PUBLICITE.
Pour la création du site Web de votre entreprise, imprimerie, sérigraphie, peinture de vos bâtiments, confiez votre cummunication à ASCOM. Contact 77 64 83 51 - 94 40 85 66
En travaux !!! Actuellement insdisponible!!!

Chantier Naval : Le nouveau DG boycotte son installation

samedi 22 mars 2014


Bernard Bahiya ne s’est pas présenté ce 20 mars 2014 au siège de l’entreprise où l’attendaient employés, invités, amis et connaissances… Et même les autorités de la cité économique. Le Mintrans qui devait l’installer avec son Dga est resté aussi introuvable. De l’inédit.

Ce jeudi 20 mars 2014, il est un peu plus de 9 heures. Le siège du Chantier naval et industriel du Cameroun (Cnic) affiche une allure des grands jours. Dès la route jouxtant l’entrée de cette entreprise étatique située dans la zone portuaire, tout visiteur, au hasard de ses flâneries, est frappé par une constance. La forte présence des gendarmes. Eparpillés sur cette route, ils filtrent les entrées. L’accès au sein de l’entreprise est également réglementé.

Ici, ce sont les vigiles ordinaires qui sont mis à contribution. La cour de l’entreprise est déjà noire de monde. De nombreux employés regroupés par groupuscules devisent à tue-tête. L’unique sujet à l’odre du jour est l’installation des nouveaux dirigeants. Il s’agit du Dg Bernard Bayiha et de son adjoint Roland Maxime Aka’a Ndi, nommés au terme d’un conseil d’administration tenu le 12 mars 2014 à Yaoundé. Le programme prévoit six points à l’ordre du jour. La mise en place du personnel du Cnic, l’installation du directeur de l’entreprise, l’arrivée des invités, du Pca, du ministre des Transports (Mintrans) et le cocktail (pour les invités). Au niveau de la tribune officielle dressée à l’arrière du bâtiment, tout est fin prêt. Les invités sont là. Les chefs Sawa aussi. On peut aussi reconnaitre quelques hauts gradés de l’armée et des forces de l’ordre.

Téléphone arabe

Certains ont même fait le déplacement de Yaoundé, pour venir vivre en direct ces grands moments de liesse et d’allégresse. De fécondité et de communion. Le Dga est déjà en place. Tout comme Louis Claude Nyassa, l’inoxydable Pca. Mais, il manque encore deux personnalités importantes. Le nouveau Dg et le Mintrans. Le premier était supposé arriver à 9h30, le second à 10h00. Aucun des deux n’est-là. A la tribune officielle, toutes les rangées destinées aux invités sont déjà pleines. Il ne manque que les 17 fauteuils en cuir où doivent s’asseoir Robert Nkili et sa suite. 10h30, toujours aucune nouvelle des deux personnalités. L’attente commence à se faire longue. Certains invités piaffent d’impatience, fixant de temps en temps leurs montres. Les coups de fil se multiplient. Dans la foulée, le Dga entre sa voiture et quitte les lieux pour visiblement rejoindre le Mintrans annoncé en réunion de crise à l’hôtel Sawa avec le nouveau Dg. 30 minutes plus tard, le Pca entre aussi dans son véhicule et s’en va. Les invités sont donc abandonnés à la tribune, à la merci du soleil qui darde ses rayons impitoyables.

A 11h15 minutes, les Chefs Sawa quittent les lieux, la mine grave. Jusque-là, certains invités y croient encore. Mais, dix minutes après, la situation de change toujours pas. Les départs commencent donc à s’enchainer. Si bien qu’à midi, tous les invités vident les lieux, dépassés par les événements. Par le téléphone arabe, on apprend que la cérémonie d’installation est reportée sine die. Pourtant, tout avait été prévu. On peut encore apercevoir les deux tiges de micros dressés devant la tribune officielle, les trois tapis rouges étalés au sol, les groupes de danse qui animent, quand même.

