PUBLICITE.
Pour la création du site Web de votre entreprise, imprimerie, sérigraphie, peinture de vos bâtiments, confiez votre cummunication à ASCOM. Contact 77 64 83 51 - 94 40 85 66
En travaux !!! Actuellement insdisponible!!!

Issa Tchiroma Bakary : « Les hommes de médias ne sont pas au dessus des lois »

dimanche 7 mai 2017


Monsieur le ministre, la Journée internationale de la liberté de la presse s’est célébrée hier sur le thème : « Des esprits critiques pour des temps critiques : le rôle des médias dans la promotion des sociétés pacifiques, justes et inclusives ». Quel commentaire faites-vous de l’implémentation de ce thème au Cameroun ?

Le thème choisi par l’UNESCO se situe en droite ligne des préoccupations du gouvernement camerounais et du chef de l’Etat SE Paul Biya. Les mesures prises dans ce sens depuis plus de deux décennies sont en rapport avec la législation, la réglementation et la mise en place de structures pour accompagner les entreprises de presse et les hommes de médias dans la pratique d’un journalisme libre et de qualité, dans le respect des règles éthiques et déontologiques. L’Etat qui est le garant de cette liberté de la presse a aussi la mission d’assurer la cohésion nationale et le vivre-ensemble. Au total, les institutions de notre pays veillent au respect de l’équilibre entre ces deux exigences qui sont à la fois compatibles et nécessaires à la stabilité du pays.

Cette journée intervient dans un contexte marqué par la publication du rapport de l’ONG internationale "Reporters sans frontières" qui éclabousse le Cameroun. Quels commentaires faites-vous ?

L’Etat de la liberté de la presse au Cameroun est plutôt reluisant de notre point de vue. Le nombre d’organes de presse écrite, audiovisuelle et en ligne est en augmentation croissante. Les journalistes exercent librement avec quelquefois une liberté de ton qu’on ne tolérerait pas sous d’autres cieux. Ce qu’il faut simplement retenir, c’est que les hommes de médias ne sont pas au dessus des lois qui régissent la vie en société et que, à l’instar des autres citoyens, ils peuvent en subir les rigueurs.

La Journée internationale de la liberté de la presse se tient également dans un contexte marqué par le lynchage médiatique du Cameroun, notamment par RFI et Jeune Afrique …

Une fois encore je voudrais souligner avec force que le Cameroun est un Etat de droit dans lequel la séparation des pouvoirs est une réalité. Les personnes à l’origine des saillies de RFI et de Jeune Afrique sont des compatriotes en porte-à-faux avec la loi et qui purgent des peines de prison. Le détournement des deniers publics comme la complicité d’actes de terrorisme et la non-dénonciation des actes de terrorisme, sont réprimés par les lois de notre pays. Il n’y a donc pas à prêter le flanc aux commentaires souvent teintés d’ignorance et surtout de mauvaise foi et dont les desseins de moins en moins cachés sont la remise en cause de la stabilité de nos institutions et le travestissement de la perception que le monde entier peut avoir de notre Nation. Malheureusement pour les auteurs de ces manœuvres, le Cameroun, uni derrière son chef le président Paul Biya, avance sur le chemin de la croissance économique, de la démocratie et du respect des libertés individuelles.

Au plan national, plusieurs médias fonctionnent encore sous la tolérance administrative. A quand la fin de ce régime ?

La tolérance administrative est une démarche transitoire mise en place dans le but de permettre aux opérateurs sollicitant des licences de fonctionner de façon provisoire, dans l’attente de l’aboutissement du processus de délivrance desdites licences. Elle participe de la volonté du gouvernement de permettre aux opérateurs de rentabiliser leurs équipements parfois acquis à prix d’or en attendant que les différentes étapes menant à l’obtention de l’autorisation définitive d’exercer soient franchies. Cette situation transitoire a coïncidé avec la remise à plat du dispositif légal en matière de communication audiovisuelle, à travers l’adoption par la représentation nationale et la promulgation par le chef de l’Etat de la loi N°2015/007 du 20 Avril 2015 sur l’audiovisuel. Aussitôt après la complétion du cadre juridique régissant l’audiovisuel dans notre pays par la signature des décrets d’application, il y a de bonnes raisons de penser que l’ère de la tolérance administrative sera révolue.

L’environnement de la presse souffre de la présence des francs-tireurs, ne faut-il pas renforcer l’action des structures d’assainissement pour inverser cette tendance ?

L’assainissement du secteur de la presse dans notre pays est une œuvre pour l’accomplissement de laquelle le ministère de la Communication et le Conseil national de la Communication travaillent depuis quelques années déjà. La démarche adoptée combine la pédagogie et la répression. Cette action doit pouvoir se compléter par celle des instances d’autorégulation dont le gouvernement souhaite la mise en place par les acteurs, pour promouvoir, dans une cohabitation harmonieuse avec les instances de régulation, le respect de l’éthique et de la déontologie et l’amélioration des pratiques professionnelles dans le secteur de la presse.

Propos recueillis par Jeanine FANKAM(CT)

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Issa Tchiroma Bakary : « Les hommes de médias ne sont pas (...) => Monsieur le ministre, la Journée internationale de la liberté de la presse (...)
Duvalier KAMDOUM SOH : "ASCOM PRIZE va récompenser cette (...) => Vous êtes le président de l’association des communicateurs du Cameroun(ASCOM) (...)
Marafa Hamidou Yaya : "Je suis le prisonnier du (...) => Le 16 avril, cela fera cinq ans que Marafa Hamidou Yaya est incarcéré. À (...)
Me Jackson Francis Ngnié Kamga : « Les revendications des (...) => Monsieur le Bâtonnier, dans le communiqué que vous avez rendu public (...)
Paul Atanga Nji : « Les anglophones ont toujours reçu du (...) => Le ministre chargé de mission à la présidence de la République, secrétaire (...)
Bernard Okalia Bilai : « Les populations sont mobilisées (...) => Les explication du gouverneur du Sud-Ouest et président du Comité local (...)
André Alexis Megudjou : « En 2015, le CCA a financé à (...) => Récompenses, réalisations, perspectives du Crédit communautaire d’Afrique sont (...)
Gaëlle Enganamouit :" Je serai à la CAN" => Gaëlle Enganamouit, meilleure joueuse africaine 2015 et internationale en (...)
KOFFI OLOMIDE : Le chanteur explique son geste => Le chanteur congolais a démenti avoir agressé une femme présentée comme l’une (...)
Inoni Ephraïm : « Il n’y a aucune considération politique (...) => Ancien Premier Ministre de 2004 à 2009, Inoni Ephraïm avait accordé en avril (...)
SPIP | Copyright © 2008 - 2017 | Powered by Solutions Triangle | Espace Privé | Retrouvez-nous sur Google+ | Suivre la vie du site RSS 2.0