PUBLICITE.
Pour la création du site Web de votre entreprise, imprimerie, sérigraphie, peinture de vos bâtiments, confiez votre cummunication à ASCOM. Contact 77 64 83 51 - 94 40 85 66
En travaux !!! Actuellement insdisponible!!!

Affaire Franck Biya : Le Rdpc s’en prend à Yves Michel Fotso.

mercredi 5 décembre 2012


Dans sa dernière livraison, le journal L’Action estime que les documents mis en circulation sur « l’affaire des 100 milliards » proviennent du Groupe Fotso.

Qui veut la tête du fils du président de la République ? C’est la question qui hante les esprits dans le sérail depuis le déclenchement de « l’affaire des 100 milliards FCFA » mettant principalement en scène Franck Biya. Ce d’autant plus que « l’Alliance pour la défense du bien du public », qui est officiellement à l’origine de la dénonciation, serait une association fantôme. Dans leurs ripostes successives, les avocats-défenseurs du président du conseil d’administration de l’entreprise Afrione Cameroon ont, chacun, brossé le portrait-robot du « cerveau du complot », en évitant soigneusement de citer le nom d’une personne physique ou morale.

Ainsi, en page 7 du quotidien Cameroon tribune du 22 novembre 2012, Jean Pierre Amougou Belinga, patron de presse voyait derrière ce scandale la main des gens qui espèrent « ébranler la détermination du promoteur du Renouveau dans la croisade balayer les écuries d’Augias ». Dans la dernière édition du journal L’Anecdote, le directeur de publication, Amougou Belinga précise que « l’affaire des 100 milliards FCFA » est ourdie par des membres de l’ethnie Béti, une guerre fratricide donc.

Pour sa part, en page 12 de Cameroon tribune du 27 novembre dernier, le secrétaire à la communication du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc) et non moins directeur de publication du journal L’Action, Jacques Fame Ndongo, désigne comme auteurs de cette « machination », dans le style qu’on lui cannait, des « Robespierre tropicaux [qui veulent] faire valoir, à force d’arguties et de fantasmes que l’opération Epervier obéit à une logique tête chercheuse et ne s’enracine guère dans une problématique d’assainissement des mœurs économiques, et par conséquent, de salut public, en droite ligne du binôme rigueur et moralisation ».

En revanche, dans sa dernière livraison, le journal de propagande du parti au pouvoir ne fait pas dans la périphrase pour démasquer « le(s) vecteur(s) de la désinformation » : « ...Inutile de réfléchir longtemps pour savoir d’où viennent les documents publiés en fac-similés dans l’œil du Sahel par exemple. Ce sont des documents que seule la Société financière africaine (Sfa), une société du groupe Fotso peut avoir, puisqu’ils mettent en évidente ses transactions avec les autres partenaires. Et les raisons de la rancœur ne manquent pas. Il est vérifié que le remboursement anticipé par Camtel du crédit obtenu auprès de la Sfa, objet du nantissement des titres de Camtel a posé quelques problèmes à Sfa, qui espérait que Camtel soit dans l’incapacité de rembourser les 4,5 milliards pour faire main basse sur les 9400 titres redevenus propriété de Camtel ; lesquels auraient produit à échéance 9,4 milliards de flans CFA à la Sfa. Ce manque à gagner et le fait que les 9400 titres aient été cédés par la suite à Afrione de Franck Biya ont été mal digérés, d’où la cabale contre le fils du chef de l’Etat et la tentative de suicide collectif opérée au travers de cette vraie-fausse affaire », lit-on en page 4 de L’Action n°873 du mercredi 28 novembre 2012.

Contactés hier, des proches de Yves Michel Fotso dénoncent cette démonstration : « La Cobac, la Cbc Sfa, Camtel et Afriland disposaient tous des documents sur les Otz (obligations du trésor a coupon zéro, ndlr) en plus du délégué général à la sûreté nationale de l’époque. Des notes ont d’ailleurs été transmises à ce sujet au chef de I ‘Etat successivement le 18 janvier puis le 6 mars 2007. Et puis, le journal L’Action doit savoir que Sfa est en conflit avec la société Fotso Group Holdings de Yves Michel Fotso, qu’elle a expulsé de ses locaux, à Douala, en mars 2012. De même, ce journal devrait savoir quels Sfa a assigné et bloqué les comptes de Fotso Group Holdings depuis juillet 2012. Toutes choses qui ôtent toute véracité ou pertinence à ce qui est écrit dans l’organe de propagande du Rdpc ».

Par GEORGES ALAIN BOYOMO ( mutations )

1 Message

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Marcel Niat/Célestine Ketcha : Ennemis intimes => Le président du Sénat et le maire de Bangangté se vouent une cordiale (...)
Décentralisation : le ministre dans les chantiers de (...) => Georges Elanga Obam a visité les hôtels de ville en construction de Douala V (...)
Lutte contre la corruption : au grand mal, les grands (...) => La volonté politique du président de la République est mise en oeuvre depuis (...)
Fête de fin du Ramadan : à l’heure des derniers (...) => Les préparatifs en prélude à la fête de fin du mois de Ramadan s’intensifient (...)
Lutte contre la corruption : comment la CONAC s’est (...) => La création de la Commission nationale anti-corruption par le président de la (...)
Elecam:l’éternel recommencement => Une nouvelle direction vient d’être nommée, près de deux ans et demi après des (...)
Awards des entreprises et acteurs de la communication : (...) => Le nouveau trophée du prix de l’excellence en communication au Cameroun (...)
Hôpital d’Ebomè-Kribi : deux naissances de triplés (...) => Les six bébés nés le 22 avril dernier se portent bien, mais l’une des mamans (...)
Chantier des jeux universitaires de Maroua : il faut (...) => Le président du comité local d’organisation est descendu sur le terrain mardi (...)
Cameroun-Chine : L’ambassadeur Wei Wenhua fait ses (...) => Arrivé en fin de séjour, le diplomate chinois a été reçu en audience hier par le (...)
SPIP | Copyright © 2008 - 2018 | Powered by Solutions Triangle | Espace Privé | Retrouvez-nous sur Google+ | Suivre la vie du site RSS 2.0