PUBLICITE.
Pour la création du site Web de votre entreprise, imprimerie, sérigraphie, peinture de vos bâtiments, confiez votre cummunication à ASCOM. Contact 77 64 83 51 - 94 40 85 66
En travaux !!! Actuellement insdisponible!!!

Commerce intra-africain : Encore trop de barrières

mercredi 15 novembre 2017


En plus des procédures et frais exigibles déjà élevés, la corruption et le trop plein de contrôles routiers ne facilitent pas les échanges sur le continent.

En réalité, pour faciliter les échanges entre pays africains, il faut d’abord qu’il y ait de la marchandise, de quoi échanger. Or, l’industrialisation est faible sur le contient. Les Etats produisent essentiellement de la matière première, qu’ils exportent vers la Chine et l’Union européenne et importent pour manger et se vêtir. Sur le continent, les échanges ne sont pas à la mesure du potentiel du marché africain. A en croire les experts du commerce et de l’industrie de la commission de l’Union africaine (UA), cette priorité a tendance à être reléguée au second plan. On s’accroche à la nécessité de faciliter les échanges intra-africains alors qu’il faut d’abord industrialiser, c’est-à-dire innover en matière de production. Cependant, d’ici à ce qu’on arrive à booster et à diversifier la productivité sur le continent, il faut déjà garantir les conditions d’échanges. Une étude de la commission de l’UA relève que « le coût des affaires en Afrique est extrêmement élevé, en raison d’une longue manutention portuaire et des transports intérieurs médiocres, des procédures douanières lourdes, de nombreux barrages routiers et de nombreuses barrières non tarifaires par rapport aux autres régions du monde ». La même étude indique qu’en 2009, le commerce intraafricain ne représentait que 11% du commerce total du continent, augmentant d’à peine 1% par an. L’on se situe aujourd’hui à environ 15% contre plus de 60% dans l’Union européenne (UE). Pour inverser la tendance, les experts de l’UA estiment qu’il faut une volonté politique, qui amène dans un premier temps à la ratification de l’Accord de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) sur la facilitation des échanges. Lequel vise à promouvoir une circulation plus rapide des marchandises et des personnes au-delà des frontières nationales, à réduire les coûts de transaction et à encourager la coopération entre et parmi les divers organismes frontaliers. Concrètement, il sera question de réduire le nombre de documents et postes de contrôle tant sur la place portuaire que sur les routes et frontières. « Il y a aussi la mentalité des gens à façonner. Qu’on ait de la considération pour l’étranger, qui plus est, le voisin. Qu’on sache que la corruption et les tracasseries diverses ont un impact sur l’image du pays et freinent le décollage économique », indique l’un des experts de l’UA. Aussi notre interlocuteur recommande- t-il l’implication du secteur privé aux décisions en matière de facilitation des échanges. « C’est un manquement observé dans plusieurs pays mais qu’il faut corriger, si on a la volonté de faire bouger les choses ».

Par Félicité BAHANE N.(CT)

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Préparation du budget : rudence et discipline => C’est dans cette logique que devra s’inscrire la préparation du prochain (...)
Présidentielle 2018 : les Etats-Unis n’ont pas de (...) => L’ambassadeur Peter Henry Barlerin l’a réitéré mardi à l’issue d’une audience (...)
Présidentielle 2018 : Paul Biya, le candidat qui (...) => C’est le titre de l’éditorial que signe Samuel Mvondo Ayolo, dans la dernière (...)
Camwater : un nouveau PCA installé => Patrick Kum Bong Akwa, installé mardi dernier par le ministre de l’Eau et de (...)
Télécommunications et TIC : l’annuaire des données (...) => Il a été officiellement remis hier au ministre des Postes et Télécommunications
Cameroun-Espagne : le courant passe => Arrivé en fin de séjour, l’ambassadeur du Royaume d’Espagne a fait le bilan de (...)
Baccalauréat général 2018 : les clés de la réussite de (...) => Les performances de la région à cet examen font un bond en passant de 39,03% (...)
Services publics : la maladie du vendredi => Fonctionnaires et autres travailleurs ont pris l’habitude de se donner (...)
Ebolowa : l’hôtel du Comice livré en novembre => Après près de huit ans de travaux, l’ouvrage en est aujourd’hui au stade des (...)
Transformation du bois : un Camerounais rachète les (...) => La procédure de redressement judiciaire de mars 2018 s’est soldée il y a (...)
SPIP | Copyright © 2008 - 2018 | Powered by Solutions Triangle | Espace Privé | Retrouvez-nous sur Google+ | Suivre la vie du site RSS 2.0