PUBLICITE.
Pour la création du site Web de votre entreprise, imprimerie, sérigraphie, peinture de vos bâtiments, confiez votre cummunication à ASCOM. Contact 77 64 83 51 - 94 40 85 66
En travaux !!! Actuellement insdisponible!!!

Grandes surfaces : la percée du « made in Cameroon"

samedi 18 mars 2017


Les produits transformés localement font leur entrée dans les rayons jusque-là réservés aux produits importés.

« Les produits du Cameroun ont la cote ». Ces propos d’un responsable de supermarché à Yaoundé témoignent de l’engouement des consommateurs pour le « made in Cameroon ». Ces produits gagnent progressivement des places dans les marchés et les grandes surfaces commerciales. Dans les rayons des supermarchés par exemple, l’agro-industrie locale s’impose peu à peu. Les pâtes alimentaires, les biscuits, les chips de plantain, l’arachide sous diverses formes, et même des croquettes de manioc sont disponibles.

Selon Yannick Wandjé, responsable du rayon confiserie à Mahima Warda, « la confiserie locale se porte bien ». La preuve, ajoute-t-il « je suis en train d’approvisionner le rayon ». Et que dire de notre chocolat ? « Il est très sollicité par les expatriés qui apprécient sa teneur en cacao et son goût », renseigne Raoul Nzuassa Nzengue, directeur adjoint du supermarché Casino à Yaoundé.
Les boissons locales ne se sont pas en reste. Les marques d’eau minérale estampillées Cameroun inondent les espaces des supermarchés et se vendent même dans la rue. Les vins « made in Cameroon » séduisent également. Mais Ful Peter consommateur se plaint de ne pouvoir trouver une bouteille de vin de palme dans un supermarché. Parmi les produits de consommation courante manufacturés localement, le café sous toutes ses formes tient la dragée haute. Les variétés robusta et arabica trônent fièrement dans les rayons et attirent les clients pour leur arôme si particulier. Dans ce success story des produits camerounais qui ont la cote, le poivre de Penja jouit d’une réputation qui va au-delà des frontières nationales.
L’industrie cosmétique camerounaise a aussi le vent en poupe. Les laits de beauté et autres produits de toilette ont gagné les cœurs des consommateurs et font les affaires des commerçants. Un responsable du supermarché Mahima assure que : « les laits de toilette du Cameroun se font recette et cela nous permet de faire des bénéfices ». Pour Edwige, « ce sont des produits adaptés aux peaux noires ». Les couches jetables pour enfants et adultes, des serviettes hygiéniques et le papier toilette sont aussi autant de produits que l’industrie cosmétique locale met à la disposition des consommateurs.

Dans les rues de la capitale, la fièvre du patriotisme économique semble s’emparer des consommateurs. « À priori, ce qui est fabriqué au Cameroun pour moi est meilleur. Et je n’achète un produit étranger que s’il n’y a pas son équivalent au Cameroun », nous confie Patrick M, tout en s’abreuvant d’une bouteille de jus de « foléré ». Un « foléré » que maman Marie souhaite vendre à une plus grande échelle si les moyens le lui permettent : « il faut que le monde entier goûte à çaC’est très bon ».« Les produits du Cameroun ont la cote ». Ces propos d’un responsable de supermarché à Yaoundé témoignent de l’engouement des consommateurs pour le « made in Cameroon ». Ces produits gagnent progressivement des places dans les marchés et les grandes surfaces commerciales. Dans les rayons des supermarchés par exemple, l’agro-industrie locale s’impose peu à peu. Les pâtes alimentaires, les biscuits, les chips de plantain, l’arachide sous diverses formes, et même des croquettes de manioc sont disponibles.

Selon Yannick Wandjé, responsable du rayon confiserie à Mahima Warda, « la confiserie locale se porte bien ». La preuve, ajoute-t-il « je suis en train d’approvisionner le rayon ». Et que dire de notre chocolat ? « Il est très sollicité par les expatriés qui apprécient sa teneur en cacao et son goût », renseigne Raoul Nzuassa Nzengue, directeur adjoint du supermarché Casino à Yaoundé.
Les boissons locales ne se sont pas en reste. Les marques d’eau minérale estampillées Cameroun inondent les espaces des supermarchés et se vendent même dans la rue. Les vins « made in Cameroon » séduisent également. Mais Ful Peter consommateur se plaint de ne pouvoir trouver une bouteille de vin de palme dans un supermarché. Parmi les produits de consommation courante manufacturés localement, le café sous toutes ses formes tient la dragée haute. Les variétés robusta et arabica trônent fièrement dans les rayons et attirent les clients pour leur arôme si particulier. Dans ce success story des produits camerounais qui ont la cote, le poivre de Penja jouit d’une réputation qui va au-delà des frontières nationales.
L’industrie cosmétique camerounaise a aussi le vent en poupe. Les laits de beauté et autres produits de toilette ont gagné les cœurs des consommateurs et font les affaires des commerçants. Un responsable du supermarché Mahima assure que : « les laits de toilette du Cameroun se font recette et cela nous permet de faire des bénéfices ». Pour Edwige, « ce sont des produits adaptés aux peaux noires ». Les couches jetables pour enfants et adultes, des serviettes hygiéniques et le papier toilette sont aussi autant de produits que l’industrie cosmétique locale met à la disposition des consommateurs.

Dans les rues de la capitale, la fièvre du patriotisme économique semble s’emparer des consommateurs. « À priori, ce qui est fabriqué au Cameroun pour moi est meilleur. Et je n’achète un produit étranger que s’il n’y a pas son équivalent au Cameroun », nous confie Patrick M, tout en s’abreuvant d’une bouteille de jus de « foléré ». Un « foléré » que maman Marie souhaite vendre à une plus grande échelle si les moyens le lui permettent : « il faut que le monde entier goûte à ça. C’est très bon ».

Par Sandrine AVOMO(CT)

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Transport en commun : et si on essayait le covoiturage... => La jeune entreprise « Amigoo » propose de faciliter la vie aux voyageurs (...)
20 mai : une réception fusionnelle au palais => Les corps constitués nationaux, les membres du corps diplomatique et les (...)
Crash de Mbanga-Pongo:le site abandonné avec les épaves (...) => Dix ans après le crash du vol KQ 507 de la compagnie aérienne Kenya Airways (...)
Crise à l’Eglise évangélique du Cameroun : une chance au (...) => Un conseil synodal général extraordinaire est convoqué mercredi prochain à (...)
Emmanuel Macron : quel « Africain » sera-t-il ? => La France, le jour d’après, reste encore admirative de l’exploit réussi par (...)
Santé : La Fondation Samuel Eto’o dote l’hôpital (...) => La Fondation Samuel Eto’o dote l’hôpital Laquintinie d’un pavillon de pédiatrie (...)
Développement agricole : un nouveau financement de 45 (...) => Les deuxièmes phases de deux projets financés par la Banque islamique de (...)
Ciment : un marché qui répond => Dans un pays en chantier, le BTP en mouvement est forcément une aubaine pour (...)
Le grand bond d’Internet au Cameroun => Selon de récentes études, le taux de pénétration est passé de 11 à 21% en un (...)
La première du Prix Agricult’or => La première édition de cet événement qui prime les jeunes entrepreneurs du (...)
SPIP | Copyright © 2008 - 2017 | Powered by Solutions Triangle | Espace Privé | Retrouvez-nous sur Google+ | Suivre la vie du site RSS 2.0