PUBLICITE.
Pour la création du site Web de votre entreprise, imprimerie, sérigraphie, peinture de vos bâtiments, confiez votre cummunication à ASCOM. Contact 77 64 83 51 - 94 40 85 66
En travaux !!! Actuellement insdisponible!!!

Campost : Jean Jacques ZE détourne 4 milliards !

lundi 10 mars 2014


Les clients de la Campost ne sont pas au bout de leur peine. L’entreprise ne cesse d’accumuler des scandales financiers. En novembre 2013, un nouveau cas de détournement a été découvert. Le nommé Ze jean Jacques, chef section compensation au Centre financier national de la Campost, jonglait avec la compensation pour se remplir les poches, aidés dans sa besogne de quelques complices. Informé par une « taupe » de la découverte de son stratagème, celui-ci a pris la clé des champs, non sans avoir laissé un trou de 4 milliards FCFA sur la période 2011, 2012 et 2013. Pour la seule année 2013, Ze jean Jacques et ses complices auraient réussi l’exploit d’empocher frauduleusement 1,8 milliards FCFA. Des sources à la Campost, s’appuyant, sur des documents internes, parlent plutôt d’un détournement de 2,6 milliards FCFA. Ce que contestent d’autres sources au Centre financier national de Campost.

Selon nos informations, tout est parti du compte ouvert en 2013 par l’Agence de Régulation des Télécommunications à la Campost pour y loger la prime d’un milliard FCFA accordée au personnel de certains secteurs dans le cadre de l’attribution cri décembre 2012 de la troisième licence de téléphonie mobile accordée à la société Viettel. La répartition, conformément aux textes, était la suivante : 450 millions FCFA pour le personnel du ministère des Postes et télécommunications, 120 millions FCFA pour celui du ministère des Finances, 120 millions FCFA pour les experts de la Primature, 120 millions FCFA pour ceux de l’ART et 70 millions FCFA pour l’Agence nationale des technologies de l’in¬formation et de la communication (Antic).

Profitant des opérations de virements à destination des bénéficiaires de ces diverses institutions, Ze Jean Jacques introduisait massivement ses propres « bénéficiaires ». « Ses complices donnaient leurs numéros de comptes bancaires domiciliés dans divers banques du pays, recevaient un virement, le touchaient, puis se partageaient tranquillement le butin », avance une source introduite. Ze Jean Jacques n’a pas touché au milliard FCFA de Viettel, mais a profité de l’opportunité pour piocher dans les ressources propres de la Campost. Car bien après la fin des opérations au profit des bénéficiaires de diverses structures ayant intervenu dans l’attribution de cette troisième licence de téléphonie mobile, il a continué à ordonner des virements dans ce « cadre » à ses complices.

Une situation qui met clairement en cause le contrôle interne de la Cameroon Postal Services (Campost) car le manège utilisé par Ze Jean Jacques ne datait pas seulement de 2013. L’enquête a démontré qu’il remontait 2011... Pis, en 2013 déjà, le chef du Centre financier national de Campost, Jules Mvogo Etoundi, chef hiérarchique de Ze Jean Jacques, avait été accusé d’un détournement de 404 millions FCFA et incarcéré à la prison centrale de Kondengui à Yaoundé sans qu’un audit général ne s’intéresse au fonctionnement de la structure dont il avait la charge. D’où, de sérieuses interrogations sur le management de la Campost et sur la défaillance de son système de contrôle. A moins que, comme beaucoup le pensent, qu’un système de pillage organise ne se soit enraciné dans cette société d’Etat.


BIS REPETITA

Cette affaire de faux virements n’est pas sans rappeler une autre, toujours pendante devant les juridictions : celle qui oppose le ministère public et Campost l’ex-directeur comptable de la Campost, Esposito Jean-Louis. Le tribunal de Grande instance du Mfoundi a donné raison à la Campost et à l’Etat du Cameroun le 05 janvier 2012 avant que le cabinet Tecsu it international, employeur d’Esposito et reconnu civilement responsable, ne fasse appel du jugement le condamnant à payer solidairement la somme de 2,247 milliards FCFA.

Tout était parti d’une annonciation. En effet, avant de quitter ses fonctions le 25 février 2009, l’ex directeur général de la Campost recruté par la société canadienne Tecsult International Limited, Djamel Fethi Zouglami, avait laissé sur la table des autorités une bombe : le détournement de 2,120 milliards FCFA sur la période allant du 1er janvier au 31 décembre 2008 sur le compte Campost ouvert à la Beac. Le 28 janvier 2009, et alors même qu’il n’ignore rien des intentions du gouvernement concernant le non renouvellement de la mission confiée à Tecsult qui expire le 25 février 2009, il alerte dans une correspondance confidentielle le président du Comité de suivi de l’équipe de gestion de la Campost, Charles Tawamba. Voici ce qu’écrit Dja met Zouglami : « j’ai l’honneur de vous infirmer que des retraits frauduleux ont été opérés sur le compte Compost ouvert auprès de la Beac.

