PUBLICITE.
Pour la création du site Web de votre entreprise, imprimerie, sérigraphie, peinture de vos bâtiments, confiez votre cummunication à ASCOM. Contact 77 64 83 51 - 94 40 85 66
En travaux !!! Actuellement insdisponible!!!

7ème lettre de l’ex-Minatd : Pourquoi Marafa esquive Aminatou Ahidjo ?

mardi 1er octobre 2013


Dans sa dernière sortie épistolaire, l’ancien secrétaire général de la présidence de la République et non moins ancien ministre d’Etat en charge de l’Administration territoriale et de la Décentralisation a diantrement oublié de s’intéresser au cas Aminatou Ahidjo qui pourtant a fait l’événement dans le cadre de la campagne électorale du scrutin couplé du 30 septembre dernier.

A dessein sûrement.

Voici pourquoi.

Marafa Hamidou Yaya, embastillé à la prison secondaire de Yaoundé sis au secrétariat d’Etat à la Défense en charge de la gendarmerie (Sed) a remis ça. Une autre lettre, au moment même où le Cameroun vibre au rythme de la campagne électorale qui a conduit les électeurs dans les urnes le 30 septembre 2013 dernier. Pour ce « prisonnier de luxe » qui a choisi la voie épistolaire pour ne pas se faire oublier dans son cachot, après avoir, des années durant, côtoyé les hautes sphères de la République et avoir été souvent à la baguette à pareille occasion, se taire aurait été un crime de lèse pseudo majesté. Et c’était sa 7ème sortie. Tantôt adressée au président de la République qui l’a pourtant fait roi parmi les plus illustres inconnus d’une certaine époque, tantôt au peuple camerounais qu’il tente désespérément de prendre à témoin alors qu’il a activement participé à sa paupérisation. S’agissant donc de la récente lettre de Marafa Hamidou Yaya relative au double scrutin auquel les Camerounais viennent de participer massivement, l’ancien ponte du régime se met dans une vraie fausse posture républicaine. Une découverte sur le tard ? Assurément.

En tout cas, dans un registre dans lequel il se découvre des talents d’économiste de la première heure, Marafa Hamidou Yaya entendait cadrer le vote des Camerounais dans le cadre du double scrutin du 30 septembre. « Ma responsabilité est de mettre le pays en face des réalités qui l’attendent au cours des cinq prochaines années et qui vont former le cadre de son avenir », argue-t-il dans son pamphlet désuet au peuple camerounais. Et l’ex¬Minatd de se jeter dans un terrain qu’il semble ne guère maîtriser : ce qu’il appelle les réalités qu’il décline en 3 axes : l’accroissement de la population camerounaise entre 2013 et 2018 ; l’instabilité aux frontières du Cameroun ; la préparation de l’après Biya.

Dans la foulée, le pensionnaire du Sed se croit avoir l’aura de proposer des solutions. A quelle heure ? A quelle heure ? Scande un observateur qui voit en Marafa l’un des principaux architectes du régime Biya ? Et de s’en prendre aux théories économiques qui feraient faire retourner Joseph Thundjang Pouemi de sa tombe. Le Cameroun doit changer son modèle économique en la diversifiant et en lui trouvant « des chemins de croissance ». Comme si sa mémoire commençait à lui jouer des sales tours, l’ex-Minatd, affirme mordicus que le Cameroun n’est pas gouverné.

Aussi redit-il que le problème c’est le poste de Premier ministre qu’il faut supprimer. Du coup l’homme nous rabâche sa trouvaille, une pâle copie du fruit de ses lectures de prison qu’il a appelé « la société de confiance » avec des solutions du genre copier-coller venues d’ailleurs. Non sans appeler à un « Cameroun uni, mobilisé, rassemblé » qui se projettera en « un pays courageux, capable de relever tous les défis et de faire face à toutes les menaces ». Voilà en quelques clichés, la participation de Marafa Hamidou Yaya au débat électoral pour lequel il est contraint d’assister en spectateur du fond d’une cellule de prison 5 étoiles pour vol et viol de la fortune publique. Des faits pour lesquels il a écopé de 25 ans de prison ferme. Même si ses amis estiment qu’il n’a rien pris à l’Etat et que son embastillement est une affaire politique.

Vraie-fausse posture républicaine

Et pourtant, pour certains observateurs, après le flop de ses premières correspondances où Marafa Hami¬dou Yaya ne manquait pas de faire allusion au Cameroun qu’a laissé Ahmadou Ahidjo, l’on se serait attendu que l’ex-Sg/Pr, de sa posture d’ancien architecte en chef du pouvoir de Yaoundé, se penchât un temps soit peu sur le retour au bercail d’Aminatou Ahidjo, fille cadette du premier président de la République au Cameroun et surtout de son engagement à soutenir les listes du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc) dans le cadre des élections législatives et municipales du 30 septembre dernier. A moins que notre sortie dans le cadre de ce dossier ne lui donne des ailes pour se rattraper, on a beau cherché dans les lignes de sa 7ème correspondance du fond de son cachot pour trouver l’ombre d’un mot, d’une virgule, d’un point sur celle qui, à l’unanimité aura fait le printemps du double scrutin du 30 septembre à travers le pays. Mais pourquoi donc Marafa Hamidou Yaya aura choisi de ne pas dire mot sur Aminatou Ahidjo ?

