA ;

- le soutien à la scolarisation de la jeune fille à travers notamment l’octroi de 500 Kits scolaires ;

- l’amélioration de la qualité de l’éducation dans les écoles primaires, à travers l’équipement en 5 000 kits de microscience, la fourniture de 3 000 ordinateurs pédagogiques aux élèves, la distribution gratuite de 650 000 manuels essentiels de lecture en anglais et en français ;

- l’octroi d’une enveloppe spéciale additionnelle du Chef de l’Etat d’un montant de 1 milliard de FCFA au titre de la subvention à l’Enseignement primaire privé pour 2017 ;

- la promotion des langues nationales, à travers l’élaboration des matériels didactiques ;

- la poursuite de l’alphabétisation de 24 mille personnes dans toutes les Régions ;

- le développement du préscolaire, à travers notamment la création de 200 nouvelles écoles maternelles, la construction de 30 blocs maternels, l’acquisition de 1 200 tablettes, 4 200 petites chaises et 210 tableaux sur chevalets au profit de 30 blocs maternels ;

- la création de 45 écoles dans les camps de réfugiés des Régions de l’Adamaoua, de l’Est et de l’Extrême-Nord.

Quant à l’Enseignement Secondaire général et technique, les principales réalisations concernent :

- la construction de 89 blocs de 02 salles de classe avec bureau ordinaire ;
- la construction de 15 ateliers de pratique professionnelle dans les CETIC et Lycées Techniques ;

- la fourniture de 5 mille 40 tables-bancs destinés à 84 établissements scolaires ;

- l’acquisition de 184 ordinateurs complets pour 92 établissements scolaires ;

- l’amélioration de l’action pédagogique, à travers l’élaboration des programmes et guides pédagogiques ;

- l’accompagnement pédagogique de 2 mille 26 enseignants en cours d’intégration ;

- le suivi et l’évaluation de 9 mille 281 élèves-professeurs finissants des Ecoles Normales Supérieures ;

- la formation continue de 753 Inspecteurs coordonnateurs régionaux, Inspecteurs pédagogiques nationaux et régionaux ;

- le renforcement de la lutte contre les déperditions scolaires, à travers l’octroi d’une assistance multiforme à 4 mille 500 apprenants à besoins spéciaux ;

- l’amélioration des conditions de travail et de vie en milieu scolaire, à travers notamment la création d’une Mutuelle des personnels des enseignements secondaires ;

- la diversification de l’offre de formation, à travers l’ouverture au mois de janvier 2017 du Lycée Technique et Professionnel Agricole de Yabassi ;
- la poursuite des travaux de construction des Lycées Techniques de référence de Maroua et de Nsam à Yaoundé ;

- l’admission en stage de perfectionnement de 410 enseignants dans une centaine d’entreprises, en vue d’une meilleure professionnalisation des enseignements ;

- la formation en alternance de 1 025 élèves ;

- l’équipement de 15 Centres de Ressources Multimédia en ordinateurs dans les établissements scolaires ;

- la promotion et la valorisation du bilinguisme dans les établissements scolaires ;

- la fermeture de 81 établissements scolaires privés clandestins ;

- l’assainissement du fichier solde et personnel avec le basculement sur l’application ANTILOPE de 16 mille 530 actes ;

- le traitement automatique de 11 mille actes d’avancement, de 12 mille 153 dossiers d’intégration, ainsi que 1 150 dossiers de liquidation des droits.

Dans l’Enseignement Supérieur, l’activité gouvernementale a notamment porté sur :

- l’opérationnalisation de l’immeuble siège abritant le Rectorat de l’Université Panafricaine à Yaoundé ;

- l’achèvement des travaux de construction de l’Université Inter-Etats Cameroun Congo de Sangmelima ;

- la création de la Faculté des Sciences de l’Education de l’Université de Ngaoundéré ; de l’Ecole de Génie Chimique et des Industries Minérales de l’Université de Ngaoundéré ; de l’Ecole Nationale Supérieure Polytechnique de l’Université de Maroua ;

