PUBLICITE.
Pour la création du site Web de votre entreprise, imprimerie, sérigraphie, peinture de vos bâtiments, confiez votre cummunication à ASCOM. Contact 77 64 83 51 - 94 40 85 66
En travaux !!! Actuellement insdisponible!!!

Affaire Aboganena : Secrets, trahison et manipulation

mercredi 15 mai 2013


L’arrestation du promoteur de Jama Conseil Jean Marie Aboganena dévoile une affaire qui implique des membres du gouvernement et des responsables à la présidence de la République.

Il y a un os dans cette affaire. Chaque jour qui passe dévoile de nouveaux éléments et les acteurs en présence travaillent à mener les observateurs sur des fausses pistes, exactement comme pour brouiller les cartes. C’est le Procureur général près la Cour d’appel, du Centre qui, dans une note, interne, permet de lever un pan de voile sur l’affaire qui retient en prison depuis le 23 avril dernier Jean Marie Aboganena, journaliste et promoteur de l’agence de communication Jama Conseil. Il s’entremêle ici des secrets, des mensonges et de la manipulation, avec en toile de fond l’utilisation des notes de renseignement pour la mise en cause de nombreuses personnalités, dont des membres du gouvernement et des responsables de la présidence de la République.

D’après les explications du Magistrat Jean Claude Robert Foe, « courant 2012, le Directeur des Renseignements généraux a été informé de source digne de foi de ce que le gardien de la paix principal (Gpp) Mebenga Jean Baptiste, en service à son secrétariat, se livrait avec la complicité d’Aboganena à un trafic des notes de renseignements émanant de la susdite Direction ». Selon les indications du Procureur général près la Cour d’appel du Centre, l’exploitation de Jean baptiste Mebenga, interpelle le 21 décembre et dont l’ordinateur portable a été saisi à sa résidence à Mfandena à Yaoundé, révèle l’existence de « diverses notes de renseignement dont la teneur n’avait pas été communiquée à sa hiérarchie et qui pour la plupart accablaient des hauts responsables de la République ».

C’est au cours de l’interpellation du 21 décembre dernier que le gardien de la paix principal Jean Baptiste Mebenga a, d’après les informations communiquées au Parquet, confié qu’il tenait ses informations de Jean-Marie Aboganena, mais s’est refusé à livrer les destinataires des notes ainsi mises en forme par ses bons soins. Toujours selon une note interne de justice, convoqué à deux reprises, le promoteur de Jama Conseil ne s’est pas présenté afin d’être entendu. Le 21 janvier, un mandat d’amener a été signé contre lui. Selon le Parquet, Jean-Marie Aboganena a reconnu « avoir d’initiative et de concert avec le gardien de la paix principal Mebenga Jean Baptiste, reçu et traité des renseignements sensibles qu’il prétend avoir ensuite transmis à des hautes personnalités dont il s’est gardé lui aussi de révéler les identités ».

Pour savoir quelles personnalités sont concernées par cette affaire, la Police est allée chercher dans une vingtaine de notes de renseignement saisies d’où ressortent de nombreux noms. Celui du Directeur du cabinet civil de la présidence de la République, Martin Belinga Eboutou, à qui « sont imputés des actes de concussion, d’assassinat, d’homosexualité, de détournement de deniers publics, de déloyauté envers le Chef de l’Etat » et bien d’autres trafics et mœurs licencieuses. Aussi, les noms de plusieurs membres du gouvernement apparaissent, comme Louis Bapes Bapes, Ministre des Enseignements secondaires, Adoum Garoua, Ministre des Sports, Atangana Kouna, Ministre de l’Energie, Edgar Alain Mebe Ngo’o, Ministre de la Défense ou encore Yaouba Abdoulaye, Ministre délégué à l’Economie.

Dans ces notes, le Député Koa Songo, l’homme d’affaires, Bekolo Mbang, ou le Directeur Général de la recherche extérieure, Léopold Maxime Eko Eko, sont accusés soit de clientélisme et de malversation, soit d’intelligence avec Marafa Hamidou Yaya et avec l’étranger. Les noms de Polycarpe Abah Abah, Ondo Ndong et Ephraïm Inoni, tous les trois en prison, sont aussi apparus comme étant associés à de graves malversations financières. On comprend le lien que certains ont fait avec le faux listing de Dooh Collins, qui se serait abreuvé à cette source. Le Parquet a rassemblé toutes ces pièces pour construire l’accusation de trafic d’influence de copie de documents administratifs et compacité, de fausses nouvelles et de violation des secrets professionnels contre Jean Marie Aboganena, détenu depuis le 23 avril à la prison de Kondengui.

Une affaire sensible donc, qui se complexifie au regard des accointances entre Jean Baptiste Mebenga, Jean-Marie Aboganena et le Délégué général à la Sûreté nationale, Martin Mbarga Nguélé. Quelques extraits d’une lettre d’indulgence écrite par le journaliste au chef de la Police nationale renseignent sur leur niveau de collaboration. Le 16 avril, alors qu’il est déjà incarcéré, Jean-Marie Aboganena écrit : « J’ai travaillé avec vous dans une totale loyauté, au point où vous avez mis à ma disposition le jeune gardien de la paix principal Mebenga Jean Baptiste.... Vous avez toujours été un père pour moi et j’ai gardé pour moi tout ce que nous avons pu faire ensemble.... Je suis convaincu que vous allez ordonner la libération ».

Jusqu’ici, la supplique de Jean-Marie Aboganena n’a produit aucun effet. Ce qui valide la thèse d’une grande colère de Martin Mbarga Nguélé, qui s’estimerait trahi et abusé.

De son côté, Jean Baptiste Mebenga a saisi par correspondance l’Ambassadeur des Etats-Unis au Cameroun, pour dénoncer les pressions et les menaces de mort que lui-même et sa famille subissent, et le Secrétaire Général de la présidence de la République pour la protection de ses droits fondamentaux en tant que policier et Camerounais.

Source : Repères

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Prostitution : Les jeunes filles défient les professionnelles => Depuis le début des vacances, la prostitution des jeunes filles a atteint (...)
Cameroun-Union africaine : Moussa Faki Mahamat à (...) => Le renforcement de la coopération bilatérale et la situation dans les régions (...)
Prorogation du mandat des conseillers municipaux => Décret N°2018/406 du 11 juillet 2018 Le président de la République, Vu la (...)
Insécurité routière : il faut des mesures fortes => Jusqu’à présent, les mécanismes de prévention mis en œuvre tardent à produire (...)
Chantiers de la CAN à Garoua : des mesures correctives (...) => Philemon Yang a instruit les entreprises de tout mettre en œuvre pour tenir (...)
Médiation, multiculturalisme : la Commission Musonge (...) => Invitation adressée hier par l’ambassadeur de France au Cameroun lors de sa (...)
Plan d’assistance humanitaire : premières actions (...) => Sur très hautes instructions du président de la République, la première (...)
Plan d’assistance humanitaire d’urgence : le détail des (...) => L’intégralité du propos liminaire du ministre de la Communication lors de son (...)
Marcel Niat/Célestine Ketcha : Ennemis intimes => Le président du Sénat et le maire de Bangangté se vouent une cordiale (...)
Décentralisation : le ministre dans les chantiers de (...) => Georges Elanga Obam a visité les hôtels de ville en construction de Douala V (...)
SPIP | Copyright © 2008 - 2018 | Powered by Solutions Triangle | Espace Privé | Retrouvez-nous sur Google+ | Suivre la vie du site RSS 2.0