Pour répondre à cette lancinante interrogation, des voix autorisées à Garoua et dans l’ensemble du Grand Nord croient avoir la réponse idoine. Ce d’autant plus que dans ses précédentes lettres, l’ancien Minatd semble se positionner comme la voix la plus autorisée pour parler de l’héritage d’Ahmadou Ahidjo. Pour certains, Marafa Hamidou Yaya aura perdu de son latin et pourrait en aucun cas s’attaquer à la fille cadette du premier président de la République du seul fait qu’il aura échoué à une mission à lui confiée de fait par le président Paul Biya, à savoir celle de réconcilier le pouvoir de Yaoundé à la famille du premier président de la République.

Et comment ?

Une source proche des milieux politiques de Garoua indique que, choisi à dessein par le président Biya pour mener secrètement à bien cette mission au lendemain du putsch manqué du 6 avril 1984, Marafa Hamidou Yaya aura plutôt abusé de la confiance du président de la République pour se faire sa propre carrière d’homme d’Etat. C’est ainsi que, notent les mêmes milieux, au lieu d’œuvrer à tout instant de cette délicate mission, il aura profité de la confiance placée en lui pour bâtir sa propre machine.

La preuve toujours selon les mêmes milieux, aucun coup de fil à la veuve du premier président de la République, aucune marque de gentilles¬se vis-à-vis de cette famille. Et pourtant, l’homme ne faisait que gravir les échelons dans la haute classe de la République, pendant qu’il renvoyait aux calendes bantoues, la résolution de ce problème de plus en plus épineux au fur et à mesure que les années s’écoulaient. Égoïsme quand tu nous tiens ! En tout cas, à défaut de créer son propre parti politique, on peut dire sans risque de se tromper que la plupart des pontes politiques du Grand Nord qui se sont jetés dans la bataille politique en créant des partis politiques tribaux et régionaux ont de tout temps revendiqué l’héritage d’Ahmadou Ahidjo. C’est d’ailleurs le cas de Bello Bouba Maïgari, qui dans sa manœuvre politicienne avait réussi le tour de force, de recruter aux forceps Badjicka Ahidjo ou encore Koultoumi Ahidjo, la femme de l’autre. Il est aujourd’hui appelé à Garoua la photocopie après avoir berné les populations que l’Undp était le parti d’Ahmadou Ahidjo.

Le retour au bercail d’Aminatou Ahidjo, la fille cadette du premier président de la République du Cameroun et son entrée fracassante au Rdpc, une continuation de l’Unc de son feu père, démontre à suffire qu’elle est la seule à incarner le sang d’Amadou Ahidjo. Et en décidant de ne pas parler de son retour, Marafa Hamidou Yaya tente tout simplement par cette occasion un retournement de veste en tentant de se mettre dans une posture républicaine.


Commission de rétrocession

D’ailleurs, pour d’autres observateurs, Marafa Hamidou Yaya, aujourd’hui ou demain ne tentera pas de s’attaquer à cette jeune fille au moral d’acier et à l’intelligence avérée, tant il sait que pareil acte pourrait s’avérer suicidaire pour ce sicaire tardif du régime Biya. Et pour cause, indiquent certains connaisseurs des affaires de Garoua, du Grand Nord et du Cameroun, Marafa Hamidou Yaya sait très bien qu’il fait partie de ceux-là qui ont fait main basse sur l’héritage matériel d’Ahmadou Ahidjo. Ces connaisseurs-là, sans être exhaustifs indiquent avec forces détails que le « palais présidentiel » de l’ex-Minatd, toujours en chantier malgré son incarcération au quartier Marouaré à Garoua et qui s’étend à perte de vue sur des hectares de terrain est bel et bien un terrain titré, appartenant à Ahmadou Ahidjo.


Marafa Hamidou Yaya,
des sources proches de la sous-préfecture de Garoua 2, n’y dispose d’ailleurs pas de permis de bâtir. Idem pour la cossue résidence de l’ancien Dg de la Sodecoton, Iya Mohamed, lui aussi aujourd’hui en indélicatesse avec la justice pour une gestion épicière de la Sodecoton. Info ou intox ? Toujours est-il que nos sources à Garoua se souviennent du mauvais rôle qu’aurait joué Marafa Hamidou Yaya auprès de la Commission de rétrocession des biens d’Ahmadou Ahidjo dirigée par Innocent Alinga Ateba, alors Sg/Minfi en 1996, qui avait étalé au grand jour son manque d’objectivité. Marafa aurait donc influencé cette commission pour que certains biens d’Ahmadou Ahidjo ne soient pas visibles.

