PUBLICITE.
Pour la création du site Web de votre entreprise, imprimerie, sérigraphie, peinture de vos bâtiments, confiez votre cummunication à ASCOM. Contact 77 64 83 51 - 94 40 85 66
En travaux !!! Actuellement insdisponible!!!

Grandes surfaces : la percée du « made in Cameroon"

samedi 18 mars 2017


Les produits transformés localement font leur entrée dans les rayons jusque-là réservés aux produits importés.

« Les produits du Cameroun ont la cote ». Ces propos d’un responsable de supermarché à Yaoundé témoignent de l’engouement des consommateurs pour le « made in Cameroon ». Ces produits gagnent progressivement des places dans les marchés et les grandes surfaces commerciales. Dans les rayons des supermarchés par exemple, l’agro-industrie locale s’impose peu à peu. Les pâtes alimentaires, les biscuits, les chips de plantain, l’arachide sous diverses formes, et même des croquettes de manioc sont disponibles.

Selon Yannick Wandjé, responsable du rayon confiserie à Mahima Warda, « la confiserie locale se porte bien ». La preuve, ajoute-t-il « je suis en train d’approvisionner le rayon ». Et que dire de notre chocolat ? « Il est très sollicité par les expatriés qui apprécient sa teneur en cacao et son goût », renseigne Raoul Nzuassa Nzengue, directeur adjoint du supermarché Casino à Yaoundé.
Les boissons locales ne se sont pas en reste. Les marques d’eau minérale estampillées Cameroun inondent les espaces des supermarchés et se vendent même dans la rue. Les vins « made in Cameroon » séduisent également. Mais Ful Peter consommateur se plaint de ne pouvoir trouver une bouteille de vin de palme dans un supermarché. Parmi les produits de consommation courante manufacturés localement, le café sous toutes ses formes tient la dragée haute. Les variétés robusta et arabica trônent fièrement dans les rayons et attirent les clients pour leur arôme si particulier. Dans ce success story des produits camerounais qui ont la cote, le poivre de Penja jouit d’une réputation qui va au-delà des frontières nationales.
L’industrie cosmétique camerounaise a aussi le vent en poupe. Les laits de beauté et autres produits de toilette ont gagné les cœurs des consommateurs et font les affaires des commerçants. Un responsable du supermarché Mahima assure que : « les laits de toilette du Cameroun se font recette et cela nous permet de faire des bénéfices ». Pour Edwige, « ce sont des produits adaptés aux peaux noires ». Les couches jetables pour enfants et adultes, des serviettes hygiéniques et le papier toilette sont aussi autant de produits que l’industrie cosmétique locale met à la disposition des consommateurs.

Dans les rues de la capitale, la fièvre du patriotisme économique semble s’emparer des consommateurs. « À priori, ce qui est fabriqué au Cameroun pour moi est meilleur. Et je n’achète un produit étranger que s’il n’y a pas son équivalent au Cameroun », nous confie Patrick M, tout en s’abreuvant d’une bouteille de jus de « foléré ». Un « foléré » que maman Marie souhaite vendre à une plus grande échelle si les moyens le lui permettent : « il faut que le monde entier goûte à çaC’est très bon ».« Les produits du Cameroun ont la cote ». Ces propos d’un responsable de supermarché à Yaoundé témoignent de l’engouement des consommateurs pour le « made in Cameroon ». Ces produits gagnent progressivement des places dans les marchés et les grandes surfaces commerciales. Dans les rayons des supermarchés par exemple, l’agro-industrie locale s’impose peu à peu. Les pâtes alimentaires, les biscuits, les chips de plantain, l’arachide sous diverses formes, et même des croquettes de manioc sont disponibles.

Selon Yannick Wandjé, responsable du rayon confiserie à Mahima Warda, « la confiserie locale se porte bien ». La preuve, ajoute-t-il « je suis en train d’approvisionner le rayon ». Et que dire de notre chocolat ? « Il est très sollicité par les expatriés qui apprécient sa teneur en cacao et son goût », renseigne Raoul Nzuassa Nzengue, directeur adjoint du supermarché Casino à Yaoundé.
Les boissons locales ne se sont pas en reste. Les marques d’eau minérale estampillées Cameroun inondent les espaces des supermarchés et se vendent même dans la rue. Les vins « made in Cameroon » séduisent également. Mais Ful Peter consommateur se plaint de ne pouvoir trouver une bouteille de vin de palme dans un supermarché. Parmi les produits de consommation courante manufacturés localement, le café sous toutes ses formes tient la dragée haute. Les variétés robusta et arabica trônent fièrement dans les rayons et attirent les clients pour leur arôme si particulier. Dans ce success story des produits camerounais qui ont la cote, le poivre de Penja jouit d’une réputation qui va au-delà des frontières nationales.
L’industrie cosmétique camerounaise a aussi le vent en poupe. Les laits de beauté et autres produits de toilette ont gagné les cœurs des consommateurs et font les affaires des commerçants. Un responsable du supermarché Mahima assure que : « les laits de toilette du Cameroun se font recette et cela nous permet de faire des bénéfices ». Pour Edwige, « ce sont des produits adaptés aux peaux noires ». Les couches jetables pour enfants et adultes, des serviettes hygiéniques et le papier toilette sont aussi autant de produits que l’industrie cosmétique locale met à la disposition des consommateurs.

Dans les rues de la capitale, la fièvre du patriotisme économique semble s’emparer des consommateurs. « À priori, ce qui est fabriqué au Cameroun pour moi est meilleur. Et je n’achète un produit étranger que s’il n’y a pas son équivalent au Cameroun », nous confie Patrick M, tout en s’abreuvant d’une bouteille de jus de « foléré ». Un « foléré » que maman Marie souhaite vendre à une plus grande échelle si les moyens le lui permettent : « il faut que le monde entier goûte à ça. C’est très bon ».

Par Sandrine AVOMO(CT)

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Préparation du budget : rudence et discipline => C’est dans cette logique que devra s’inscrire la préparation du prochain (...)
Présidentielle 2018 : les Etats-Unis n’ont pas de (...) => L’ambassadeur Peter Henry Barlerin l’a réitéré mardi à l’issue d’une audience (...)
Présidentielle 2018 : Paul Biya, le candidat qui (...) => C’est le titre de l’éditorial que signe Samuel Mvondo Ayolo, dans la dernière (...)
Camwater : un nouveau PCA installé => Patrick Kum Bong Akwa, installé mardi dernier par le ministre de l’Eau et de (...)
Télécommunications et TIC : l’annuaire des données (...) => Il a été officiellement remis hier au ministre des Postes et Télécommunications
Cameroun-Espagne : le courant passe => Arrivé en fin de séjour, l’ambassadeur du Royaume d’Espagne a fait le bilan de (...)
Baccalauréat général 2018 : les clés de la réussite de (...) => Les performances de la région à cet examen font un bond en passant de 39,03% (...)
Services publics : la maladie du vendredi => Fonctionnaires et autres travailleurs ont pris l’habitude de se donner (...)
Ebolowa : l’hôtel du Comice livré en novembre => Après près de huit ans de travaux, l’ouvrage en est aujourd’hui au stade des (...)
Transformation du bois : un Camerounais rachète les (...) => La procédure de redressement judiciaire de mars 2018 s’est soldée il y a (...)
SPIP | Copyright © 2008 - 2018 | Powered by Solutions Triangle | Espace Privé | Retrouvez-nous sur Google+ | Suivre la vie du site RSS 2.0