PUBLICITE.
Pour la création du site Web de votre entreprise, imprimerie, sérigraphie, peinture de vos bâtiments, confiez votre cummunication à ASCOM. Contact 77 64 83 51 - 94 40 85 66
En travaux !!! Actuellement insdisponible!!!

Hommage : La dernière communication politique de Charles Ateba Eyene - La levée de corps de cette « grande gueule » du Rdpc est prévue demain à Yaoundé

mercredi 26 mars 2014


Plus que 24 heures, jeudi 27 mars prochain, Charles Ateba Eyene, devrait commencer son dernier voyage.

Spécialiste de la communication politique, promoteur de l’éthique, la voix de stentor de « Tara » s’est définitivement éteinte, vendredi 21 février 2014. La dernière apparition en public de professionnel de la communication et politicien authentique qui avait la maîtrise du verbe, le sens de la formule, commence jeudi à 10 heures, par la levée de corps à l’Hôpital général de Yaoundé. Tour à tour, le cortège funèbre s’ébranlera vers la ville de Mfou où résidaient le disparu et sa famille. Après l’installation de la dépouille à la paroisse Epc de la ville, le cortège fera une escale au domicile du défunt, pour quelques minutes de recueillement, avant de reprendre la route de Yaoundé où une veillée est prévue à la paroisse Marie Gocker. De 20 heures à l’aube, alterneront un culte, des lamentations, des animations diverses, des témoignages, des projections de documentaires sur la vie et l’œuvre de Charles Ateba Eyene.

L’on espère que la police réussira à contenir les foules qui s’empresseront à chacune des étapes, pour offrir des obsèques grandioses à Charles Ateba Eyene dont la disparition de la scène politique et du grand théâtre de la vie continue de faire gémir les âmes en peine. Le programme de vendredi prévoit le départ du cortège funèbre au village natal du défunt à Bikoka, par Lolodorf. Suivront un culte et une veillée. Samedi 29 mars, après la phase des cérémonies traditionnelles, le culte et les témoignages, ce sera à l’inhumation. La pierre tombale qui se refermera sur le maître de la parole, à Bikoka, pourra-t-elle l’effacer définitivement des yeux de ses admirateurs ? Que non ! La passion pour la défense des nobles causes et son exigence qu’il a su nous communiquer, resteront éternelles.

Le « baobab » quittera physiquement et définitivement la scène, mais ses écrits ont le mérite de constituer une mémoire historique à consigner dans les archives du Rdpc et celles de la nation toute entière.

Par Souley ONOHIOLO (Le Messager)

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Conseil constitutionnel : Entrée en fonction le 6 (...) => Les membres de cette institution prêteront serment ce jour-là devant le (...)
Réorganisation de l’armée : des réajustements opportuns => Le nouveau découpage militaire territorial vise à augmenter les capacités (...)
Enseignement supérieur : comment tirer profit des (...) => Le cadre de concertation permanente Minesupenseignants s’est penché sur la (...)
Aide publique à la communication privée : 216 millions à (...) => 150 dossiers de demandes étudiés par la Commission nationale hier à Yaoundé. (...)
Palais de l’Unité : un investisseur allemand reçu => Le Dr Stefan Liebing, président de l’Association économique germano-africaine (...)
Service public de l’eau potable : la nouvelle Camwater (...) => Le décret qui confie désormais toutes les activités liées au service public de (...)
Chantal Biya inaugure une boutique à Yaoundé. => La première dame a honoré de sa présence, samedi, la cérémonie d’ouverture de (...)
Chantiers de la CAN : déguerpissements inévitables à (...) => Les travaux d’aménagement des voies d’accès et aires périphériques au stade, à (...)
Sénatoriales 2018 : la bataille des investitures => A 48 heures de la clôture du dépôt des listes à Elecam, les partis politiques (...)
Don spécial du chef de l’Etat : 100 000 nouveaux (...) => La distribution se fera dès demain dans les universités de Douala, Buea, (...)
SPIP | Copyright © 2008 - 2018 | Powered by Solutions Triangle | Espace Privé | Retrouvez-nous sur Google+ | Suivre la vie du site RSS 2.0