Il est donc suffisant qu’autant Marafa Hamidou Yaya esquive Aminatou Ahidjo, son retour à Garoua et au Cameroun puisse donner des ailes aux radicaux qui croient voir leurs positions de pouvoir perturbées. Aussi peut-on instrumentaliser quelques désœuvrés pour partager des tracts à gauche, ou encore allumer quelques pneus sur le pont de la Bénoué. Une chose est certaine, ces petites intimidations n’ont pas eu raison de l’engagement de la jeune dame, qui s’il en était encore besoin, à démontrer sa pugnacité face à l’adversité digne des grands patriotes camerounais à l’instar de son père de regretté mémoire. Et pourtant, la vérité est là. Marafa Hamidou Yaya ne représente que la machine d’affidés qu’il a mise en place. Son bilan ne serait que dans sa ville natale parle tout seul. « Tout pour lui, avec sa femme et les jouisseurs impénitents sawa, rien pour les autres », conclut un Djaouro (chef traditionnel) de Garoua.

Tout le contraire d’un Samuel Eboua qui avait usé de sa position de pouvoir pour faire de Nkongsamba l’une des grandes vile du Cameroun ou encore d’Haman Adama qui, tout au long de son passage au ministère de l’Education de base aura fait construire de nombreuses salles de classes dans le Grand Nord en général ou encore du Lamido Alim Garga Hayatou qui use autant que faire se peut de sa posture pour rapprocher les centres de santé des populations du Nord.

Marafa Hamidou Yaya répond curieusement aux abonnés absents dans ce registre. En définitive, l’effet Aminatou Ahidjo a créé un effet de surprise comme seul sait le faire Paul Biya, dans sa posture de Grand maître de la conduite des affaires du Cameroun. Celui-là qui sait ouvrir les brèches du côté où on l’attend le moins.

Voilà comment il vient de couper l’herbe aux pieds de ceux qui avaient eu la mauvaise idée de se faire une fortune et une certaine notoriété sur le dos de l’héritage d’Ahmadou Ahidjo. En tout cas, ce sont les Bello Bouba Maïgari, Youssouf Adidja, Yaou Aïssatou et bien d’autres qui ne semblent pas voir d’un bon œil l’arrivée d’Aminatou Ahidjo au moment où le Rdpc est souvent critiqué pour le vieillissement et l’usure de sa classe politique. Selon des sources introduites, Youssouf Adidja aura été celle-là qui, publiquement a affiché son animosité vis-à-vis d’Aminatou Ahidjo. C’est donc naturellement qu’Aminatou Ahidjo aurait, à son tour, décliné son invitation à déjeuner à sa résidence de Garoua. Youssouf Adidja était obligée de transférer, toute honte bue, ses mets à la résidence du gouverneur pour tenter de se rattraper.

Le soutien et la tournée d’Aminatou Ahidjo à travers le territoire national est déjà en soi une plateforme de réconciliation du régime Biya avec l’Histoire. Une plateforme à laquelle tous les Camerounais devraient adhérer. Sans réserve.

SOURCE:LA NOUVELLE

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Enseignement supérieur : comment tirer profit des (...) => Le cadre de concertation permanente Minesupenseignants s’est penché sur la (...)
Aide publique à la communication privée : 216 millions à (...) => 150 dossiers de demandes étudiés par la Commission nationale hier à Yaoundé. (...)
Palais de l’Unité : un investisseur allemand reçu => Le Dr Stefan Liebing, président de l’Association économique germano-africaine (...)
Service public de l’eau potable : la nouvelle Camwater (...) => Le décret qui confie désormais toutes les activités liées au service public de (...)
Chantal Biya inaugure une boutique à Yaoundé. => La première dame a honoré de sa présence, samedi, la cérémonie d’ouverture de (...)
Chantiers de la CAN : déguerpissements inévitables à (...) => Les travaux d’aménagement des voies d’accès et aires périphériques au stade, à (...)
Sénatoriales 2018 : la bataille des investitures => A 48 heures de la clôture du dépôt des listes à Elecam, les partis politiques (...)
Don spécial du chef de l’Etat : 100 000 nouveaux (...) => La distribution se fera dès demain dans les universités de Douala, Buea, (...)
IST, Sida, Cybercriminalité, Drogues : le Cerac édifie (...) => L’institution caritative fondée par la première dame a aussi remis des dons (...)
Crise anglophone : L’union Européenne met en garde l’état (...) => Le week-end dernier, les évènements qui se sont produits dans la partie (...)
SPIP | Copyright © 2008 - 2018 | Powered by Solutions Triangle | Espace Privé | Retrouvez-nous sur Google+ | Suivre la vie du site RSS 2.0