- la création, le vendredi 24 novembre 2017, de l’Ecole Nationale Supérieure Polytechnique de l’Université de Bamenda, de l’Ecole Normale Supérieur d’Enseignement Technique de l’Université de Yaoundé I à Ebolowa et de la Faculté de Médecine et de Sciences Pharmaceutiques de l’Université de Dschang ;

- la généralisation des incubateurs d’entreprises dans les universités d’Etat ;

- l’augmentation des capacités d’accueil des universités d’Etat, à raison de : 14 mille 640 places à l’université de Douala, 2 mille 75 places à l’Université de Buea, 2 mille 900 places à l’Université de Bamenda, 4 mille 825 places à l’université de Maroua, 2 mille 500 places à l’Université de Dschang et 500 places à l’université de Yaoundé II ;

- l’amélioration du ratio des étudiants formés dans les établissements technologiques et professionnels, qui est passé de 18% en 2012 à environ 21% en 2017 ;

- l’harmonisation des programmes de droit dans les universités d’Etat ;
- la création de départements d’English Law dans les universités de Dschang, Douala, Maroua et Ngaoundéré, ainsi que de départements de Droit Privé Francophone dans les universités de Bamenda et de Buea.

En matière de Santé Publique, les résultats significatifs enregistrés ont trait à la promotion de la santé, la prévention de la maladie, la prise en charge des cas des personnes vivant avec le VIH et le traitement des enfants souffrant du paludisme, ainsi qu’aux appuis institutionnels apportés au secteur de la santé.

A titre d’illustration, nous pouvons retenir :

- l’organisation des campagnes de sensibilisation du public, notamment les groupes vulnérables pour la lutte contre la malnutrition aigüe et chronique ;

- la formation de 186 membres des Equipes cadres de District sur la prévention de l’infection ;

- la prise en charge gratuite de 256 mille 633 femmes enceintes contre le paludisme ;

- la mise sous Anti Retro Viraux de 7 mille 553 femmes enceintes séropositives ;

- l’administration de 2 mille 722 doses de vaccin contre l’hépatite virale B, dont 654 pour les enfants de moins de 15 ans, à un coût subventionné de 2 mille au lieu de 7 mille 600 francs CFA ;

- la couverture vaccinale en Penta 3 de 356 mille 323 enfants, soit 85% des cas ;

- la vaccination de 115 mille 482 personnes, dans le cadre d’une campagne préventive contre le choléra dans le District de Santé de Mogode dans la Région de l’Extrême-Nord ;

- la vaccination de 6 mille 304 personnes contre la méningite à méningocoque à la Prison centrale de Kodengui ;

- la vaccination de 6 millions 27 mille 190 enfants de moins de cinq ans contre la poliomyélite ;

- la prévention du cancer du col de l’utérus, à travers la vaccination de 17 mille 162 filles âgées de 9 à 13 ans contre le « Human Papillomavirus » ;

- la distribution d’environ 10 millions de traitements pour la prévention de l’onchocercose ;

- la mise en œuvre, sur les très hautes instructions du Chef de l’Etat, de deux partenariats fructueux avec les Organisations Non Gouvernementales MERCY SHIPS et ORBIS, qui visent respectivement la prise en charge de 3 mille cas de chirurgies complexes entre août 2017 et juin 2018, à bord du navire hôpital, et la formation de 78 apprenants en soins ophtalmologiques ainsi que la prise en charge de 235 cas, à bord d’un avion hôpital ;

- la prise en charge gratuite des cas de paludisme chez 110 mille 93 enfants de moins de 05 ans, pour la forme simple, et chez 67 mille 345 enfants atteints par la forme grave ;

- la mise sous Anti Retro Viraux de 227 mille 562 personnes vivant avec le VIH ;

- la prise en charge gratuite de 16 mille 211 cas de tuberculose pulmonaire à microscopie positive ;

- l’opérationnalisation de 10 Centres de traitement des Hépatites Virales dans les Régions du Centre, Littoral, Nord, Ouest et Nord-Ouest ;

