PUBLICITE.
Pour la création du site Web de votre entreprise, imprimerie, sérigraphie, peinture de vos bâtiments, confiez votre cummunication à ASCOM. Contact 77 64 83 51 - 94 40 85 66
En travaux !!! Actuellement insdisponible!!!

Joshua Osih « Aucun militant démissionnaire n’a réussi »

lundi 25 mai 2015


Le premier vice-président du parti du 26 mai 1990, relativise l’ampleur donnée à certains départs. 




Que peut-on retenir du Social Democratic Front (Sdf), 25 ans après ? 


25 ans, c’est l’âge de la maturité. De sa naissance dans le sang jusqu’à ce jour, il y a un parcours fait de courage et de détermination. La basse-cour de la dictature actuelle essaye tant bien que mal de faire croire que les quelques avancées démocratiques que nous connaissons sont le fruit de leurs bonnes intentions, alors qu’elle y a été contrainte par une lutte politique intense. En 25 années, beaucoup de choses ont été obtenues, et d’ailleurs, il faudrait plus qu’une interview pour faire l’inventaire. Mais, nous sommes conscients que l’essentiel reste à venir. C’est pour cela que nous marquons essentiellement cet anniversaire par une réflexion sur les perspectives. 



On constate quand même au cours de cette période, que plusieurs militants ou cadres ont, soit démissionné, soit été démissionnés. Est-ce à dire que le Sdf n’admet pas de contradiction en son sein ? 


Il est évident que nul n’est obligé de rester dans une organisation s’il ne s’identifie plus dans son orientation et ses valeurs. C’est aussi un signe de dynamisme et de vigueur. Nulle n’a démissionné du Sdf pour immobilisme. Mais, il faut aussi noter que beaucoup de Camerounais entrent en politique – et pas seulement dans le Sdf – soit parce qu’ils sont aigris ou alors parce qu’ils sont opportunistes et l’usure du temps a très souvent raison d’eux. Il est important aussi de comprendre que les médias adorent faire leur une de ces démissions, mais ne parlent jamais des nouveaux membres qui arrivent. Aussi, ces mêmes medias lâchent leurs chouchous démissionnaires dès que cette actualité ne se vend plus, au lieu de venir dire aux Camerounais ce qu’ils sont devenus. Pour l’instant, je ne connais pas un seul ancien militant qui s’est braqué contre le parti et qui a réussi. J’ai du respect pour ceux qui démissionnent 
et quittent la politique pour rester tranquille, mais j’ai surtout de la pitié pour ceux qui partent pour combattre le Sdf – faisant ainsi le jeu du Rdpc et dévoilent ainsi leur face cachée. Il est quand même difficile de comprendre cette particularité camerounaise, mais il est tout aussi important de comprendre qu’en tant qu’organisation, c’est toujours une opportunité d’aller de l’avant, quand les uns et les autres sortent de leurs réserves et montrent leur vrai visage.



Le cas le plus récent est celui d’Elisabeth Tamajong. Ne pensez-vous pas qu’elle a été mise à l’étroit dans l’exercice de ses fonctions au secrétariat général du Sdf ? 


Elizabeth Tamajong a décidé de démissionner de ses fonctions de secrétaire général du parti, fonction à laquelle elle a été nommée en 2012 après une première nomination de 2006 à 2012. C’est son droit et je le respecte. Elle demande que cette fonction redevienne élective et donc ne se reconnaît pas comme cadre désigné par le président national. Je regrette seulement qu’elle n’ait pas pris cette position lors de sa nomination, lors du congrès de 2012, puisqu’elle avait déjà six années d’expérience ; mais je retiens que sa démission a été acceptée par le Nec et elle a été remerciée pour les services rendus. Les statuts du parti donnent la responsabilité au président national de nommer les secrétaires généraux. Vous ne pouvez pas prétendre être mis à l’étroit par celui qui vous nomme. 



Le renouvellement des effectifs de la classe politique fait encore débat au Cameroun. Est-il aisé pour un vice-président comme vous, d’aller d’égal à égal avec le Chairman, au cours d’une élection, sans essuyer des foudres de ce dernier ? 


Il est évident qu’en politique, 80% des décisions devraient être prises par consensus et le reste seulement par vote ou décisions non consensuelles. Donc, ce cas de figure ne devrait normalement pas avoir lieu. 



Une opinion reproche aux instances de décision de votre parti de privilégier des Camerounais d’expression anglaise à certains postes de responsabilité [secrétariat général et bureau Parlement]. Vous arrive-t-il d’évoquer un sujet pareil lors de vos réunions ?

Nous l’évoquons, bien sûr. Mais, il est aussi important de comprendre la dynamique politique d’une organisation. Dans ce sens-là, c’est normal. 



Quel changement pouvez-vous souhaiter, au sortir du congrès du Sdf, prévu, en principe, en octobre 2016 ? 


Pour l’instant, nous mettons tous nos efforts pour marquer les 25 ans de notre Parti ; le reste viendra après. Le Congrès n’est pas prévu avant octobre 2016. Je pense qu’il y aura beaucoup de propositions de motion pour amender les statuts et les arrimer dans le contexte actuel comme nous l’avons toujours fait. Il est aussi important de noter que je suis un homme du consensus, et ne souhaiterai les changements de nos adhérents qu’après consultation, échange et concertation. Il ne s’agira pas d’imposer une nouvelle vision, mais plutôt de construire celle-ci avec tous les militants adhérents.


Propos Recueillis par Michel Ferdinand(Mutations)


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Clément Nzeko : « La qualité de jeu s’est nettement (...) => Le Coach Clément NZEKO fait le bilan dans les colonnes de cameroon tribune (...)
Alain Belibi : « poursuivre l’effort, écouter le public , (...) => Le Directeur Central de l’antenne radio de la Crtv apprécie la chemin (...)
Me Pierre Robert Fojou : « A la lumière des textes, (...) => Avocat au Barreau du Cameroun, expert en droit de la propriété (...)
Jean-Baptiste Bokam : « Des consignes particulières ont (...) => Les accidents de circulation enregistrés au cours du mois d’août ont bien (...)
Jean Ernest Masséna Ngalle Bibehe : « Tout est mis en (...) => Monsieur le ministre, l’on s’achemine vers la rentrée scolaire 2017. Où en (...)
Amélo : " Dans la vie il faut apprendre à célébrer nos (...) => La population du quartier Bilonguè « cité de la paix » était le témoin dimanche (...)
Enow Ngachu : « Je suis fier parce que le Chef de l’Etat (...) => Nommé ce 24 mai 2017, directeur général de l’Académie nationale de football (...)
Issa Tchiroma Bakary : « Les hommes de médias ne sont pas (...) => Monsieur le ministre, la Journée internationale de la liberté de la presse (...)
Duvalier KAMDOUM SOH : "ASCOM PRIZE va récompenser cette (...) => Vous êtes le président de l’association des communicateurs du Cameroun(ASCOM) (...)
Marafa Hamidou Yaya : "Je suis le prisonnier du (...) => Le 16 avril, cela fera cinq ans que Marafa Hamidou Yaya est incarcéré. À (...)
SPIP | Copyright © 2008 - 2017 | Powered by Solutions Triangle | Espace Privé | Retrouvez-nous sur Google+ | Suivre la vie du site RSS 2.0