PUBLICITE.
Pour la création du site Web de votre entreprise, imprimerie, sérigraphie, peinture de vos bâtiments, confiez votre cummunication à ASCOM. Contact 77 64 83 51 - 94 40 85 66
En travaux !!! Actuellement insdisponible!!!

Les sept Français enlevés au Cameroun ont été libérés

vendredi 19 avril 2013


La famille française de sept personnes prise en otage en février dans le nord du Cameroun a été libérée et rendue aux autorités camerounaises, ont annoncé vendredi Yaoundé et Paris.

Les sept Français, trois adultes et quatre enfants, avaient été enlevés lors d’une excursion dans le nord du Cameroun, près de la frontière avec le Nigeria où, selon les autorités camerounaises, ils avaient été rapidement transférés par leurs ravisseurs.

"Ils sont tous sains et saufs", a déclaré Ferdinand Ngoh Ngoh, le secrétaire général de la présidence camerounaise, dans un communiqué, ajoutant que ces sept membres d’une même famille avaient été remis aux autorités camerounaises jeudi soir, soit deux mois jour pour jour après leur enlèvement.

Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, s’est envolé vendredi matin pour Yaoundé afin de rapatrier les ex-otages "le plus vite possible" en France, a déclaré vendredi la présidence de la République française.

François Hollande, qui a remercié les autorités camerounaises et nigérianes, a rappelé que huit autres ressortissants français restent détenus au Sahel.

Tanguy Moulin-Fournier, le père de la famille, est un cadre de GDF Suez en poste au Cameroun depuis 2011.

Dans les jours qui avaient suivi l’enlèvement, Paris avait envoyé au Cameroun des soldats chargés de participer à l’enquête et aux recherches.

Le groupe islamiste nigérian Boko Haram avait revendiqué l’enlèvement le 25 février et réclamait, en échange de leur libération, celle de femmes et d’enfants membres de l’organisation détenus dans les prisons nigérianes et camerounaises.


"NOUS PERDONS NOS FORCES"

Une vidéo montrant les sept otages avait été diffusée fin février. A la mi-mars, dans un enregistrement sonore, un homme se présentant comme Tanguy Moulin-Fournier, avait demandé à l’ambassadeur de France et au président camerounais, Paul Biya, de "tout mettre en oeuvre" pour qu’une solution soit trouvée.

"Nous sommes détenus depuis 25 jours dans un endroit désertique, les conditions de vie sont très dures : eau, chaleur, nourriture, sommeil", déclarait l’homme.

"Nous perdons nos forces chaque jour et commençons à être malades. Nous ne tiendrons pas longtemps", ajoutait-il.

Tanguy Moulin-Fournier avait confirmé que le groupe Boko Haram réclamait la libération des femmes et des enfants membres de l’organisation détenus dans les prisons nigérianes.

Une première vidéo postée le 25 février sur le site internet YouTube montrait la famille, les quatre enfants assis par terre devant les adultes, et un militant masqué.

Dans cette même vidéo, l’un des ravisseurs s’exprimant en arabe menaçait de tuer les otages français si les revendications du groupe n’étaient pas satisfaites. Il accusait également François Hollande, dont les armées interviennent depuis le 11 janvier au Mali, de mener une guerre contre l’islam. Mais il ne demandait pas la fin de l’intervention française.

Le président français avait assuré début février qu’il n’y "avait pas de questions financières qui puissent être évoquées" concernant la libération des otages français retenus au Sahel.

La France refuse désormais toute transaction financière pour obtenir la libération de ses otages, avait-il dit.

Tansa Musa, avec Patrick Vignal et Gérard Bon à Paris, Marc Angrand pour le service français,

Par Yves Clarisse

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Microfinance aux Cameroun : Le MINFI présente de (...) => Le ministre des Finances a publié vendredi dernier la liste des (...)
Formation professionnelle : de nouvelles orientations (...) => Création d’un Conseil national de la formation, mise en place de normes et (...)
Choléra : le dispositif de riposte => Les autorités sanitaires ont confirmé des cas dans certaines villes et (...)
Cameroun-Ordre souverain de Malte : une coopération bien (...) => Au terme de leur tête-à-tête hier au Palais de l’Unité, Paul Biya et le (...)
Baccalauréat général : les délibérations ont commencé => Les jurys sont à pied d’oeuvre sur l’ensemble du territoire. Un signe majeur (...)
Prostitution : Les jeunes filles défient les professionnelles => Depuis le début des vacances, la prostitution des jeunes filles a atteint (...)
Cameroun-Union africaine : Moussa Faki Mahamat à (...) => Le renforcement de la coopération bilatérale et la situation dans les régions (...)
Prorogation du mandat des conseillers municipaux => Décret N°2018/406 du 11 juillet 2018 Le président de la République, Vu la (...)
Insécurité routière : il faut des mesures fortes => Jusqu’à présent, les mécanismes de prévention mis en œuvre tardent à produire (...)
Chantiers de la CAN à Garoua : des mesures correctives (...) => Philemon Yang a instruit les entreprises de tout mettre en œuvre pour tenir (...)
SPIP | Copyright © 2008 - 2018 | Powered by Solutions Triangle | Espace Privé | Retrouvez-nous sur Google+ | Suivre la vie du site RSS 2.0