- l’accueil de 10 mille 285 cas au Centre des Urgences de Yaoundé ;

- le démarrage des travaux de construction du Centre National des Opérations d’Urgences Sanitaires, qui sera le lieu de coordination de la gestion d’urgences de Santé Publique ;

- le dépistage de 186 cas de maladies rares, dont 22 cas chez les enfants ;
- la mise sous traitement de 507 lépreux ;

- le démarrage des travaux de construction de l’Hôpital de Référence de Garoua, d’une capacité de 300 lits ;

- le suivi de la disponibilité des médicaments-traceurs, afin de rationnaliser la gestion des stocks des médicaments ;

- l’octroi de 111 bourses d’études aux personnels ;

- le déploiement de 395 des personnels, dont 258 Médecins Généralistes, 78 Pharmaciens, 30 Chirurgiens-dentistes et 29 Administrateurs Principaux de Santé Publique ;

- le renforcement de l’équipement pédagogique des écoles de formation, à travers la mise à disposition de 200 tablettes E-learning ;
- la conduite des études en vue de la mise en place de la Couverture Santé Universelle ;

- l’assainissement de la carte sanitaire, qui a permis d’identifier 3 mille 58 Formations Sanitaires en situation irrégulière.

En matière d’Emploi et de Formation professionnelle, le Gouvernement a œuvré à la promotion de l’emploi décent, à travers la création de 398 mille 46 emplois nouveaux.

Cette performance a été atteinte grâce aux opportunités offertes par les différents recrutements dans la Fonction Publique, les Forces de défense et de sécurité, les Collectivités territoriales décentralisées, la mise en œuvre du Plan d’Urgence Triennal pour l’accélération de la croissance économique décidé par le Président de la République, l’action des programmes et projets gouvernementaux, le suivi de la main-d’œuvre dans divers grands chantiers publics, y compris ceux de la Coupe d’Afrique des Nations de Football 2019.
Dans le cadre du développement de la formation professionnelle, l’on peut citer :

- l’ouverture effective des Centres de Formation Professionnelle d’Excellence de Limbé, Douala et Sangmelima ;

- le démarrage des travaux de construction de l’Institut National de Formation des Formateurs et de Développement des Programmes de Yaoundé sur don coréen ;

- l’achèvement des travaux de construction du Centre de Formation Professionnelle de Nkongsamba, fruit de la coopération autrichienne ;
- et l’octroi de 30 bourses marocaines et 19 bourses algériennes aux jeunes.
Dans le domaine du Travail et de la Sécurité Sociale, les diligences sont en cours en vue de l’élaboration d’une Politique nationale de sécurité sociale.

Dans le domaine des arts et de la culture, le Gouvernement s’est essentiellement focalisé sur la conservation de l’art et de la culture, ainsi que le renforcement de l’appareil de production des biens et services culturels.

Monsieur le président de l’Assemblée nationale,

Honorables Députés,

Mesdames et Messieurs,

Permettez-moi maintenant de vous faire une présentation succincte des axes majeurs du programme que le Gouvernement entend exécuter au courant de l’exercice 2018.

Pour l’exercice 2018, le Gouvernement va intensifier la dynamique imprimée à la finalisation des grands projets et des réformes institutionnelles et structurelles en cours.

Un accent particulier sera mis sur le parachèvement des différentes infrastructures de la CAN 2019, l’exécution des projets résiduels du Plan d’urgence triennal pour l’accélération de la croissance économique, ainsi que sur la mise en œuvre optimale du Plan triennal « Spécial Jeunes ».
En ce qui concerne le système de la commande publique, l’action du Gouvernement sera focalisée sur :

la finalisation de l’application informatique de programmation des marchés publics ;

l’intensification des missions de contrôle et de suivi des activités des commissions de passation des marchés et des autorités contractantes ;
le renforcement des capacités des acteurs de la passation des marchés publics ; et
le renforcement de l’encadrement des contrats commerciaux pour une meilleure protection de la fortune publique.

