PUBLICITE.
Pour la création du site Web de votre entreprise, imprimerie, sérigraphie, peinture de vos bâtiments, confiez votre cummunication à ASCOM. Contact 77 64 83 51 - 94 40 85 66
En travaux !!! Actuellement insdisponible!!!

Discours : Les aveux de Paul Biya.

lundi 6 janvier 2014


Le Chef de l’Etat reconnaît certains des reproches souvent faits au pouvoir en place.

Pour une fois, Paul Biya reconnait que le Cameroun, le pays qu’il dirige depuis plus de 30 ans, va mal. Un téléspectateur a d’ailleurs affirmé à la suite de son message à la nation mardi dernier que l’on croirait entendre un leader de l’opposition.

Dans son message aux Camerounais en fin de semaine dernière, Maurice Kamto, le président du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc), affirmait : « Les performances économiques de notre pays restent en deçà de nos capacités réelles et ce, malgré les discours officiels lénifiants. Selon le dernier rapport du FMI sur les perspectives économiques de l’Afrique sub-saharienne présenté le 22 novembre à Yaoundé, le taux de croissance du Cameroun en 2013 sera seulement de 4,7%, contre les prévisions gouvernementales de 6,1%, alors que la moyenne enregistrée en Afrique sub-saharienne sera de 5%.

Nous avons fait remarquer en 2012, que ces performances économiques médiocres, avec un taux de croissance réel inférieur à 8% par an, ne peuvent pas permettre d’atteindre l’objectif gouvernemental d’un « Cameroun émergent en 2035 ». Nous ne sommes plus les seuls à le dire désormais : le FMI, mais aussi d’autres institutions financières internationales comme la Banque des Etats d’Afrique Centrale (BEAC), sont du même avis ».

Eh bien, Paul Biya, considéré justement par l’opposition comme le principal responsable de cet échec, est désormais du même avis. « Il semble en effet que nos efforts, aussi louables soient-ils, ne suffiront pas, à leur rythme actuel, pour que le Cameroun devienne un pays émergent en 2035. Cet avertissement amical nous a été adressé par les institutions financières internationales. Il est de notre intérêt d’en tenir compte. En 2013, notre taux de croissante est de 4,8 %, donc en deçà de nos prévisions qui étaient de 6,1%. Il n’y a certes là, rien de dramatique mais il est clair que nous devons redoubler d’efforts », a-t-il dit mardi dernier.

Et le Président de la République ne s’est pas arrêté à ce seul constat. Il a évoqué d’autres manquements dans divers secteurs, s’étonnant lui-même du fait que le Cameroun soit à la traîne alors que rien ne devrait à priori, l’empêcher d’être dans une meilleure situation. « Serions-nous incapables de faire ce que d’autres pays, comparables au nôtre ont fait ou sont en train de faire ? Je ne le crois pas. Nous avons des hommes, des femmes et des jeunes talentueux, ingénieux, bien formés et entreprenants, capables de relever ces défis.

Nous avons des ressources naturelles, abondantes et variées. Nous avons des institutions, modernes et démocratiques. Notre pays connaît la paix et la stabilité. Alors que nous manque-t-il » ? S’interroge Paul Biya.

Des questions dont on attendrait plutôt des réponses de la part du Chef de l’Etat, qui semble soudain découvrir des problèmes qui sont si souvent posés par les camerounais. Il évoque les problèmes de l’administration et même le fait que certains serviteurs de l’Etat, pensent plus à eux et aux leurs qu’à l’intérêt général : « Bien qu’attachés à nos communautés d’origine — ce qui ne nous empêche pas d’être de fervents patriotes lorsque l’honneur national est en jeu, — nous sommes un peuple d’individualistes, plus préoccupés de réussite personnelle que d’intérêt général. Notre administration reste perméable à l’intérêt particulier. Ce dernier est le plus souvent incompatible avec l’intérêt de la communauté nationale. Dans un Etat moderne, cette dérive ne doit pas être tolérée ».

Alors, comment doit-on prendre ces aveux tardifs du Chef de l’Etat ? Annonce-t-il sa volonté de tout changer ou est-ce, une fois de plus, juste un discours ?


Par Jules Romuald Nkonlak (Le Jour)

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Prostitution : Les jeunes filles défient les professionnelles => Depuis le début des vacances, la prostitution des jeunes filles a atteint (...)
Cameroun-Union africaine : Moussa Faki Mahamat à (...) => Le renforcement de la coopération bilatérale et la situation dans les régions (...)
Prorogation du mandat des conseillers municipaux => Décret N°2018/406 du 11 juillet 2018 Le président de la République, Vu la (...)
Insécurité routière : il faut des mesures fortes => Jusqu’à présent, les mécanismes de prévention mis en œuvre tardent à produire (...)
Chantiers de la CAN à Garoua : des mesures correctives (...) => Philemon Yang a instruit les entreprises de tout mettre en œuvre pour tenir (...)
Médiation, multiculturalisme : la Commission Musonge (...) => Invitation adressée hier par l’ambassadeur de France au Cameroun lors de sa (...)
Plan d’assistance humanitaire : premières actions (...) => Sur très hautes instructions du président de la République, la première (...)
Plan d’assistance humanitaire d’urgence : le détail des (...) => L’intégralité du propos liminaire du ministre de la Communication lors de son (...)
Marcel Niat/Célestine Ketcha : Ennemis intimes => Le président du Sénat et le maire de Bangangté se vouent une cordiale (...)
Décentralisation : le ministre dans les chantiers de (...) => Georges Elanga Obam a visité les hôtels de ville en construction de Douala V (...)
SPIP | Copyright © 2008 - 2018 | Powered by Solutions Triangle | Espace Privé | Retrouvez-nous sur Google+ | Suivre la vie du site RSS 2.0