PUBLICITE.
Pour la création du site Web de votre entreprise, imprimerie, sérigraphie, peinture de vos bâtiments, confiez votre cummunication à ASCOM. Contact 77 64 83 51 - 94 40 85 66
En travaux !!! Actuellement insdisponible!!!

Drogue en milieux scolaires : Les élèves du lycée bilingue de Deido raflent la palme d’or à Douala.

samedi 27 juillet 2013


Les statistiques sur la consommation des stupéfiants par les élèves des établissements économiques ont été données il y a quelques jours, à Douala, par un psychologue clinicien.

Le psychologue clinicien en question s’appelle Théodore Kommegne. Les statistiques servies au cours d’un exposé sur « Les drogues et les conduites additives », sont le fruit d’un travail de recherche mené auprès de certains établissements scolaires de la capitale économique présentés comme les foyers de consommation des stupéfiants par les élèves. Les conclusions de cette étude menée sur un échantillon de 1200 élèves des classes de 3e en terminale laissent sans voix. D’après le rapport, le grand foyer de consommation des stupéfiants des élèves de Douala est situé derrière le lycée bilingue de Deido, et animé par les élèves de cet établissement situé pourtant à un jet de caillou du commissariat du 9e arrondissement. De nombreux élèves venant de plusieurs établissements s’y retrouvent généralement entre 11, 12, voire 13 heures pour se pinter publiquement. « Ce n’est pas quelque chose de spécifique à l’établissement scolaire, mais c’est un espace très indiqué », explique Theodore Kommegne. En dehors du lycée de Deido, deux établissements se démarquent. Le collège Iesb, juste après le cimetière de Deido et le lycée d’Akwa. Les élèves de ces établissements ont déjà une certification dans la consommation des stupéfiants. Et c’est eux qui entrainent les autres. « Et par suivisme, tous les autres élèves se retrouvent dedans », précise l’expert, en prenant le cas du lycée Joss qui, il y a quelques années n’était pas concerné. « C’est vrai qu’il y a les établissements qui se démarquent, mais dans l’ensemble tous les établissements de Douala sont concernés. Même les universités », apprend Theodore Kommegne. D’après son rapport de 2008, près de 30% des élèves font fumeurs à Douala, et 52% d’entre eux sont de sexe masculin. Plus de 5% d’entre eux ont consommé les drogues médicamenteuses. On apprend que l’héroïne vient en tête, avec 64%, suivie de la cocaïne, appelée le « caillou » avec 57% et le cannabis ou le chanvre indien, Banga, 10%. L’expert démontre également que les conséquences sont sévères. « 9% des élèves ont été exposés au viol, 18,9% ont eu des relations sexuelles non protégées, 17% renvoyés de l’établissement », énumère-t-il. Les autres conséquences sont la recrudescence du banditisme et de la violence, car l’expérience montre que c’est quand ces jeunes sont pintés qu’ils posent des actes antisociaux. Le phénomène, apprend-on, ne fait que prendre de l’ampleur.
Le lycée Joss présenté comme la référence des établissements secondaires publics a déjà aussi son foyer de consommation. On se souvient que cinq élèves de cet établissement ont été interpellés dans l’enceinte de leur établissement scolaire le mardi 25 octobre 2011, en possession des stupéfiants, alors que ce lycée est bien ceinturé par la 2e région militaire et qui partage le mur avec la délégation régionale de la sûreté nationale du Littoral. La scène s’est produite dans la matinée, alors que les cours se déroulaient comme à l’accoutumée. C’est au cours d’un contrôle de routine pour débusquer des élèves qui escaladent les murs de l’école, que l’un des surveillants généraux a surpris quatre élèves en train de consommer la drogue. Les quatre élèves, donc deux inscrits en classe de 1ère et deux autres, respectivement en classe de 4e et terminale, ont été conduits dans les bureaux du proviseur. Louison Njoh Mbongué, face à la gravité des faits, a saisi la brigade de gendarmerie qui s’est emparé des quatre éléments. Le 26 octobre 2011, un autre élève de la classe de 1ère, présenté comme complice, a été aussi interpellé. Le lycée Joss est loin d’être le seul établissement scolaire de la ville où les élèves se pintent à bloc. Il est même loin de figurer d’ailleurs dans le club des initiés. « A mon avis le lycée Joss n’est pas la cible », lance d’entrée de jeu Théodore Kommegne. « Il y a beaucoup d’autres établissements où la drogue est très consommée, très utilisée », ajoute le psychologue clinicien, spécialiste de la psychopathologie. Pour lui, le phénomène n’est pas nouveau. « … J’ai écouté son intervention à la télé et moi j’ai eu l’impression qu’il était dans les nuages. Le phénomène n’est pas nouveau. La drogue dans les établissements scolaires, c’est un phénomène très connu », déroule Theodore Kommegne. C’est depuis 2008 que cet expert attire l’attention des autorités sur cette situation. Mais, son cri de détresse est pour l’instant un coup d’épée dans l’eau. Car, aucune action n’est prise jusqu’ici, pour mettre fin à ce fléau.

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Conseil constitutionnel : Entrée en fonction le 6 (...) => Les membres de cette institution prêteront serment ce jour-là devant le (...)
Réorganisation de l’armée : des réajustements opportuns => Le nouveau découpage militaire territorial vise à augmenter les capacités (...)
Enseignement supérieur : comment tirer profit des (...) => Le cadre de concertation permanente Minesupenseignants s’est penché sur la (...)
Aide publique à la communication privée : 216 millions à (...) => 150 dossiers de demandes étudiés par la Commission nationale hier à Yaoundé. (...)
Palais de l’Unité : un investisseur allemand reçu => Le Dr Stefan Liebing, président de l’Association économique germano-africaine (...)
Service public de l’eau potable : la nouvelle Camwater (...) => Le décret qui confie désormais toutes les activités liées au service public de (...)
Chantal Biya inaugure une boutique à Yaoundé. => La première dame a honoré de sa présence, samedi, la cérémonie d’ouverture de (...)
Chantiers de la CAN : déguerpissements inévitables à (...) => Les travaux d’aménagement des voies d’accès et aires périphériques au stade, à (...)
Sénatoriales 2018 : la bataille des investitures => A 48 heures de la clôture du dépôt des listes à Elecam, les partis politiques (...)
Don spécial du chef de l’Etat : 100 000 nouveaux (...) => La distribution se fera dès demain dans les universités de Douala, Buea, (...)
SPIP | Copyright © 2008 - 2018 | Powered by Solutions Triangle | Espace Privé | Retrouvez-nous sur Google+ | Suivre la vie du site RSS 2.0