En matière de gouvernance territoriale et locale, la priorité sera accordée au renforcement et à la consolidation de l’autorité de l’Etat. En outre, il sera question de la mise en œuvre des actions suivantes :

l’assainissement du secteur des jeux de divertissement, d’argent et de hasard ;

la rationalisation des activités privées de gardiennage et des armureries ;
l’achèvement des travaux de construction des bureaux de 03 Préfectures et 12 Sous-Préfectures, ainsi que ceux des résidences de 02 Gouverneurs, 06 Préfets et 15 Sous-Préfets ;

l’approfondissement et la consolidation du processus de décentralisation ;
l’arrimage effectif des Communes au budget-programme ;
l’actualisation du Programme National de Sécurisation et de Réhabilitation du Lac Nyos ;

l’optimisation de la gestion des réfugiés, des personnes déplacées et des populations hôtes dans les Régions de l’Adamaoua, de l’Est et de l’Extrême-Nord.

Au plan sécuritaire, nous allons poursuivre le renforcement des capacités opérationnelles de nos forces de sécurité et de défense, à travers leur dotation en moyens infrastructurels, matériels et humains conséquents.
Par ailleurs, une vigilance accrue sera maintenue sur toute l’étendue du territoire national pour anticiper sur les menaces et mettre hors d’état de nuire tous ceux qui voudraient porter atteinte à la sécurité des Camerounais et de leurs biens.

En outre, le Gouvernement envisage d’accentuer son action autour des initiatives stratégiques ci-après :

l’amélioration de la capacité d’adaptation des différents dispositifs sécuritaires, en fonction des situations en présence ;

la formation des recrues issues des concours ouverts en 2017 ;

la poursuite du processus de mise en place des nouvelles unités de Police ;
la poursuite de l’œuvre de modernisation et de renforcement des capacités opérationnelles de la Sûreté Nationale.

Dans le domaine judiciaire, nos efforts seront concentrés sur le renforcement des ressources humaines et leur formation, notamment dans les Régions du Sud-Ouest et du Nord-Ouest. Nous allons également poursuivre l’informatisation du système judiciaire, à travers le développement des applications pour les Cours d’Appel et les Juridictions d’instance.

Nous envisageons également d’améliorer la politique pénitentiaire, à travers notamment la poursuite des travaux de construction de la Prison centrale de Douala-Ngoma, la réhabilitation des Prisons de Poli, Kumba et Doukoula dans la Région de l’Extrême-Nord, ainsi que l’amélioration de la ration pénale des détenus

Au plan économique, nous allons veiller au respect des engagements souscrits dans le cadre de l’exécution du Programme économique et financier signé au mois de juin 2017, appuyé par la Facilité Elargie de Crédit.
Concernant les finances publiques, nous allons maintenir la discipline budgétaire, afin de rationnaliser la qualité de la dépense. De même, le Gouvernement va s’atteler à améliorer la mobilisation des recettes.
Au rang des mesures spécifiques envisagées, il y a notamment :
- la consolidation des mesures de politique fiscale en cours, visant l’élargissement de l’assiette et la sécurisation des recettes fiscales ;

- le réajustement à la hausse du droit de timbre d’aéroport sur les vols internationaux qui va passer de 10 000 FCFA à 25 000 FCFA, afin d’optimiser cet impôt ;

- l’instauration d’un droit d’accise spécifique au taux réduit de 25 FCFA sur les jeux de hasard et de divertissement, conformément à la législation communautaire CEMAC en la matière ;

- la modernisation de la collecte des droits de péage et de pesage routier, à travers l’instauration du paiement par voie électronique ;
- l’exonération des administrations publiques de tous impôts et taxes dus à l’occasion de la diffusion au public

de leurs communications et informations ;

- le renforcement des contrôles conjoints Impôts/Douanes dans l’optique de conjuguer les efforts en matière de lutte contre la fraude ;
- l’exonération de la Taxe sur la Valeur Ajoutée des intérêts rémunérant les prêts de montant inférieur à 2 millions de FCFA, ainsi que l’exonération des droits d’enregistrement sur les prêts accordés par les Etablissements de Micro Finance de première catégorie à leurs membres.

