PUBLICITE.
Pour la création du site Web de votre entreprise, imprimerie, sérigraphie, peinture de vos bâtiments, confiez votre cummunication à ASCOM. Contact 77 64 83 51 - 94 40 85 66
En travaux !!! Actuellement insdisponible!!!

Affaire Bibi Ngota : Les comploteurs dans la tourmente

samedi 27 juillet 2013


L’affaire qui a coûté la vie au journaliste il y a quelques mois en prison, ressemble un peu à l’affaire Blaise Pascal Talla des années 80.

En faisant remettre un pli confidentiel à Blaise Pascal Talla en 1985, avant sa libération des locaux de l’ancienne Brigade Mixte Mobile (BMM), le Chef de l’Etat savait sans doute que malgré le changement de discours et des pratiques, son appel au changement des mentalités de certains Camerounais n’avaient pas évolué.

Dans l’appareil du pouvoir, les nostalgiques de l’ère du guide éclairé qui ont échappé à tous les cyclones depuis 1982 ont du mal à comprendre que le temps des condamnations à partir des soupçons, de la délation ou des procès d’intention est révolu.

Au fur et à mesure que les enquêtes recommandées par le Chef de l’Etat avancent, les masques des comploteurs contre Laurent Esso tombent, et certaines zones d’ombres entourant le décès du journaliste s’éclaircissent progressivement.

Pour une affaire de créance dont celui qui allait devenir le PDG du Journal Jeune Afrique Economie était victime, Blaise Pascal Talla a été désigné par des hauts fonctionnaires qui voulaient le lyncher comme planificateur d’un autre coup d’Etat lors du séjour de Paul Biya à Bamenda.

On a fait croire à travers les photos parues dans différents journaux que les armes de la rébellion mozambicaine étaient celles trouvées à son domicile de Bandjoun. Un motif qui, croyaient ceux qui en voulaient injustement à sa peau, allait suffire pour sa déportation dans un mouroir de Tcholiré, Yoko ou Mantoum. Heureusement pour ce journaliste, la répression aveugle de l’ère Ahidjo avait cédé la place au sens de discernement du renouveau, un précieux détail qui lui a sauvé la vie...


SES PARALLÈLES

Par ce que le poste de SG/PRC qu’il occupe attise les convoitises et cristallise sur sa personne la haine de certains clans mafieux, Laurent Esso est lui aussi pourchassé. Pour mieux l’étouffer, l’on croyait se servir d’un faux document qui a fait large écho dans la presse pour le détruire.

Même s’il serait aujourd’hui aller vite en besogne en avouant que le SG/PRC sort blanchi de cette affaire rondement menée par ses détracteurs qui nourrissent des rancœurs à son encontre, force est de constater que suite aux multiples révélations le disculpant qui se succèdent, il n’est pas comme Blaise Pascal Talla en son temps le blé que tout le monde scandait le nom à l’unisson. Sauf pour d’autres raisons relevant de son pouvoir discrétionnaire, Paul Biya ne le "mangera" pas comme le souhaitaient ceux qui ont fabriqué le document litigieux.


L’OMBRE ENVAHISSANTE D’ETOUNDI OYONO

Dans sa famille, tout le monde fustige son égocentrisme et sa fourberie. Etoundi Oyono verrait la main de Laurent Esso dernière son départ de la Direction Générale du Port Autonome de Douala. L’originaire du Nyong et So’o aurait sans doute commis la plus grave erreur de sa carrière politico-administrative si les enquêtes en cours confirment comme le soutiennent certaines fuites qu’il serait l’homme par qui les malheurs de Bibi Ngota sont arrivés.

Issu d’une famille polygame, Etoundi Oyono n’est pas celui qui déroule le tapis rouge à ses frères et ne saurait à cet effet jouer au sentimentalisme avec quelqu’un d’autre.

Malgré les milliards qu’il a amassés au SRC et au pad et actuellement à la MAETUR aucun des siens n’est à l’ombre. Il y a quelques temps l’une de ses sœurs titulaire d’une licence se débrouillait dans un salon de coiffure à Odza, son grand frère serait enseignant à Endom et l’un de ses petits frères tourmenté par le chômage et la famine se serait accroché sur le dos de l’humaniste Jean Jacques Ndoudoumou à l’ARMP.

Le machiavélisme du Directeur de la MAETUR est connu de tous dans son village et seules dit-on, ses deux épouses hargneuses connaissent le maîtriser. Le voir s’acharner sur Laurent Esso n’est donc pas une surprise, mais va-t-il échapper à la dure loi du karma ?

Source : L’épervier

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Enseignement catholique : Où va la discipline (...) => Jadis réputé pour sa rigidité dans la gestion des effectifs et l’encadrement (...)
Parlement : De quoi a peur le SDF ? => Ses élus, absents des travaux depuis mardi dernier, en raison, disent-ils de (...)
Fraude et évasion fiscales : Le plan de bataille de (...) => Le 10e forum mondial sur la transparance et l’échange des renseignements dans (...)
Assemblée nationale : Cinq étages consumés => Un grave incendie s’est déclaré hier nuit, ravageant totalement une partie des (...)
Partenaires au développement : le clin d’œil du (...) => Un forum s’est déroulé hier à Yaoundé pour explorer les axes de coopération (...)
Nomination de responsables au ministère des Finances => Décret N° 2017/11320/PM du 13 novembre 2017. Le Premier ministre, chef du (...)
Nomination de responsables au ministère de l’Eau et de (...) => Décret n°2017/11321/PM du 13 novembre 2017. Le premier ministre, chef du (...)
Commerce intra-africain : Encore trop de barrières => En plus des procédures et frais exigibles déjà élevés, la corruption et le trop (...)
Humanitaire : La vie change avec Synergies africaines => De nombreuses personnes, démunies ou vulnérables, et autres institutions ont (...)
Situation dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest : Le Sénat (...) => Hier à l’ouverture de la session, Marcel Niat Njifenji a dénoncé les attaques (...)
SPIP | Copyright © 2008 - 2017 | Powered by Solutions Triangle | Espace Privé | Retrouvez-nous sur Google+ | Suivre la vie du site RSS 2.0