PUBLICITE.
Pour la création du site Web de votre entreprise, imprimerie, sérigraphie, peinture de vos bâtiments, confiez votre cummunication à ASCOM. Contact 77 64 83 51 - 94 40 85 66
En travaux !!! Actuellement insdisponible!!!

Livre : Quand la Lékié diabolise Ahmadou Ahidjo.

mercredi 21 novembre 2012


Gilbert Tsala Ekani vient de publier un recueil de témoignages des fils de ce département sur les deux régimes qui se sont succédés au Cameroun.

« Paul Biya et la Lékié : D’amour et de Raison. » C’est le titre du dernier ouvrage que Gilbert Tsala Ekani vient de mettre sur le marché du livre. Dans la foulée de la célébration de l’an 30 du Renouveau, cet opus dont la préface porte l’estampille du ministre délégué à la présidence de la chargé du Contrôle supérieur de l’Etat (Consupe), Henri Eyebe Ayissi, est un recueil de témoignages des fils et filles du département de la Lékié, et même d’ailleurs, qui ont vécu sous le régime d’Ahmadou Ahidjo, d’abord, et ensuite sous celui de Paul Biya, qui préside aux destinées du Cameroun depuis le 06 novembre 1982, après la démission d’Ahidjo deux jours plus tôt. Gilbert Tsala Ekani à voulu, à travers cette œuvre, expliquer ou rendre compte de l’idylle, depuis maintenant 30 ans, entre les peuples Eton, Manguissa, Batchenga, « si longtemps et injustement marginalisés, du fait de leur appartenance à la même ethnie que le tout premier Premier ministre camerounais, André Marie Mbida, et le « Père du Renouveau ».

Ces peuples « ont souffert d’une tare presque congénitale ». « On les disait ou on les croyait tous du Parti des démocrates camerounais. N’étaient-ils pas du département d’origine d’André Marie Mbida, véritable pestiféré dont le nom a longtemps été tabou », s’interroge le journaliste et désormais écrivain. Qu’est-ce qui aurait donc alors conduit à l’exclusion (ou presque) de ce département, l’un des plus grands de la région du Centre, non seulement des cercles du pouvoir sous Ahidjo, mais aussi de la plupart des programmes de développement mis sur pied par son régime ? « La faute, non le pêché capital, inexcusable de Mbida, c’est d’avoir été Premier ministre avant Ahidjo « le Père de la nation ». Mon Dieu, quelle puissance de donner naissance à tout un pays ! Mbida a donc été pratiquement effacé de notre histoire. On l’a plongé dans les ténèbres, en tout cas on a bien tenté de le faire et lui-même est mort aveugle en 1980. Dans l’anonymat », se remémore Tsala Ekani, qui poursuit que « ses frères de la Lékié ont souvent été regardés de manière soupçonneuse voire carrément dédaigneuse ou hostile (…) On ne compte pas les rafles opérés ici et là en pays Eton, les fils de la Lékié écartés sans raison claire de la gestion des affaires du pays ».

Cependant, ces peuples « devaient chaque fois donner des gages, réaliser toujours plus pour tenter de faire oublier toutes les tares de l’humanité dont on les accablait. Peine perdue, les histoires cocasses, dévalorisantes ont fleuri sur ces gens. On les a fait fous, on a dit qu’ils confondaient parapluies et parachutes, qu’ils mangeaient du savon(…) Peut-être a-t-on voulu les traumatiser de manière à les obliger à « rester tranquilles » ,suppute Tsala Ekani. Mais, « au final tout ceci a forgé la volonté de fer des fils de la Lékié. Ahidjo croyant les mater a réussi à fortifier les gens de la Lékié. A les blinder presque, puisque, eux, savaient pertinemment que rien ne leur serait pardonné », se convainc l’auteur. Puis, écrit Tsala Ekani, Paul Biya est arrivé. « Plus souple, plus aimé que redouté en tout cas assez différent de son prédécesseur », se convainc-t-il. Et, « comme la plupart des Camerounais, les fils de la Lékié sont dès les premières heures, tombés sous le charme du Renouveau national et de son promoteur Paul Biya. Le 06 novembre 1982, lorsqu’il accède au pouvoir, il y a comme une fraîcheur vivifiante qui se déverse sur le pays (…) Biya, président tout neuf est tout en subtilité, en finesse. Il n’engage pas au Bazooka le démantèlement de la « démocratie gouvernante » d’Ahidjo mais les observateurs pointus de la chose politique sentent bien que hier ne peut pas être exactement comme aujourd’hui », se réjouit Tsala Ekani.

Purgatoire

C’est à n’en point douter cette volonté de fer forgée par Ahidjo, ce blindage, qui ont captivé « l’homme du 06 novembre » chez ce peuple, avec qui il s’est lié d’amitié. « Il s’est appuyé sur de nombreux fils de la Lékié. Il a reconnu leurs compétences, leur engagement. Et cela dure depuis 30 ans, va probablement encore durer », se targue l’auteur. Dans une partie de l’ouvrage, l’auteur veut démontrer qu’il y a bel et bien eu retour d’ascenseur puisque, depuis le début, la Lékié s’est muée en « soldat du Renouveau » selon ses propres termes. Tsala Ekani tient surtout à faire une précision : « Sans haine. Sans volonté de régler quelques comptes même si la tentation est forte. Sans laxisme non plus. La peur ou, à tout le moins, le purgatoire d’hier a cédé le pas à des espoirs réels. Le peuple de la Lékié ne réclame pas de passe-droit. Il veut simplement être jugé avec équité, à l’égal donc de tous les Camerounais ».

Par JEAN DE DIEU BIDIAS(Mutations)

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Paul Biya, l’homme et ses méthodes => Un ouvrage publié récemment par le Dr Daniel-Mathieu Obama-Bindzi revisite (...)
La vie de nadine dans un Roman => Le monde romanesque vient de s’enrichir d’une nouvelle œuvre. Il s’agit du « (...)
L’Afrique noire n’est pas maudite ! => « L’Afrique peut enfin bien partir. Géostratégie et géomatique pour un (...)
Livres : L’amour, côté sombre => Dans son roman « Une autre couleur du bonheur », Paule Auriane Ntchouadep (...)
Livre : Sankara et l’émergence de l’Afrique au 20e (...) => C’est le titre du dernier ouvrage de Jean Emmanuel Pondi. Un livre qui (...)
« La Tragédie des Lions Indomptables » : Quand le lion se (...) => Avec « La Tragédie des Lions Indomptables », Jean-Bruno Tagne poursuit un (...)
Outrage : Un livre poubelle s’attaque à Chantal (...) => Le livre de Vincent Hugeux sur les Premières Dames d’Afrique, peint en noir (...)
Livres : Quand la prison inspire les détenus de (...) => En prison, c’est le temps qui manque le moins. Des personnalités incarcérées (...)
Livre : Quand la Lékié diabolise Ahmadou Ahidjo. => Gilbert Tsala Ekani vient de publier un recueil de témoignages des fils de (...)
Loges, sectes… : Le livre d’Ateba Eyene réclamé au Grand (...) => L’opuscule qui ne figure toujours pas dans les rayons des librairies locales (...)
SPIP | Copyright © 2008 - 2017 | Powered by Solutions Triangle | Espace Privé | Retrouvez-nous sur Google+ | Suivre la vie du site RSS 2.0