PUBLICITE.
Pour la création du site Web de votre entreprise, imprimerie, sérigraphie, peinture de vos bâtiments, confiez votre cummunication à ASCOM. Contact 77 64 83 51 - 94 40 85 66
En travaux !!! Actuellement insdisponible!!!

Après le verdict de la Cour suprême : Nouvelle « offensive » de Michel Thierry Atangana.

mercredi 15 janvier 2014


Nouvellement constitués par le Franco-Camerounais, Mes Dupond-Moretti et Bernard Keou préparent une procédure judiciaire devant les Nations unies.

Mercredi, 8 janvier 2014, après une réunion tenue la veille dans la cellule de Thierry Michel Atangana au Sed à Yaoundé, Me Bernard Keou, son nouvel avocat camerounais, a quitté le Cameroun pour la France où il a rejoint Me Eric Dupond-Moretti, avocat au barreau de Paris, présenté comme l’un des meilleurs. Le 9 janvier à Paris, une conférence de presse s’est tenue dans le cabinet de l’avocat français, lui aussi nouvellement constitué dans ce dossier. « Nous sommes convaincus que le Président camerounais n’a pas suffisamment été informé sur cette affaire », a dit Me Dupond-Moretti aux journalistes présents ce jour-là. Me Kéou et Me Dupond-Moretti envisagent ainsi une « campagne d’explication - » auprès des autorités politiques camerounaises et françaises.

Visiblement, le lobbying politique a été privilégié à l’action pénale. « =Il y a des enjeux financiers importants dans ce dossier. L’Etat du Cameroun reconnaît être redevable de plusieurs centaines de milliards à la France. On ne peut donc plus parler de défense mais plutôt d’offensive. Nous allons demander des audiences pour rencontrer le Président Paul Biya et le Président François Hollande afin de mieux gérer le dossier qui est rentré dans une phase décisive non seulement pour notre client, mais également pour le Cameroun et la France. Le plus urgent étant la libération de Thierry Michel Atangana rendu à sa 18ème année de condamnation », assure Me Kéou qui se trouve toujours en Hexagone.

Les nouvelles procédures et démarches se situant désormais à l’échelon international, les conseils de Thierry Michel Atangana comptent également saisir le Comité des droits de l’Homme des Nations unies basé à Genève en Suisse. Devant cet organe, ils entendent dénoncer les conditions de détention de Thierry Michel Atanagana. Le dernier cas remonte à septembre 2013. En effet, depuis le 18 de ce mois-là, Thierry Atangana a été informé de la limitation de ses visites à 18h, de la limitation du nombre de visiteurs à quatre. Il est passé de 13 heures d’isolement à 15 heures. Un raidissement à l’encontre de Thierry Michel Atangana que ses conseils vont entre autres soulever devant le Comité des droits de l’Homme des Nations unies.

Recours

C’est clair, il n’y a plus grand-chose à faire au Cameroun après le verdict de la Cour suprême rendu le 18 décembre 2013. La section spécialisée de la haute juridiction avait alors confirmé la peine de 20 ans de prison de Thierry Michel Atangana comme celle de son coaccusé, Titus Edzoa, ex-Secrétaire général de la présidence de la République, épuisant ainsi les voies de recours au plan du droit interne. L’un et l’autre avaient saisi la Cour suprême du Cameroun afin de solliciter l’annulation du verdict rendu le 4 octobre 2012 par le Tribunal de grande instance du Mfoundi les condamnant chacun à la lourde peine de 20 ans de prison, pour détournement de deniers publics. Thierry Michel Atangana avait notamment été reconnu coupable de la tentative de détournement en coaction de 58 millions de FCFA perpétré dans le cadre de l’organisation du sommet de l’Oua en 1996 au Cameroun. Il lui est également reproché le détournement de 1,4 milliard de FCFA qui représente la taxe sur les produits pétroliers (Tspp) allouée au Comité de pilotage et de suivi des projets routiers (Copisupr), un organe qui avait été créé par le Chef de l’Etat Paul Biya et rattaché au Secrétariat général de la présidence de la République et que présidait Thierry Michel Atangana avant son arrestation.


Par Eitel Elessa Mbassi (Le Jour)

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Microfinance aux Cameroun : Le MINFI présente de (...) => Le ministre des Finances a publié vendredi dernier la liste des (...)
Formation professionnelle : de nouvelles orientations (...) => Création d’un Conseil national de la formation, mise en place de normes et (...)
Choléra : le dispositif de riposte => Les autorités sanitaires ont confirmé des cas dans certaines villes et (...)
Cameroun-Ordre souverain de Malte : une coopération bien (...) => Au terme de leur tête-à-tête hier au Palais de l’Unité, Paul Biya et le (...)
Baccalauréat général : les délibérations ont commencé => Les jurys sont à pied d’oeuvre sur l’ensemble du territoire. Un signe majeur (...)
Prostitution : Les jeunes filles défient les professionnelles => Depuis le début des vacances, la prostitution des jeunes filles a atteint (...)
Cameroun-Union africaine : Moussa Faki Mahamat à (...) => Le renforcement de la coopération bilatérale et la situation dans les régions (...)
Prorogation du mandat des conseillers municipaux => Décret N°2018/406 du 11 juillet 2018 Le président de la République, Vu la (...)
Insécurité routière : il faut des mesures fortes => Jusqu’à présent, les mécanismes de prévention mis en œuvre tardent à produire (...)
Chantiers de la CAN à Garoua : des mesures correctives (...) => Philemon Yang a instruit les entreprises de tout mettre en œuvre pour tenir (...)
SPIP | Copyright © 2008 - 2018 | Powered by Solutions Triangle | Espace Privé | Retrouvez-nous sur Google+ | Suivre la vie du site RSS 2.0