PUBLICITE.
Pour la création du site Web de votre entreprise, imprimerie, sérigraphie, peinture de vos bâtiments, confiez votre cummunication à ASCOM. Contact 77 64 83 51 - 94 40 85 66
En travaux !!! Actuellement insdisponible!!!

Danse : Au pas du chat mort

lundi 27 juin 2016


Créée par un camerounais, la danse est actuellement exécutée dans les points chauds et même dans les clips de stars.

Ne pensez surtout pas qu’elle effraye. C’est bien la danse du chat mort et non celle de la mort du chat. C’est au danseur camerounais Barron Scoot qu’on doit cette nouvelle façon de se trémousser. Et dans les réseaux sociaux où tout est parti, c’est ainsi qu’il explique l’affaire. « On attrape le chat. On fléchit avec le chat et on dose le chat de toutes ses forces. On sort les griffes avec la main gauche en tournant les reins. On les sort à droite et on développe ensuite comme on veut ». Dit ainsi, les casaniers ne comprennent pas grand-chose. Avec raison. La danse du chat est dédiée aux jeunes. Ces gars « androïde » qui se démarquent par leurs tee-shirt moulants, leurs pantalons en taille basse, leurs grosses chaînes autour du cou et des boucles en diamant aux oreilles. Le tout rehaussé par une casquette sur la tête. C’est la danse des habitués des points chauds et des boîtes de nuit. Le coupé décalé a toujours sa place. Le ndombolo aussi. Et même le vieux bikutsi de chez nous. Mais désormais, il faut aussi compter avec la danse du chat mort.

Un danseur l’a créée, mais des artistes ont sorti la danse de l’ombre pour en faire de véritables galettes musicales irrésistibles. Sous un rythme très enlevé, invitant à gagner la piste, les promoteurs de la danse du chat mort ont aussi trouvé les mots qu’il faut pour agrémenter le mélange. L’artiste-musicien camerounais Tity-P en est le premier. Fan de la nouvelle danse, il a écrit une chanson pour la promouvoir. A défaut de continuer sur la même lancée, plusieurs autres se sont appropriés le pas de danse dans leurs clips. Camerounais, Nigérians et même Ghanéens. La danse du chat mort a depuis longtemps traversé les frontières nationales. Une promotion dans les médias locaux aiderait davantage à donner un coup de pouce à cette initiative d’un jeune.

Par Elise ZIEMINE(CT)

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ngondo 2017 : la lumière de la paix => La fête du peuple Sawa s’est achevée hier 3 décembre 2017 sur les berges du (...)
Arts et Culture : 4,5 milliards pour promouvoir le (...) => En 2018, le ministère entend construire une salle de spectacle à Yaoundé et (...)
Ya-Jazz : Et de 20 ! => Un événement à célébrer du 14 au 17 novembre prochain au cabaret Yao Ba et à La (...)
Photographie : l’heure de la valorisation a sonné => La Ligue des photographes du Cameroun a fait des suggestions hier au (...)
Garoua : les ambassadeurs du rire en mission => Deux grands spectacles humoristiques donnés dans le chef-lieu de la région du (...)
Miss Cameroun : la finale désormais en décembre => C’est l’une des réformes annoncées par le comité d’organisation qui a dû revoir (...)
Médias sportifs : des consultants de luxe => Télévisions, radios et même journaux se payent des spécialistes bien connus du (...)
Paris Match Afrique et AFROPX organisent le concours (...) => Paris Match Afrique et AFROPX s’associent pour organiser un concours (...)
Patrimoine culturel : le musée Nomekam en exposition => Cette structure située dans la Lekié se dévoile depuis le 1er juin à l’hôtel (...)
Télévision : les déboires d’une mère-porteuse => Le feuilleton de Pierre Ela, qui sera bientôt diffusé sur le petit écran, a (...)
SPIP | Copyright © 2008 - 2017 | Powered by Solutions Triangle | Espace Privé | Retrouvez-nous sur Google+ | Suivre la vie du site RSS 2.0