Dans le domaine de l’Energie, les actions prioritaires du Gouvernement visent à accroître l’offre d’énergie et à en améliorer l’accès.
Par ailleurs, le Gouvernement voudrait accroître le taux d’accès des populations au gaz domestique de 30% à 40% en zone urbaine et de 14% à 15% en zone rurale. Il en est de même de l’augmentation de la part des énergies renouvelables dans le bouquet énergétique national à hauteur de 5%.

Pour ce qui est de l’accès à l’eau potable, les Pouvoirs publics mettront l’accent sur :

- la poursuite de la mise en œuvre du projet d’alimentation en eau potable de la ville de Yaoundé à partir du fleuve Sanaga ;

- l’exécution du programme d’investissement de la CAMWATER dans les centres non équipés ;

- la mise à jour et le renforcement du cadre réglementaire de l’eau ; ainsi que

- l’intensification de l’hydraulique rurale pour faire passer le taux d’accès à l’eau potable à 60% en 2018.

Dans le secteur des infrastructures routières, la priorité sera accordée à la poursuite et à l’achèvement diligent des projets en cours d’exécution, ainsi qu’au lancement de nouveaux projets à fort impact socioéconomique.
Les résultats escomptés se présentent comme suit :

- l’achèvement des travaux de la phase 1 de l’autoroute Yaoundé-Douala, sur un linéaire principal de 60 Km et 25 Km de voies de rétablissement ;
- l’achèvement des travaux et l’équipement complet du tronçon autoroutier Kribi-Lolabé, sur un linéaire principal de 38,5 Km et 4 Km de voies connexes ;
- la réception de 400 Km de nouvelles routes bitumées, à savoir : - Sangmelima-Bikoula : 65 Km ; - Ndop-Kumbo : 50,5 Km ; - deuxième voie d’accès à Bamenda : 20 Km ; - Nkolessong-Nding : 95 Km ; - Manki-Pont de la Mapé : 25,8 Km et Kumba-Mamfé : 150 Km ;

- la réhabilitation partielle de 928 Km de routes nationales bitumées, à savoir : - Ngaoundéré-Garoua : 275 Km ; - Douala-Limbé-Idénau : 356 Km ; - Bekoko-Loum-Nkongsamba-Pont du Nkam : 219 Km ;

- la réhabilitation de 1 000 Km de routes nationales et régionales en terre et l’entretien de 1 024 Km de routes nat

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Préparation du budget : rudence et discipline => C’est dans cette logique que devra s’inscrire la préparation du prochain (...)
Présidentielle 2018 : les Etats-Unis n’ont pas de (...) => L’ambassadeur Peter Henry Barlerin l’a réitéré mardi à l’issue d’une audience (...)
Présidentielle 2018 : Paul Biya, le candidat qui (...) => C’est le titre de l’éditorial que signe Samuel Mvondo Ayolo, dans la dernière (...)
Camwater : un nouveau PCA installé => Patrick Kum Bong Akwa, installé mardi dernier par le ministre de l’Eau et de (...)
Télécommunications et TIC : l’annuaire des données (...) => Il a été officiellement remis hier au ministre des Postes et Télécommunications
Cameroun-Espagne : le courant passe => Arrivé en fin de séjour, l’ambassadeur du Royaume d’Espagne a fait le bilan de (...)
Baccalauréat général 2018 : les clés de la réussite de (...) => Les performances de la région à cet examen font un bond en passant de 39,03% (...)
Services publics : la maladie du vendredi => Fonctionnaires et autres travailleurs ont pris l’habitude de se donner (...)
Ebolowa : l’hôtel du Comice livré en novembre => Après près de huit ans de travaux, l’ouvrage en est aujourd’hui au stade des (...)
Transformation du bois : un Camerounais rachète les (...) => La procédure de redressement judiciaire de mars 2018 s’est soldée il y a (...)
SPIP | Copyright © 2008 - 2018 | Powered by Solutions Triangle | Espace Privé | Retrouvez-nous sur Google+ | Suivre la vie du site RSS 2.0