PUBLICITE.
Pour la création du site Web de votre entreprise, imprimerie, sérigraphie, peinture de vos bâtiments, confiez votre cummunication à ASCOM. Contact 77 64 83 51 - 94 40 85 66
En travaux !!! Actuellement insdisponible!!!

Douala : Ces marchands de Douala 3ème qui méprisent les JCP

vendredi 5 juin 2015


Les journées citoyennes de propreté (JCP) ont pour but l’embellissement de la ville de Douala. Malgré les efforts, fournis par la Mairie de Douala 3ème, le message ne passe pas.

On peut compter du doigt ceux dont la devanture affiche belle allure, à l’aurore de ce jeudi 04 Mai. Peu nombreux à s’investir au grand nettoyage hebdomadaire de leur circonscription et encore moins de leur périmètre commerciale, les commerçants de boutiques, n’ont que faire de la Journée Citoyenne de Propreté (JCP). Des peaux de bananes éparses, des emballages plastiques reposés de part et d’autres moulés parfois dans une rigole noséabondante, confessent l’absence d’une préoccupation sanitaire. « Les gens ne font pas de propreté ici. Longez toute la rue, je dis, pas un » s’indigne Marianne, venue livrer des mets. Wilson N. sorti tôt ce matin, déclare quant à lui, avoir rempli son devoir citoyen. « J’ai déjà balayé. Je n’attends plus que l’heure d’ouverture » dit-il cisaillant un long tissu à même le sol, les ordures restées entassées à la borne de sa devanture.

Dans les artères de quartiers, marchands ambulants ou échoppes à matériaux provisoires courtisent quelques riverains. A quelques embouchures de la route, c’est sans scrupule que les boutiquiers accueillent élèves et ménagères à l’arrière de leur boutique, parfois par l’entremise d’une porte entrouverte, selon le degré de l’éloignement de la route. Pour les tournes-dos, l’audace s’affiche au grand air. « Il y a des cafeterias, les petits restaus et certains kiosques qui ouvrent quand même » assure Wilson N. dans un français difficile. Une situation alarmante que sonne Marianne aux autorités communales. « Ils doivent faire un contrôle à chaque fois » gronde-t-elle. Dans cette localité où journée de propreté rime avec grâce matinée.

Des projets musclés à l’horizon

Au fur et à mesure que l’on s’approche du marché Pk 14, la physionomie change. Dans le joyeux gazouillis des bayam sellam, la propreté est au rendez-vous pour une Mairie qui fait de cette journée son cheval de bataille. « Nous avons décidé de mettre un point d’honneur, de nous battre avec hargne pour que notre circonscription soit plus salubre » confirme alors Danjouma Amadou Monhaman, Régisseur de la Mairie 3ème. Assisté des membres du bureau des commerçants et du chef du bloc, Danjouma se souvient de leur premier grand projet. « Le 5 Mars dernier, nous avions mené un nettoyage de grande envergure en synergie avec d’autres entreprises » confie-t-il le regard pensif. Accoudés à l’arrière de son bureau, cet agent de l’administration prend rendez-vous avec ses collaborateurs, délégués des commerçants pour un nouveau projet. « Nous sommes en train de voir dans quelle mesure nous installerons des toilettes publiques dans les recoins du marché » glisse-t-il. « L’objectif de garantir la propreté est très important. Surtout pour ces commerçants qui exposent et vendent des denrées alimentaires. D’ailleurs en prélude à la saison des pluies nous envisageons construire des palettes pour que les marchands qui vendent à même le sol puissent le faire avec une meilleur sécurité » ajoute-t-il. Des initiatives dont les conséquences deviennent de plus en plus visibles.
Au marché PK14, les commerçants aux boutiques encore ombragées par quelques étalages s’activent. Balaie en main, ils chassent à grande pompe des détritus longtemps collés à leurs pas. Sous le regard imperturbable des agents communaux prêts à sanctionnés, les marchands commencent à comprennent la portée de cette journée. « C’est une bonne chose. C’est comme mettre la propreté chez soi. On ne doit pas vivre comme des porcs » déclare une anonyme qui s’occupe. Travail manuel pour les uns, aubaine pour les autres, des salons de coiffures, aux ateliers de coutures, tous barricadés attendent en silence qu’il soit 10 heures tapantes.

Par André Michel NYEM

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Prostitution : Les jeunes filles défient les professionnelles => Depuis le début des vacances, la prostitution des jeunes filles a atteint (...)
Cameroun-Union africaine : Moussa Faki Mahamat à (...) => Le renforcement de la coopération bilatérale et la situation dans les régions (...)
Prorogation du mandat des conseillers municipaux => Décret N°2018/406 du 11 juillet 2018 Le président de la République, Vu la (...)
Insécurité routière : il faut des mesures fortes => Jusqu’à présent, les mécanismes de prévention mis en œuvre tardent à produire (...)
Chantiers de la CAN à Garoua : des mesures correctives (...) => Philemon Yang a instruit les entreprises de tout mettre en œuvre pour tenir (...)
Médiation, multiculturalisme : la Commission Musonge (...) => Invitation adressée hier par l’ambassadeur de France au Cameroun lors de sa (...)
Plan d’assistance humanitaire : premières actions (...) => Sur très hautes instructions du président de la République, la première (...)
Plan d’assistance humanitaire d’urgence : le détail des (...) => L’intégralité du propos liminaire du ministre de la Communication lors de son (...)
Marcel Niat/Célestine Ketcha : Ennemis intimes => Le président du Sénat et le maire de Bangangté se vouent une cordiale (...)
Décentralisation : le ministre dans les chantiers de (...) => Georges Elanga Obam a visité les hôtels de ville en construction de Douala V (...)
SPIP | Copyright © 2008 - 2018 | Powered by Solutions Triangle | Espace Privé | Retrouvez-nous sur Google+ | Suivre la vie du site RSS 2.0