PUBLICITE.
Pour la création du site Web de votre entreprise, imprimerie, sérigraphie, peinture de vos bâtiments, confiez votre cummunication à ASCOM. Contact 77 64 83 51 - 94 40 85 66
En travaux !!! Actuellement insdisponible!!!

Bafoussam : six radios fermées

mardi 6 septembre 2016


Un vent d’assainissement engagé depuis juillet par le délégué régional de la Communication vise surtout les entreprises audiovisuelles.

« Sur 26 radios que nous avons dans la région, environ une quinzaine est clandestine. Toutes ces entreprises n’ont pas une licence pour opérer. Il y a une sorte de défiance de la part des opérateurs des entreprises de communication de la région ». Le constat est de Simon Ekolle Penda, délégué régional de la communication de l’Ouest.

Depuis le 1er juillet dernier, il a engagé une opération qui vise à assainir l’environnement médiatique de la région. Il dit s’inspirer du communiqué du ministre de la Communication d’octobre 2014, qui intime aux entreprises de communication d’être en règle. Selon l’esprit du texte, tout opérateur doit avoir une licence, à défaut une autorisation provisoire, pour ce qui est de l’audiovisuel. L’opération qui a débuté par le département de la Mifi, concerne prioritairement les entreprises audiovisuelles.
Elle a conduit à la fermeture de six organes opérant dans l’audiovisuel : Radio Vox Ecclesiae (RVE), Radio Star, Radio universitaire Tankou (RUT FM), Vino TV, NGTV et Gic ODIAVO. « Pour le moment, presque neuf médias peuvent opérer sans problème, parce que leurs dossiers sont en cours de traitement », ajoute Ekolle Penda. Même si le délégué régional reconnaît que la plupart de ces médias « clandestins » ont déposé les dossiers d’octroi d’une licence, et disposent de récépissés de dépôt, il reste intransigeant l’aspect de la loi.

Pour lui, l’article 8 du décret du 3 avril 2000 fixant les conditions et modalités de création et d’exploitation des entreprises privées de communication audiovisuelle, qui dispose que « les activités de communication audiovisuelle sont subordonnées à l’obtention d’une licence délivrée par arrêté du ministre chargé de la Communication après avis motivé du Conseil national de la Communication », doit être appliqué. Selon lui, le fait de déposer un dossier, n’équivaut pas à l’exercice des activités.

Par Gibrile KENFACK TSABDO(CT)

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Bamenda, les anglophones se rebiffent => Depuis ce lundi, la ville de Bamenda, dans le nord-ouest du Cameroun, est (...)
Situation à Bamenda : problèmes et pistes de solutions => Les revendications exprimées ces derniers temps par certains enseignants et (...)
Banque des PME : cinq milliards de F de prêts déjà (...) => Depuis le mois de février, l’institution financière a tenu 32 comités de (...)
Lutte contre le terrorisme : le Canada réaffirme son (...) => Le Haut-commissaire, René Cremonese, l’a signifié hier au chef de l’Etat au (...)
Le débat reste ouvert sur le statut de la première (...) => C’est la substance des trois jours de débat à l’université de Yaoundé II dans (...)
RDPC : le mandat de Paul Biya prorogé => Réuni hier sous la houlette du président national du RDPC, le Bureau (...)
Confidences : Ce que Victor Fotso pense de Y.M (...) => Le patriarche de Bandjoun aurait abordé le sujet de la condamnation de son (...)
Douala : Un faux capitaine de la marine aux arrêts => Neba Emmanuel Tikum qui utilisait sa fausse identité pour exproprier et (...)
Indemnisations : L’exemple qui vient de Kenya (...) => La somme de 1 500 000 Fcfa que Camrail débloque pour l’organisation des (...)
Décripage poignant d’un internaute sur la catastrophe (...) => Nous avons souhaité partager avec vous le témoignage d’un des passagers du (...)
SPIP | Copyright © 2008 - 2016 | Powered by Solutions Triangle | Espace Privé | Retrouvez-nous sur Google+ | Suivre la vie du site RSS 2.0