PUBLICITE.
Pour la création du site Web de votre entreprise, imprimerie, sérigraphie, peinture de vos bâtiments, confiez votre cummunication à ASCOM. Contact 77 64 83 51 - 94 40 85 66
En travaux !!! Actuellement insdisponible!!!

Bafoussam : six radios fermées

mardi 6 septembre 2016


Un vent d’assainissement engagé depuis juillet par le délégué régional de la Communication vise surtout les entreprises audiovisuelles.

« Sur 26 radios que nous avons dans la région, environ une quinzaine est clandestine. Toutes ces entreprises n’ont pas une licence pour opérer. Il y a une sorte de défiance de la part des opérateurs des entreprises de communication de la région ». Le constat est de Simon Ekolle Penda, délégué régional de la communication de l’Ouest.

Depuis le 1er juillet dernier, il a engagé une opération qui vise à assainir l’environnement médiatique de la région. Il dit s’inspirer du communiqué du ministre de la Communication d’octobre 2014, qui intime aux entreprises de communication d’être en règle. Selon l’esprit du texte, tout opérateur doit avoir une licence, à défaut une autorisation provisoire, pour ce qui est de l’audiovisuel. L’opération qui a débuté par le département de la Mifi, concerne prioritairement les entreprises audiovisuelles.
Elle a conduit à la fermeture de six organes opérant dans l’audiovisuel : Radio Vox Ecclesiae (RVE), Radio Star, Radio universitaire Tankou (RUT FM), Vino TV, NGTV et Gic ODIAVO. « Pour le moment, presque neuf médias peuvent opérer sans problème, parce que leurs dossiers sont en cours de traitement », ajoute Ekolle Penda. Même si le délégué régional reconnaît que la plupart de ces médias « clandestins » ont déposé les dossiers d’octroi d’une licence, et disposent de récépissés de dépôt, il reste intransigeant l’aspect de la loi.

Pour lui, l’article 8 du décret du 3 avril 2000 fixant les conditions et modalités de création et d’exploitation des entreprises privées de communication audiovisuelle, qui dispose que « les activités de communication audiovisuelle sont subordonnées à l’obtention d’une licence délivrée par arrêté du ministre chargé de la Communication après avis motivé du Conseil national de la Communication », doit être appliqué. Selon lui, le fait de déposer un dossier, n’équivaut pas à l’exercice des activités.

Par Gibrile KENFACK TSABDO(CT)

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Approvisionnement en eau potable : près de 38 milliards (...) => Une convention de financement signée entre l’Etat du Cameroun et la GIEK (...)
Circulation routière : des policiers menacés => Ils sont au quotidien soumis à des comportements dangereux de la part (...)
Cafouillage : Le repos sans paix de Joseph Ndi (...) => Les Ndi Samba se regardent désormais en chiens de faïence. La guerre de (...)
Cicam : Pourquoi Yao Aïssatou a été débarquée => L’ancienne Pca a été remerciée à l’issue du Conseil d’administration de (...)
Elecam : Le président à nouveau dans l’illégalité => Le mandat de 12 des 18 membres du Conseil électoral est depuis 5 jours (...)
Voeux 2017 : Bonne année M. le président ! => Le chef de l’Etat reçoit ce jour les voeux de nouvel an du corps diplomatique (...)
Corruption : 11 ministres de souveraineté se rebellent (...) => Tous les départements clés du gouvernement ont tourné le dos à la Conac pour (...)
Véhicules d’occasion : L’importation recadrée pour (...) => De nouvelles dispositions sont en vigueur depuis ce 1er janvier. En 2016, (...)
Douala : Quand un prisonnier piège la justice => Condamné à 10 ans d’emprisonnement ferme avec mandat de dépôt à l’audience, il (...)
Bamenda, les anglophones se rebiffent => Depuis ce lundi, la ville de Bamenda, dans le nord-ouest du Cameroun, est (...)
SPIP | Copyright © 2008 - 2017 | Powered by Solutions Triangle | Espace Privé | Retrouvez-nous sur Google+ | Suivre la vie du site RSS 2.0