Cocktail

Mais, cette annulation n’empêche pas aux employés, qui sont les seuls à rester au lieu de la cérémonie, de se déverser sur le cocktail pour se remplir la panse. Au contraire en un laps de temps, ils aspirent les petits fours apprêtés par le traiteur qui, finalement est payé pour rien. Idem pour la sono, les chaises, la décoration, les groupes de danse et autre. Ce qui contribue à soulever la poussée d’adrénaline chez les employés. « C’est décevant. On ne peut pas dire qu’il y a installation et elle est par la suite annulée. Avec toutes ces dépenses entreprises. Il faut que le président de la République frappe les gens », fulmine un employé sous anonymat. Un autre, toujours sous anonymat reste dans le même élan. « C’est depuis lundi qu’on a annoncé cette installation. L’entreprise est bloquée depuis. Rien ne peut être signé faute du Dg. Cela ne nous honore pas. Ce n’est qu’on Cnic qu’on peut voir cela. Nous sommes vraiment surpris et maintenant nous sommes couverts de honte ». Tous les employés interrogés adoptent la même posture. Sur les mobiles de l’absence de Bernard Bayiha, aucune information officielle ne filtre. Mais, officieusement, on apprend qu’il « a donné certaines conditions qui n’ont pas été respectées ». « Il (le nouveau Dg : Ndlr) a demandé, entre autres, 15 milliards de Fcfa au Conseil pour faire décoller le Cnic. Il a dit que tant que ses conditions ne seront pas respectées, il ne viendra pas », révèle un groupe d’employés. On apprend d’eux que, contrairement au Dga qui y va généralement, depuis que Bernard Bayiha a été nommé par le conseil d’administration, « il n’a jamais mis ses pieds au Cnic ». En tout cas, ce qui s’est passé au Cnic ce 20 mars 2014 relève simplement du vaudou.

En rappel, Bernard Bayiha et Roland Maxime Aka’a Ndi ont été nommés à l’issue d’une session extraordinaire du conseil d’administration de cette entreprise publique tenue ce 12 mars 2014. Ils remplacent respectivement Seoung Rok Yang et Antoine Bikoro Alo’o.

Par Hervé B. Endong (La Nouvelle Expression)

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partenaires au développement : le clin d’œil du (...) => Un forum s’est déroulé hier à Yaoundé pour explorer les axes de coopération (...)
Nomination de responsables au ministère des Finances => Décret N° 2017/11320/PM du 13 novembre 2017. Le Premier ministre, chef du (...)
Nomination de responsables au ministère de l’Eau et de (...) => Décret n°2017/11321/PM du 13 novembre 2017. Le premier ministre, chef du (...)
Commerce intra-africain : Encore trop de barrières => En plus des procédures et frais exigibles déjà élevés, la corruption et le trop (...)
Humanitaire : La vie change avec Synergies africaines => De nombreuses personnes, démunies ou vulnérables, et autres institutions ont (...)
Situation dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest : Le Sénat (...) => Hier à l’ouverture de la session, Marcel Niat Njifenji a dénoncé les attaques (...)
Investir au Cameroun : le potentiel en vitrine => L’Agence de promotion des investissements (API) remet ça. A partir de ce (...)
An 35 du Renouveau : hymne à la paix et à l’unité => L’anniversaire de l’accession à la magistrature suprême du président Paul Biya (...)
Budget 2018 Vers une augmentation de 140 milliards Fcfa (...) => L’économie numérique, les jeux de hasard et la taxe sur le revenu sont (...)
Hamadou Moustapha : l’Andp soutient discretement le (...) => Après les congrès de 1996 et 2008, le président national de l’Andp entame un (...)
SPIP | Copyright © 2008 - 2017 | Powered by Solutions Triangle | Espace Privé | Retrouvez-nous sur Google+ | Suivre la vie du site RSS 2.0