PUBLICITE.
Pour la création du site Web de votre entreprise, imprimerie, sérigraphie, peinture de vos bâtiments, confiez votre cummunication à ASCOM. Contact 77 64 83 51 - 94 40 85 66
En travaux !!! Actuellement insdisponible!!!

Affaire de la liste des 44 milliardaires : Mbarga Nguélé dans le collimateur des réseaux Amadou Ali

mardi 23 avril 2013


Alors que la justice camerounaise tient à voir plus clair dans l’affaire des supposées investigations financières ordonnées par l’ex-Garde des sceaux et confiées à un certain Dooh Collins, présenté jadis comme un expert financier, et après la polémique qui s’en est dégagée depuis les révélations de Wikileaks, on assiste curieusement à une cabale médiatique entretenue contre l’actuel Dgsn. Dans l’expectative de brouiller, comme à l’accoutumée les pistes sur cette escroquerie financière orchestrée sur le dos du contribuable et surtout du Chef de l’Etat, dont l’ambition demeure d’instaurer une éthique dans la gouvernance publique, la mafia politico-économique qui en a profité goulûment de cette manne, utilise une certaine en accusé l’Ambassadeur du Brésil, au moment des faits, de préparer la fuite de Dooh Collins, ce présumé prévaricateur qu’elle présente comme un de ses poulains. Toute honte bue. Et pourtant...

Décidément la liste des 44 milliardaires du Cameroun, révélée par Ahmadou Ali alors Vice-Premier Ministre, Ministre de la Justice garde des sceaux courant 2006 comme un aboutissement d’une recherche, scientifique et professionnelle devant permettre au Président Biya de mieux appréhender les pilleurs de la République, au-delà du mensonge éhonté du haut commis de l’Etat à son patron, n’a pas livré son épilogue. Du moins qu’un câble de Wikileaks, contre toute attente, a révélé il y a quelques jours que non seulement 800 millions avaient été débloqués par l’ancien Garde des sceaux et reversés à son homme de main Francis Dooh Collins. Mais que ce dernier n’a pas cru devoir mener lesdites enquêtes financières dans les paradis fiscaux sur des personnalités soupçonnées d’enrichissement illicite comme prévue avec des cabinets spécialisés partout où auraient été caché notre argent par ces curieux « milliardaires du pays ».Un vrai Waterloo politico financier qui s’est avéré très préjudiciable à la bonne poursuite de l’opération épervier, puisque les données avaient été antédiluviennes à la base.

Fort de ce qu’une enquête judiciaire qui a été ordonnée a abouti à la convocation de Dooh Collins, présenté comme l’homme-écran d’Amadou Ali au regard des faits pertinents et des omissions révélés par les câbles de Wikileaks, qu’elle n’est pas la surprise des observateurs et analystes de constater cette levée de boucliers contre le Délégué général à la Sûreté nationale, Martin Mbarga Nguélé. Le stratagème bien huilé consiste pour les commanditaires, très proches des réseaux qui s’agitent pour la succession de Paul Biya et non moins détracteurs du régime, à susciter l’inimitié entre deux collègues du gouvernement en charge de mener à son aboutissement cette autre escroquerie du siècle digne d’un film d’Al Capone. A savoir Laurent Esso qui attend l’aboutissement des enquêtes menées par la police, pour une bonne administration de la justice et Martin Mbarga Nguélé le patron de la police et donc meneur de ladite enquête.

En effet, une analyse lucide des faits contraint à croire aujourd’hui qu’il ne s’agit là que de la manipulation, de concussions, de compromissions activées par des tentacules politico mafieuses à la solde de l’actuel Ministre en charge des relations avec les assemblées Amadou Ali. L’objectif ici consisterait à éloigner de lui et de son acolyte cette coupe nauséeuse qui devrait lui ouvrir les portes de la prison. Car si besoin était encore de le rappeler, le fils de Kolofata avait pris sur lui de reverser, malgré les réserves émises par les chancelleries occidentales sur les compétences de Dooh Collins mener une investigation financière, successivement la somme de 500 puis 300 millions au Directeur Général de Petroleum.

En arguant que c’est le Dgsn qui couvrirait le mis en cause aujourd’hui, les détracteurs du patron de la police nationale semblent ignorer (volontairement ?) qu’au moment des faits, Martin Mbarga Nguélé ne pouvait avoir participé, ni de près ni de loin à l’opération de recrutement de Francis Dooh Collins par Ahmadou Ali, le Garde des sceaux d’alors. Sa présence en poste comme Ambassadeur du Cameroun en Espagne est de poids dans ce détournement de 800 millions de FCFA révélé par Wikileaks. Une savante manœuvre des ennemis de l’ombre dont la proximité avec l’ancien Garde des sceaux n’est plus à démontrer et dont le dessein est de mettre en porte à faux le Dgsn et le Minetat/Minjustice. Les batailles de coulisses, que certains évoquent subrepticement entre ces deux hommes pour étayer leur argutie malheureuse, ne sont en fait qu’une pure vision de l’imaginaire d’un défroqué mental aux abois, du délire, de la pure utopie chronique, une mise en scène ultime dans le but de faire oublier qu’Ahmadou Ali et son acolyte se sont partagés près d’un milliard sous le fallacieux prétexte d’investigation financières biaisées.

Vu sous cet angle, ce ne sont point le Dgsn et le Minjustice actuel qui auraient peur que lumière soit faite sur cet autre scandale financier. Plutôt qu’Amadou Ali contre qui la colère du prince ne serait pas encore tombée, depuis la remontée en surface de certains secrets relatifs à la publication bien orientée de certains proches et fidèles de Paul Biya dans cette supposée liste des 44 milliardaires.

Par MARTIAL OWONA (L’Anecdote)

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Don spécial du chef de l’Etat : 100 000 nouveaux (...) => La distribution se fera dès demain dans les universités de Douala, Buea, (...)
IST, Sida, Cybercriminalité, Drogues : le Cerac édifie (...) => L’institution caritative fondée par la première dame a aussi remis des dons (...)
Crise anglophone : L’union Européenne met en garde l’état (...) => Le week-end dernier, les évènements qui se sont produits dans la partie (...)
Convocation du collège électoral en vue de l’élection des (...) => Décret N°2018/103 du 07 février 2018 . Le président de la République, Vu la (...)
Le Conseil constitutionnel en place => Son président, Clément Atangana et ses membres ont été nommés hier par le chef (...)
Ordinateurs de Paul Biya : Les acteurs et leurs rôles (...) => Plusieurs membres du gouvernement sont intervenus dans ce dossier qui fait (...)
Election présidentielle de 2018 : Joshua Osih candidat à (...) => L’annonce a été faite dimanche, au cours de la conférence régionale du Social (...)
Diversification de l’économie : café et banane à la (...) => Les deux produits au cœur de la tournée économique effectuée les 25 et 26 (...)
Média : CRTV News est là => La chaîne d’information en continu de la télévision nationale a été lancée hier (...)
Partis politiques : des alliances à l’épreuve => L’heure est visiblement aux rapprochements ou à l’évaluation des alliances (...)
SPIP | Copyright © 2008 - 2018 | Powered by Solutions Triangle | Espace Privé | Retrouvez-nous sur Google+ | Suivre la vie du site RSS 2.0