PUBLICITE.
Pour la création du site Web de votre entreprise, imprimerie, sérigraphie, peinture de vos bâtiments, confiez votre cummunication à ASCOM. Contact 77 64 83 51 - 94 40 85 66
En travaux !!! Actuellement insdisponible!!!

Affaire Crédit foncier : Abah Abah plaide non coupable .

vendredi 20 décembre 2013


Le procès de l’ex-Ministre de l’Economie et des Finances s’est ouvert hier, au Tribunal criminel spécial à Yaoundé.

Après quatre ans passés entre le Tribunal de grande instance (Tgi) du Mfoundi, la Cour d’appel du Centre et la Cour suprême, où les débats n’ont jamais véritablement été ouverts, Polycarpe Abah Abah est aujourd’hui devant le Tribunal criminel spécial (Tes) où il entend (enfin) pouvoir présenter sa défense. Pour sûr, le Tcs rendra une décision d’ici sept mois. Cinq chefs d’accusation sont imputés à l’ex-Ministre de l’Economie et des Finances. Il s’agit du détournement de 4,9 milliards de FCfa qui représentent les contributions revenant au Crédit foncier du Cameroun (Cfc), des détournements en coaction de 1,9 milliard de FCfa, de 155 millions de FCfa, de 47 millions de FCfa et de 15 millions de FCfa, des sommes qui représentent toutes les frais d’assiette et de recouvrement de la Direction générale des impôts. Ces faits qui sont reprochés à Abah Abah remontent à la période où il était Directeur général des Impôts.

Devant la collégialité des juges composée entre autres de Yap Abdou, le président du Tcs, et de son 1er vice-président, Francis Claude Moukouri, Polycarpe Abah Abah a plaidé non coupable. Tout au long des débats devant ce duo de magistrats qui a la particularité d’avoir antérieurement et dans les mêmes circonstances condamné ses anciens collègues du « G11 » (Olanguena Awono Ephraim), Polycarpe Abah Abah devra apporter « les preuves suffisantes » de son innocence.


Michel Meva’a Meboutou

Dans une correspondance adressée en 2011 à Amadou Ali, à l’époque Ministre de la Justice, garde des Sceaux, Polycarpe Abah Abah clamait déjà sa transparence dans cette affaire. « Dois-je rappeler, dans l’affaire communément appelée « Crédit foncier », il m’est reproché non pas d’avoir empoché ou reversé dans mes comptes bancaires les contributions destinées à cet organisme, portées artificiellement, par souci d’annonce par vous, à 4,9 milliards de FCfa contre 2,6 milliards FCfa retenus par le juge d’instruction (Placide Batoum, Ndlr), mais, tout au plus, il m’est reproché de ne les avoir pas transférés au Crédit foncier du Cameroun, mais plutôt au règlement partiel des dépenses de fonctionnement de la Direction des impôts. Pas un franc de ces sommes ne m’a été imputé à titre personnel », écrivait Abah Abah.

Et de poursuivre : « Directeur des Impôts que j’étais au moment des faits, avais-je la capacité juridique de reverser lesdites sommes au Crédit foncier sans l’accord préalable de ma hiérarchie, à savoir le Ministre des Finances et du Budget de l’époque ? Étais-je légalement ou réglementairement contraint de le faire ? Des fonds étaient-ils disponibles pour cela ? Mon patron de l’époque Michel Meva’a Meboutou (actuel Sg du Sénat, Ndlr), m’avait-il instruit de procéder à ces reversements ? Aurai-je, désobéi aux instructions de mon supérieur hiérarchique ? Autant de questions auxquelles réponses seront données devant le Tribunal », prévenait Abah Abah. Le moment semble alors arrivé pour l’ancien -Ministre de faire les révélations qu’il avait annoncées dans cette lettre dont copie a été tenue, entre autres, au Président de la République, Paul Biya, au Secrétaire d’Etat américain, et aux chefs de mission diplomatique de certaines grandes puissances accréditées au Cameroun.

L’affaire ouverte ad Tcs, hier, 18 décembre, a été renvoyée au 9 janvier 2014, pour que le parquet général présente l’accusation et fasse entendre ses témoins.

Par Eitel Elessa Mbassi (Le Jour)

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Prostitution : Les jeunes filles défient les professionnelles => Depuis le début des vacances, la prostitution des jeunes filles a atteint (...)
Cameroun-Union africaine : Moussa Faki Mahamat à (...) => Le renforcement de la coopération bilatérale et la situation dans les régions (...)
Prorogation du mandat des conseillers municipaux => Décret N°2018/406 du 11 juillet 2018 Le président de la République, Vu la (...)
Insécurité routière : il faut des mesures fortes => Jusqu’à présent, les mécanismes de prévention mis en œuvre tardent à produire (...)
Chantiers de la CAN à Garoua : des mesures correctives (...) => Philemon Yang a instruit les entreprises de tout mettre en œuvre pour tenir (...)
Médiation, multiculturalisme : la Commission Musonge (...) => Invitation adressée hier par l’ambassadeur de France au Cameroun lors de sa (...)
Plan d’assistance humanitaire : premières actions (...) => Sur très hautes instructions du président de la République, la première (...)
Plan d’assistance humanitaire d’urgence : le détail des (...) => L’intégralité du propos liminaire du ministre de la Communication lors de son (...)
Marcel Niat/Célestine Ketcha : Ennemis intimes => Le président du Sénat et le maire de Bangangté se vouent une cordiale (...)
Décentralisation : le ministre dans les chantiers de (...) => Georges Elanga Obam a visité les hôtels de ville en construction de Douala V (...)
SPIP | Copyright © 2008 - 2018 | Powered by Solutions Triangle | Espace Privé | Retrouvez-nous sur Google+ | Suivre la vie du site RSS 2.0