PUBLICITE.
Pour la création du site Web de votre entreprise, imprimerie, sérigraphie, peinture de vos bâtiments, confiez votre cummunication à ASCOM. Contact 77 64 83 51 - 94 40 85 66
En travaux !!! Actuellement insdisponible!!!

Charles Ndongo : 36 ans d’expérience, et enfin patron de la Crtv

mercredi 20 juillet 2016


L’ancien directeur de l’information de la télévision nationale a été nommé ce mercredi, à l’issue d’un décret Présidentiel. Une consécration, pour celui qui, depuis 36 ans, n’a pas quitté le petit écran.

« Consécration », « reconnaissance », « récompense », des mots pour qualifier la nomination de Charles Pythagore Ndongo à la Direction générale de la Cameroon radio television (Crtv), on pourrait en donner à profusion. Au regard de l’hyper-présence du présentateur de « Entr’Autres », mais aussi au regard des échelons qu’il a progressivement gravis, depuis son entrée à la Ctv en 1985 (année de la création). Diplômé de la 9e promotion de l’Ecole supérieure internationale de journalisme de Yaoundé (3ème de la promotion, à deux places de son major-d’ami, Alain Belibi), Charles Ndongo (né le 29 septembre 1954), intègre la Crtv dès sa création en 1985 comme reporter. Ici, il croise le chemin d’Henri Bandolo, qu’il considère comme son « maître ». Son attitude, son talent, son sérieux…viendront de ce maître. Une version que Charles Ndongo confirmera lui-même. Dans une interview publiée sur le site Internet de l’Esstic, il déclare : « Mon maître Henri Bandolo me disait : "personne ne vous prendra au sérieux si vous n’êtes pas sérieux vous-mêmes " ». Cet air, il ne le quittera plus.

L’homme qui prend la tête de la Crtv, connaît la maison. Reporter, il est tour à tour nommé rédacteur en chef adjoint, attaché à la direction générale, rédacteur en chef de langue française, chef de la brigade puis directeur de la brigade des reportages spéciaux pendant plus de 20 ans, avant d’atterrir (depuis le 14 novembre 2005), à la direction de l’information Tv de la Crtv. C’est aussi un journaliste qui, très tôt, s’est frotté à l’entourage présidentiel. Sa première expérience survient en décembre 1984. Alors qu’il n’est encore qu’un jeune journaliste (radio), il est désigné pour couvrir le premier Comice agropastoral du Cameroun.


La Crtv, version Charles Ndongo ?

Cette première sortie à côté du président de la République lui collera à la peau durant toute sa carrière professionnelle. Car quelques mois plus tard, il sera chargé de couvrir le Congrès de Foumban de 1985, puis, de battre le record des interviews accordées au « très discret Paul Biya ».

De Vamoulké à Charles Ndongo, on devrait assister à une mutation de la Tour d’aluminium. Premièrement, du point de vue éditorial. On en veut pour preuve, les nombreuses critiques portées sur les articles qu’il a souvent considérés comme écrits à la légère. L’autre preuve viendra de son Adn de journaliste à la formation « très solide », obtenue auprès de ses enseignants. Parmi ses nombreuses anecdotes à l’Esijy, il raconte celle d’un Togolais, du nom de Patssou, qui faisait preuve de rigueur. « Je me souviens qu’il insistait sur la ponctuation et les accents ; mes copies étaient toujours couvertes de rouge. Il ne laissait rien passer », racontait-il.

Mais pour ceux qui espèrent voir la Crtv «  se démarquer » de la servitude gouvernementale, il faudra encore attendre. Sur le site Internet de l’Esstic, le désormais 4e Dg de la Crtv décrit ce qui, pour lui, reste comme le fondement de la chaîne nationale. « La Crtv, c’est un instrument de l’Etat, c’est le véhicule privilégié du message gouvernemental. Il faut tenir compte de l’environnement, du rapport de force, disons les choses telles qu’elles sont, parce que nous n’avons pas la pleine maîtrise des choses pour parler des évènements sérieux et sensibles comme les attaques de Boko Haram », avait-il déclaré.


Par Frégist Bertrand Tchouta(LNE)

1 Message

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Imbolo Mbue : Rencontre avec un phénomène littéraire => La jeune Camerounaise a effectué une entrée fracassante dans l’univers du (...)
Christian Ngan : Au bonheur des peaux noires => L’entreprise de produits cosmétiques « Madlyn Cazalis » se sert de la nature (...)
Mason Cyrille Elong Ewing : styliste sans complexes => L’artiste collectionne plusieurs défilés et est aussi producteur de cinéma (...)
Cameroun : rencontre avec les hommes et les femmes de (...) => Ils vivent depuis des années loin du pays de leurs parents. Ambitieux, (...)
Marie-Caroline Kingue : ce que femme peut… => La promotrice du magazine Kwin est fan de développement personnel et (...)
André Fotso : Le bâtisseur visionnaire => Souvenir que laisse le défunt président du Gicam, André Fotso, industriel au (...)
Charles Ndongo : 36 ans d’expérience, et enfin patron de (...) => L’ancien directeur de l’information de la télévision nationale a été nommé ce (...)
Paul Fokam Kammogne : Le banquier exemplaire => Le Pca d’Afriland First Group, maison-mère d’Afriland First Bank, a reçu le (...)
Canada : Vivi Flame of Hope pour une alphabétisation du (...) => Une jeune étudiante camerounaise impulse un projet humanitaire. (...)
Sismondi Barlev Bidjocka : Le dernier des mohicans => En seize ans de service à la Radio Tiemeni Siantou, il aura assisté aux (...)
SPIP | Copyright © 2008 - 2016 | Powered by Solutions Triangle | Espace Privé | Retrouvez-nous sur Google+ | Suivre la vie du site RSS 2.0