PUBLICITE.
Pour la création du site Web de votre entreprise, imprimerie, sérigraphie, peinture de vos bâtiments, confiez votre cummunication à ASCOM. Contact 77 64 83 51 - 94 40 85 66
En travaux !!! Actuellement insdisponible!!!

Exclusion : Quatre présidents fédéraux dans les filets d’Adoum Garoua

jeudi 14 mars 2013


Le ministre des sports et de l’éducation physique (Minsep) les a exclus du processus de renouvellement des organes dirigeants dans les fédérations civiles nationales. Ces derniers, qui ont reçu de l’Etat des fonds pour organiser certaines compétitions internationales, sont accusés de n’avoir jamais produit les comptes d’emploi.

Prière de repasser ! François Njélé président de la Fédération camerounaise de cyclisme (Fécacyclisme), son secrétaire général Mathurin Nkoulou, Bertrand Mendounga, président de la fédération camerounaise de boxe (Fécaboxe), Sébatien Mbouss président de la fédération nationale d’athlétisme (Fca) et Jonas Kemayou président de la Fédération camerounaise de danse et disciplines affinitaires (Fécadansa) viennent d’être exclus de toutes les activités de leur fédération par Adoum Garoua. L’annonce a été faite mardi 12 mars 2013 au journal radiodiffusé de 20h de la Cameroon radio and télévision (Crtv). A en croire le patron des sports, ces quatre responsables fédéraux sont virés « pour atteinte à l’éthique sportive ». Selon des informations puisées à bonnes sources, ces derniers n’ont pas pu justifier des fonds à eux alloués par l’Etat pour l’organisation des compétitions nationales. Tous en fin de mandat, ils étaient candidats à leur propre succession mais le Minsep vient de briser leur rêve de reconquérir leur fauteuil.

Dans cette liste d’indésirables, Jacques Sébastien Mbouss et François Ndjélé sont ceux dont les chefs d’accusation pèsent une tonne. Ces deux « présumés coupables » seraient accusés d’avoir distrait les budgets alloués à l’organisation de la Course de l’Espoir, le Tour du Cameroun et le Grand Prix international Chantal Biya pendant le quadriennal 2008-2012. Lancé en 2002, le Tour du Cameroun par exemple a fait son bonhomme de chemin. Mais chaque édition était une nouvelle épreuve, un saut d’obstacles marqué par une organisation approximative et des résultats qui sont loin d’honorer la fine crème du cyclisme camerounais. Tenez par exemple, le Tour 2011 avait déjà connu deux reports pour indisponibilité du budget. Une fois ce problème de financement surmonté, la gestion pratique de l’épreuve avait été décriée aussi bien par les coureurs, les encadreurs que par la presse et l’Uci. Et comme il fallait s’ y attendre, le 06 février 2013, la nouvelle est tombé tel un couperet : le Tour cycliste du Cameroun est suspendu du calendrier 2013 de l’Union cycliste internationale (Uci). Suffisant pour provoquer l’ire d’Adoum Garoua qui avait déjà Njélé dans son viseur.

Détournement

lui, devrait fournir les preuves de la gestion des budgets alloués aux cinq dernières éditions de l’Ascension du Mont Cameroun. Lesquelles ont brillé par des couacs et des échecs retentissants. Des sources proches de la fédération parlent même de détournement de dizaines de millions avec en toile de fonds la mise sur pied des commissions fictives, de connivence avec certains responsables au Minsep. Pour ces forfaits enregistrés lors de l’organisation des événements de souveraineté, ces deux larrons et leurs comparses risqueraient-au cas où les faits qui leur sont reprochés étaient avérés-de finir leur course aux portes de Kondengui.

Quant à Jonas Kemajou, il paye le prix de sa grande gueule. Le président de la Fécadansa a en effet brillé ces deux dernières années par des sorties épistolaires passées au vitriol. On se rappelle qu’en octobre 2012, dans une lettre ouverte adressée au premier ministre Chef du gouvernement, Kemajou démontrait comment le Minsep a démissionné de ses fonctions régaliennes. Faisant remarquer au passage que ce ministère n’est plus la colonne vertébrale du mouvement sportif à travers ses missions régaliennes de régulation, d’impulsion et de contrôle. Ulcérés par cette décision de la tutelle, ces quatre présidents de fédérations réunis autour d’un collectif, promettent faire appel à l’arrêté du ministre, voire en appeler à l’arbitrage du Chef de l’Etat. Affaire à suivre.

Source : Le Messager

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Fecafoot : des organes dissous => Le Comité de normalisation a mis un terme au fonctionnement des commissions (...)
Fécafoot : les visages de la normalisation => Cinq personnalités désignées par la mission FIFA-CAF vendredi dernier pour (...)
Eliminatoires du Mondial 2018 : les Lions en difficulté => Le Cameroun doit impérativement l’emporter aujourd’hui à Yaoundé contre le (...)
Can 2019:ce comité de normalisation qui inquiète => Pour certains, l’instance aura un impact dans l’organisation de la (...)
Cameroun-Nigéria : 23 Lions convoqués => Eric-Maxim Choupo Moting dans le groupe d’Hugo Broos, qui a publié sa liste (...)
Crise à la FECAFOOT : les assurances du gouvernement => Lors d’un point de presse au stade Ahmadou Ahidjo vendredi dernier, le (...)
Organisation de la CAN 2019 : « Le gouvernement reste (...) => Organisation de la CAN 2019 : « Le gouvernement reste fermement engagé » (...)
CAN 2019 : Les assurances de la Chine => L’ambassadeur Wei Wenhua et le représentant de l’équipementier français Alcor (...)
Création, organisation et fonctionnement du comité (...) => Décret N°2017/445 du 11 août 2017 Le président de la République, Vu la (...)
CAN 2019 : le Comité d’organisation créé => Le chef de l’Etat a mis sur pied, le 11 août dernier, le COCAN qui devra (...)
SPIP | Copyright © 2008 - 2017 | Powered by Solutions Triangle | Espace Privé | Retrouvez-nous sur Google+ | Suivre la vie du site RSS 2.0