PUBLICITE.
Pour la création du site Web de votre entreprise, imprimerie, sérigraphie, peinture de vos bâtiments, confiez votre cummunication à ASCOM. Contact 77 64 83 51 - 94 40 85 66
En travaux !!! Actuellement insdisponible!!!

Economie : 200 Entreprises sensibilisées contre la corruption au Cameroun

mercredi 15 juillet 2015


La coalition nationale de lutte a dressé le bilan de son partenariat avec la coopération allemande (GIZ) vendredi à Yaoundé.

Payer pour obtenir un emploi, une mission, un stage, un crédit ou simplement un service gratuit, c’est de la corruption. Au même titre que donner un pot de vin pour voir réduire ses impôts, renouveler sa licence ou pour contracter un marché soumis à compétition. Ce sont là quelques visages de la corruption en entreprises, tels que révélés vendredi dernier à Yaoundé, lors de la cérémonie de clôture du partenariat entre la coopération allemande GIZ et le Business council for Africa (BCA) Cameroun. Le fruit de ce partenariat, libellé sous le nom de Coalition nationale des entreprises contre la corruption ou Business coalition against corruption (BCAC), « vise à assister le gouvernement camerounais dans l’amélioration du climat des affaires et son ambition à être une économie émergente en 2035 », selon Ralph Manyi, président de BCA. Il précise que ce partenariat signé en 2011 s’est achevé le 30 juin dernier. L’heure était donc au bilan, jugé fructueux par la GIZ.

En effet, selon Petra Zimmermann-Steinhart de la coopération allemande, les objectifs sont plus qu’atteints. « Nous avons offert des formations et partages d’expériences sur les thématiques relatives à l’intégrité, l’éthique, la gouvernance, la conformité et la corruption en milieu professionnel. Nous voulions bâtir une coalition d’au moins 150 entreprises qui donne vie à la lutte contre la corruption. Aujourd’hui, plus de 240 structures ont été formées avec plus de 500 personnels sensibilisées. Donc, objectif largement dépassé », se réjouit-elle. Dans ses réalisations, le BCAC compte également en bonne place la signature d’un contrat de coopération avec le Groupement inter patronal du Cameroun (GICAM), la signature mercredi 15 juillet prochain d’un deuxième accord de coopération avec la Commission nationale anti-corruption (CONAC) et le 17 juillet avec un autre groupement patronal.

Dans les échanges avec la presse, les hommes de médias se sont longuement attardés sur la relation de la coalition avec la CONAC, jugée peu efficace. Irene Morikang Tche, représentante de la commission assure que la lutte contre la corruption a justement besoin de la contribution des structures comme la BCAC pour être efficace. Bref, c’est un engagement collectif et à chacun de suivre le bon exemple.

Par Félicité BAHANE N.(CT)

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partenaires au développement : le clin d’œil du (...) => Un forum s’est déroulé hier à Yaoundé pour explorer les axes de coopération (...)
Nomination de responsables au ministère des Finances => Décret N° 2017/11320/PM du 13 novembre 2017. Le Premier ministre, chef du (...)
Nomination de responsables au ministère de l’Eau et de (...) => Décret n°2017/11321/PM du 13 novembre 2017. Le premier ministre, chef du (...)
Commerce intra-africain : Encore trop de barrières => En plus des procédures et frais exigibles déjà élevés, la corruption et le trop (...)
Humanitaire : La vie change avec Synergies africaines => De nombreuses personnes, démunies ou vulnérables, et autres institutions ont (...)
Situation dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest : Le Sénat (...) => Hier à l’ouverture de la session, Marcel Niat Njifenji a dénoncé les attaques (...)
Investir au Cameroun : le potentiel en vitrine => L’Agence de promotion des investissements (API) remet ça. A partir de ce (...)
An 35 du Renouveau : hymne à la paix et à l’unité => L’anniversaire de l’accession à la magistrature suprême du président Paul Biya (...)
Budget 2018 Vers une augmentation de 140 milliards Fcfa (...) => L’économie numérique, les jeux de hasard et la taxe sur le revenu sont (...)
Hamadou Moustapha : l’Andp soutient discretement le (...) => Après les congrès de 1996 et 2008, le président national de l’Andp entame un (...)
SPIP | Copyright © 2008 - 2017 | Powered by Solutions Triangle | Espace Privé | Retrouvez-nous sur Google+ | Suivre la vie du site RSS 2.0