Ces retraits ont été sur la plateforme Sygma de la Beac laquelle Campost, l’instar de toutes les banques du pays, est connectée depuis novembre 2007 et sur laquelle seuls, le directeur des Finances et de la comptabilité et le chef de service finances disposent d’un dispositif physique d’authentification (e-token), d’un nom d’utilisateur et d’un griot de passe. Les retraits identifiés sont estimés à 910 millions FCFA repartis en trois retraits respectivement de 110 millions FCFA effectué le 12 juin 2008, 300 millions effectué le 01 juillet 2008 et 500 millions effectué le 24 novembre 2008 ». Ce n’était que la partie visible de l’iceberg.

Un audit des réservations Sygma réalisé à la demande de Djamel Zouglami par des cadres de la Campost et couvrant la période allant du 1er janvier 2008 au 31 décembre 2008 allait révéler l’ampleur du désastre. « Toutes les réservations ont fait l’objet des décaissements qui ont été reversés dans les caisses de ta Campost à l’exception de 6 décaissements d’un montant global de 2,120 milliards de FCFA effectués à la Beac Yaoundé et non reversés dans les caisses CCP Yaoundé 1, bénéficiaire présumé des fonds. Tous tes retraits frauduleux ont été effectués par Monsieur Nnoko Ajang Ngaaje, ex chef service financier.

De plus, parmi les retraits frauduleux, 5 d’un montant total de 1,620 milliards FCFA ont été effectués mir la base des demandes de fonds ne figurant pas sur les registres de transmission de Crp Yaoundé 1 et 11011 reconnue par celui-ci. Le 6 ème retrait de 500 millions FCFA en date du 24/11108 a été fait sur la base d’une demande exprimée par Cep Yaoundé 1 pour couvrir son retrait du 25/11108 », peut-on lire dans le rapport des auditeurs (Enougué Georges, Mvogo Etoundi Fabrice, Nsimi Essama Placide et Alembe Angounda Lucien Francis) transmis le 30 janvier 2009 au directeur général de la Campost et le 03 février 2009 au président du Comité de suivi de l’équipe de gestion de la Campost.

Au moment de la découverte de cette supercherie, l’ex chef de service financier de la Campost, Nnoko Ajang Ngaaeje, se trouvait déjà aux Etats-Unis, et qu’il avait longtemps bénéficié au moment des faits, de la complicité du directeur financier et comptable de la Campost, le Français Jean Louis Esposito. Les éléments du Secrétariat d’Etat à la défense (SED) avaient d’ailleurs interpellé ce dernier à Yaoundé un vendredi de février 2009. Alors qu’ils souhaitaient l’interroger, le procureur du tribunal de Grande instance du Mfoundi, Ntamack Jean Kléber, avait instruit sa libération ainsi que la restitution de son passeport alors même qu’une plainte de la Campost pour détournement de fonds dormait dans ses services depuis le 22 janvier 2009. . M. Esposito avait aussitôt pris la clé des champs pour se retrouver in fine au Togo où Tecsult rayait recrute...

Donc, la Campost est depuis de longues années une véritable vache à lait. Pour le plus grand malheur des épargnants et du trésor public.

Source : L’oeil du sahel

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Enseignement catholique : Où va la discipline (...) => Jadis réputé pour sa rigidité dans la gestion des effectifs et l’encadrement (...)
Parlement : De quoi a peur le SDF ? => Ses élus, absents des travaux depuis mardi dernier, en raison, disent-ils de (...)
Fraude et évasion fiscales : Le plan de bataille de (...) => Le 10e forum mondial sur la transparance et l’échange des renseignements dans (...)
Assemblée nationale : Cinq étages consumés => Un grave incendie s’est déclaré hier nuit, ravageant totalement une partie des (...)
Partenaires au développement : le clin d’œil du (...) => Un forum s’est déroulé hier à Yaoundé pour explorer les axes de coopération (...)
Nomination de responsables au ministère des Finances => Décret N° 2017/11320/PM du 13 novembre 2017. Le Premier ministre, chef du (...)
Nomination de responsables au ministère de l’Eau et de (...) => Décret n°2017/11321/PM du 13 novembre 2017. Le premier ministre, chef du (...)
Commerce intra-africain : Encore trop de barrières => En plus des procédures et frais exigibles déjà élevés, la corruption et le trop (...)
Humanitaire : La vie change avec Synergies africaines => De nombreuses personnes, démunies ou vulnérables, et autres institutions ont (...)
Situation dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest : Le Sénat (...) => Hier à l’ouverture de la session, Marcel Niat Njifenji a dénoncé les attaques (...)
SPIP | Copyright © 2008 - 2017 | Powered by Solutions Triangle | Espace Privé | Retrouvez-nous sur Google+ | Suivre la vie du site RSS 2.0